Pour ce qui est du fil de l’histoire, il est vrai qu’il est plutôt bien fileté, sans pour autant être parfait, car il faut le dire, certains éléments peuvent être prévisibles quand on est bien pris dans l’histoire dans le sens où on a tendance à se mettre dans la peau des concepteurs. Mais bon, c’est vraiment histoire de chipoter car il faut avouer, on a bien là un travail de pro et de passionnés avant tous, n’oublions pas que contrairement à de nombreux studios à créer des machines à sous avec des effectifs trop importants, la, on a le droit à un travail de seulement 400 personnes contre plus de 1000 pour d’autres studios.

Le scénario

Enfin pour résumé ce travail de long haleine, Deus est un film à lui tout seul, plein de suspenses et de retentissants. Revenons maintenant à la narration, dans cette aventure, vous manipulerez un ancien membre des forces spéciales maintenant chef de la sécurité chez Sarif Industrie, l’un des leaders du marché de la bio-industrie situé à Détroit. Le principal atout est qu’au cours de l’histoire vous allez devoir faire des choix, eux, qui seront rythmés d’une manière à vous offrir une multitude de possibilités d’avenir (cela m’a fait repenser à Fallout 3). A vrai dire, le RPG est bien là, certains aiment d’autre non, pour ma part, j’étais plutôt favorable car cette idée d’être contre la linéarité des actions, d’être libre de ses choix c’est pas mal et encore plus immersif !

35_1

Les graphismes

Ah, enfin un jeu optimisé AMD, car il faut l’avouer que l’on avait tendance a un peu trop se sentir abandonné, nous, chers Catalysters, mais bon, parlons maintenant technique, il faut le dire, beaucoup de choses peuvent être critiquées en commençant par le filtrage anisotropique et l’anticrénelage quasi obligatoires pour les utilisateurs PC. Plus généralement, certains bugs sont à signalés, en commençant par la découverte d’une fabuleuse pièce à moitié vide à un étage supérieur de l’entreprise de Sarif, si je me rappelle bien, il vous suffit de prendre un ascenseur et c’est partis ! Vous avez affaire à de somptueux tapis et meubles volant pleins de particules magnifiques. Blagues a part, certains rendus auraient pu être mieux réalisés avec la présence d’un moteur plus récent, ou grâce à l’aide d’un patch mais bon. Ajoutons pour leur défense que le jeu a nécessité plusieurs années de réalisations c’est pourquoi, celui-ci a pu être victime d’un certain vieillissement.

35_2

Le gameplay

Comme dans l’oeuvre de Crytek, vous avez affaire a une personne augmentée ou les améliorations peuvent être activées, dans le cas d’Adam, ce sont avec des kits de dynamisations achetables au fil du temps, ajoutons la vue principale qui est à la première personne (à l’opposé de celle ou vous vous adossés contre un objet pour passer à l’offensive ou vous cacher). Cela est la grande nouveauté contrairement aux oeuvres actuelles, faisant ainsi un petit retour à la source comme dans les années 2000 (à l’époque de Deus 1 & Quake).

35_3

Le contenu

Faisons un petit récapitulatif, avec pour démarrer, des ennemis qui deviennent de plus en plus équipés au fils de l’histoire (ce qui est plutôt une routine dans les jeux peut-on dire), des dispositifs de sécurité à vous faire sursauter (bon courage et ayez de la patience), sans pour autant oublier une I.A imparfaite, et oui, c’est un peu l’un des points noirs de cet opus qui fait souvent défaut, ensuite le problème des piratages qui malgré des augmentations élevées dans ce domaine se révèlent difficiles voire impossibles sans accessoires (virus,etc…) à un certain stade du jeu. Enfin, pour terminer avec des bonnes choses, les bandes son rythmant le jeu sont de très bonnes qualités, sans oublier les bruitages qui l’accompagnent et les cinématiques les orchestrant.

35_4

“Bon test pour un excellent jeu. Il se démarque vraiment des autres car il est l’un des rares à avoir un message à faire passer. Et juste pour cela, il mérite d’être joué.” – Charlot360

“Ce jeu est surement le meilleur jeu de l’année 2011. Pour commencer, grâce à l’ambiance Cyber-punk. Et par la philosophie et les nombreux messages sur la techno-science ainsi que sur le trans-humanisme du fait d’améliorer l’humain par tout les moyens ! Franchement, moi qui est beaucoup joué et apprécié le 1er. Celui là redonne vie au mythe Deus Ex qu’avait crée Warren Spector.” – Makeuplive

“Un jeu que j’ai testé et fini avec plaisir. Un message est véhiculé comme vous l’avez indiqué mais aussi et surtout une histoire possédant des bases solides et innovatrices. Personne ne pouvait me décoller du clavier. Meilleur jeu 2011 je l’avoue !!! Aussi mais comme rien est parfait, un petit bémol sur la fin de l’histoire. Si on achète pas l’expansion du jeu on reste sur notre fin car elle reste trouble.” – Sokochy

“Énorme, ou est-ce que je peut l’acheter ?” – Vézam

“les possibilité de fin sont assez intéressant chacun y voit ce qu’il veut . le jeu reste un bon jeu même si beaucoup trop linéaire et dirigiste , il y a quand même plusieurs façon de finir tel ou tel mission ou de passer par tel ou tel endroit de en finesse ou en brute . bon moment de passez avec ce jeu mais un peut trop court” – Herial

Test Deus Ex : Human Revolution
Eidos ne se lasse toujours pas de nous en mettre plein les yeux. Malgré quelques défauts perceptibles, le jeu est bien abouti avec une bonne immersion qui l'accompagne, ne soyons pas trop gourmand...
Le scénario9
Les graphismes8
Le gameplay7
Le contenu6
7.5Très bon
Note des lecteurs: (3 Votes)
8.4

2 Réponses

  1. Sabnac10C
    Sabnac10C

    Selon moi, c’est un des meilleurs jeux d’infiltration de l’année 2011 !
    En plus d’avoir un scénario bien construit avec une bonne intrigue, un bon background et des problématiques comme le racisme, la manipulation, le contrôle, le progrès (mythe d’Icare repris par le trailer), il gère bien l’infiltration avec plusieurs types d’approches même pour les dialogues. L’IA est souvent prévisible, un peu à la rue. Au moins le piratage est réussi contrairement à ce qui était fait dans Watch Dogs…Ça reste au moins cohérent, ça monte en difficulté et ça déclenche une alarme en cas d’échec.

    Les seuls réel bémols du jeu, c’est que si le joueur a choisi l’infiltration, il sera légèrement pénalisé devant un boss (même si envoyer tout l’inventaire suffit à s’en débarrasser). De plus, le niveau de fin est un peu…étrange et marque un déséquilibre avec le reste du jeu. L’IA est assez inégale : cheaté (sprinter 0,2 sec et elle vous attendra même si vous êtes à l’étage d’en dessous), prévisible pour l’infiltration avec un parcours hyper prévisible, des abrutis lorsqu’ils sont en alerte parce qu’ils ne vont pas chercher plus que ça et pourtant ils savent réagir vite (de mémoire) et savent infliger des dégâts quand faut se battre. Enfin il a des tas de chargement un peu agaçant surtout si on doit faire les missions secondaires et la mobilité du personnage ne rend pas ça très facile. Sinon c’est un p***** de bon jeu d’infiltration SF incontournable et bien fini.

Laisser un commentaire