Surfant sur la vague des invasions de zombies, le studio Techland nous propose son dernier titre apocalyptique. Relativement reconnu à ce jour, l’entreprise polonaise n’en est pas à son coup d’essai. Après plusieurs opus orientés vers les bouffeurs de chair fraîche, Technland souhaitait améliorer l’expérience et ajouter de la liberté à ce qui se faisait déjà sur le marché.  Annonçant un savant mélange d’horreur, d’action et de “Parkour”, l’équipe s’est offerte le “luxe” d’un consultant externe “renommé” … en la personne de David Belle, initiateur de la discipline en France.  Véritable concurrent de L4D ? Ajout de zombies sur une base de Mirror’s Edge ? Réelle innovation ? Le verdict dans la suite …

Le scénario

Une épidémie, d’origine inconnue, s’est répandue dans la ville d’Harran.  Afin d’éradiquer la menace, le gouvernement en place a isolé l’endroit à l’aide d’une enceinte infranchissable. Malheureusement, un dossier sensible se trouve dans les mains d’un certain Rais. Votre but sera, dans un premier temps, de mettre la main sur ses informations sensibles.

539943

Vous incarnez l’agent spécial Kyle Crane, pigeon de service à la solde du GRE (Global Relief Effort). Vous voici parachuté au milieu d’une zone chaotique et sans réelle information concrète … Après quelques secondes de jeu, le scénario affiche déjà ses lacunes. Tout d’abord, il me semble qu’en qualité d’agent parachuté en zone de quarantaine, un minimum d’information et de préparation sont nécessaires. Votre avatar n’a pas l’air de savoir où il met les pieds, de plus, malgré le choix relativement élevé de toits d’habitations à disposition, vous choisissez de vous accrochez à un lampadaire … Evidement, la chute est rude, vous voici donc blessé et entouré de deux énergumènes qui vous tiennent en respect !

Après une veine tentative de défense de votre part, votre meilleure idée réside dans l’utilisation de votre arme à feu ( ce qui attire inévitablement les zombies ! ). Une morsure plus tard, deux joyeux habitants vous viennent en aide, le premier se fait rapidement dévoré et vous êtes trainé, à l’abri, par la seconde.

Votre réveil au sein d’une tour de survivants n’est pas suivit d’une fête de bienvenue. Vous voici infecté, sous Antizin et contraint de bosser pour la solde d’un certain Brecken ( leader des lieux ). Crane ne perd cependant pas de vue son réel objectif … Après un rapide tutorial, notre super boul… agent est prêt à affronter le monde extérieur ! Hé bien, bonne chance, ce n’est clairement pas gagné, nous avons affaire à l’élite mes amis !

Les graphismes

Graphiquement, le jeu reste correcte mais sans éblouir l’audimat. Le tout reste très inégale, d’un côté, la distance d’affichage extérieure du titre est très honorable ( surtout au départ des hauteurs ), d’un autre côté, le tout souffre d’un effet granuleux et modélisation / texturing fort imprécis.  Les environnements intérieurs sont nettement plus détaillés et plus soignés. Les nombreux effets ajoutés gênent la lisibilité et la jouabilité du titre.

567535

A la lecture des ingrédients alléchants, l’intitulé Open-World n’est évidement pas dénué d’intérêt, cependant, ne vous attendez pas à découvrir un vaste monde. Comprenez que vos déplacements seront libres, en X, Y et Z, n’oubliez cependant pas, que la zone est sous quarantaine. Point positif pour le studio, même sur les machines vieillissantes ( 3 ans ), il est possible de profiter de l’expérience.

Le gameplay

Le gameplay reste pour moi, l’élément discutable ( trop ), du titre. Je dois vous avouer que j’ai failli abandonner toute progression dans l’aventure, dès le tutorial.  La chose me semblait bien trop imprécise que pour profiter pleinement d’une expérience de liberté. Ceci dit, une fois ce cap passé, la maniabilité du titre ne se révèle pas mauvaise du tout.. On se retrouve assez éloigné d’un Mirror’s Edge au niveau de la progression mais le titre ne mise pas TOUT sur cet aspect

539946

Je déplore cependant qu’avec autant d’années d’écart, aucun titre n’arrive au niveau de la pépite de DICE en matière de déplacement en vue à la première personne. Là où le bas blesse, c’est dans la gestion et l’utilisation des différents menus, accessoires, inventaires & co. La chose peut parfois sembler illogique ( nombres d’armes Vs nombre de munitions ). Un travail plus approfondi n’aurait pas été du luxe sur cet aspect, heureusement que l’équipe n’a pas eu la bonne idée de continuer l’action en arrière-plan durant les différentes manipulations dans les menus.

A mon sens, le titre prend également trop le joueur par la main, c’est relativement généralisé sur les productions actuelles. Du coup, on perd cette envie d’explorer l’univers.  L’IA est à revoir, les pathfinding sautent trop rapidement au yeux et le moindre muret sera votre meilleur ami. Ajoutez à cela qu’un petit pétard dans une voiture en flammes vous permettra d’attirer des dizaines de zombies dans un barbecue sur roue et vous obtenez une difficulté en dents de scie. Heureusement que le joueur sera amené / forcé à évoluer de nuit pour procurer des sensations plus extrêmes.

Le contenu

Difficile d’évaluer un contenu en patchwork, de bonnes idées piochées par endroits mais pas forcément au sein des productions de l’entreprise. Il est un fait certain que Mirror’s Edge, L4D et Dead Island ont très ( TROP ) influencés Dying Light. Le multi se révèle être tout de même sympathique avec une progression en coop et le mode Be the zombie. La durée de vie est relativement bonne, reste à savoir si la rejouabilité le sera tout autant. A mon sens, les puristes reviendront très rapidement sur L4D. En terme de contenu sonore, ne vous attendez pas à une Vo sympathique, la VF est tout simplement horrible.

567538

“Tu as été sacrément généreux pour le scénario où tout a déjà été vu et revu dans d’autres jeux, films, livres… C’est vrai que l’on pouvait s’attendre à un meilleur jeu. J’ai été très déçue de la campagne solo mais à deux, c’est quand même sympa. A conseiller, mais d’occasion parce que neuf, c’est cher payé pour ce qu’il vaut.” – misamanson

“Quand je vois que certains sites attribuent une note globale de 16 … Y a un soucis!” – Geims

“Ils ont du être invités à des previews dans des hôtels 4 ou 5 étoiles. Forcément, le jeu paraît mieux” – misamanson

Test Dying Light, un raté ?
En conclusion, je reste mitigé sur ce Dying Light, dommage je l'attendais fermement. L'IA foireuse, les menus tortillonants et le scénario digne d'un film de Luc Besson à la sauce Zombies m'ont malheureusement refroidis. On retrouve trop d'inspirations ( pour ne pas dire copier / coller ) provenants d'autres productions. La supervision d'un cascadeur reconnu ne suffit pas pour en faire un bon jeu. Il est également, à mon sens, difficile d'imposer sur le marché, une production qui prône le mouvement perpétuel et ne pas avoir un système parfait. Le côté boulet / agent spécial m'a très ( trop ) rapidement gonflé, dommage, il y avait matière à en faire une bonne production.
Le scénario5
Les graphismes7
Le gameplay6
Le contenu6
6Note Finale
Note des lecteurs: (5 Votes)
6.5

Laisser un commentaire