Les métiers du manga font rêver bon nombre d’entre nous mais rares sont ceux qui parviennent à leurs fins. Pour ce premier dossier de FragStorm, nous nous sommes penchés sur une sélection de métiers liés aux mangas, du plus évident comme le scénariste ou le dessinateur, au plus surprenant comme celui de comédien de doublage. Car oui le manga est un univers hétérogène tentaculaire où se côtoient les professions les plus diverses. Nous irons au cœur de cet univers avec notre première partie consacrée à Rémi Guérin, l’auteur de City Hall qui à accepté de partager son expérience avec vous.

Partie 1 : Au cœur du Manga

Combien de fois avons-nous entendu, « le scénario semble passionnant et le dessin est magnifique » mais je ne l’achèterais pas parce que ce sont des français qui l’ont fait. Rémi Guerin.

SONY DSC

Rémi Guerin

FRAGSTORM : Rémi Guérin bonjour, vous êtes le scénariste de City Hall, œuvre sur laquelle vous travaillez en binôme avec Guillaume Lapeyre pour Ankama. Quel a été votre parcours avec City Hall ?

REMI GUERIN : Nous avons eu la chance de séduire Ankama et ils nous ont offert la possibilité de faire nos preuves, le reste est un simple conte de fées, nous avons livré dans cette série tout ce que nous étions, sans concessions, et les lecteurs ont été touchés. C’est à la fois inexplicable et merveilleux. Mais devenir « mangaka » n’a pas été une sinécure puisqu’il nous a fallu modifier nos méthodes de travail, notre rythme, accepté de nous remettre en question et pour ma part, « penser » l’écriture différemment. J’ignore si City Hall a fait de moi un meilleur scénariste que je ne l’étais, mais ce qui est certain c’est que j’ai acquis une expérience irremplaçable grâce à ce mode de narration.

FS : Quelles sont les embûches dont vous avez pu être victimes ?

RG : Eh bien, je repense surtout à nos débuts pour le moins chaotiques. Il a été plus compliqué que nous l’imaginions de trouver un éditeur capable d’assumer un format manga pour des auteurs français et prêt à prendre le risque, même si ce n’est heureusement plus le cas aujourd’hui. Et une fois l’affaire faite, il nous a fallu continuer de faire nos preuves encore et toujours aux yeux du monde. Combien de fois avons-nous entendu, « le scénario semble passionnant et le dessin est magnifique » mais je ne l’achèterais pas parce que ce sont des français qui l’ont fait. Beaucoup de préjugés mais finalement la rencontre avec notre public s’est faite. Et je n’échangerais pas ces écueils contre des moments plus faciles, tant il est agréable aujourd’hui de partager ces moments avec nos lecteurs, ils n’en ont que plus de saveur.

FS : Quel message aimeriez-vous donner aux personnes désirant suivre votre voie ?

RG : De continuer de travailler et de rêver, mais de ne surtout pas faire que l’un des deux. De vivre chaque épreuve ou refus comme une nouvelle occasion d’apprendre et de se remettre en question. Et de n’écouter que ceux qui vous motivent, personne n’a le droit de vous dire que vous n’y arriverez pas, seuls les critiques et les conseils valent quelque chose, écoutez bien ce que l’on vous dit. En revanche s’il s’agit juste de vous démobiliser, alors là fermez vos esgourdes. Donnez-vous les moyens de prouver au monde que vous pouvez le changer ! Enfin, soyez sincère avec ce que vous écrivez, aucun calcul ni plan sur la comète, partagez juste votre envie de raconter une histoire.

Partie 2 : La voix du Manga

Poursuivons notre tour d’horizon des métiers du manga avec celui de comédien de doublage.

Car oui désormais les mangas passent à la télé et quand ces êtres d’encre s’animent il faut leurs donner une voix. Alors qu’ont en commun Fairy Tail, Gears of War Judgment et …. Les experts : Miami ? Vous l’aurez certainement compris la réponse c’est : une voix. Celle de Chantal Baroin, vous l’avez certainement déjà entendu dans plusieurs séries animées et pourtant son nom ne vous dit rien. Et bien pour vous, nous avons eut la chance d’interviewer cette grande comédienne de doublage…. Et oui car on ne dit pas « doubleuse ». C’est l’occasion de revenir sur son parcours, sur les exigences du métier et sur la passion inébranlable nécessaire à la réussite.

 Partie 3 : La diffusion du Manga.

Pour terminer notre dossier en beauté, abordons le thème de la presse centrée sur la culture japonaise. En effet, tout comme le jeu vidéo, le monde du manga a droit à ses sites web et à sa presse écrite. On peut par exemple citer notre partenaire Nipponconnection.fr, l’un des leaders français de l’actualité nipponne. Grâce à une équipe de journalistes passionnés vous pouvez y suivre l’information japonaise. Il ne faut pas négliger l’importance de la presse dans la diffusion des œuvres et le Manga n’échappe pas à la règle.

Laisser un commentaire