Si vous me suivez un peu, vous savez certainement que pour moi le jeu vidéo n’est pas seulement un divertissement mais aussi un art à part entière.

A ce titre il doit être étudier, analysé, synthétiser, critiquer comme le sont les films car chaque production a son message à faire passer, sa part de poésie, sa Beauté Intérieure Très Émouvante (que l’on abrégera B.I.T.E.) et bien à tout ça il semblerait que Just Cause 3 ait répondu : Fuck That Shit.

08077688-photo-just-cause-3-e3

Just Cause est un jeu à jouer pour se défouler (comme l’était le précédant épisode), pour passer le temps sans chercher à s’investir émotionnellement  dans une intrigue, jouer simplement et prendre son pied, du moins sur le court terme. Le jeu est fun dès les premières minutes de jeu et il s’assume directement comme défouloir décomplexer de tout réalisme. A grand coup d’explosion et de chute libre il saura combler vos besoins d’hémoglobine et d’explosion au terme d’une journée casse-pied.

Libérer un île oui, mais en détruisant chaque bâtiment c’est pas bon pour l’économie.

Afin de laisser au joueur une très grande liberté d’action ainsi qu’une grisante sensation de puissance, le jeu vous gratifie d’une wingsuit, d’un grappin et d’un parachute. Avec ces gadgets vous pourrez vous prendre pour Iron Man en tirant des roquettes tout en planant avec votre parachute. Ces trois accessoires influences réellement le rapport à la map et aux déplacements. A contrario, ces outils sont tellement pratique qu’ils remplacent complètement les autres véhicules (sauf les avions et hélicoptères militaires rendus utiles par leur vitesse et leur puissance de feu).

Just Cause 3_20151209170034

Au petit jeu entre gta-like du qui-à-la-plus-grosse-carte, ce Just Cause tire son épingle du jeu sans surprise. Cependant il démontre aussi que la taille ce n’est pas tout et qu’il vaut mieux une carte moins arrogante mais pleine de vie plutôt qu’une vaste étendu de vide. Vide, le mot est lancé et il résume bien mon expérience d’exploration de archipel qui nous sert ici de terrain  de jeu. Cela fera plaisir aux chercheurs d’Easter eggs savamment cachés ainsi qu’aux amateur d’aviation qui auront tout le loisir de traverser la map en Jet mais c’est à peu près tout. Si vous n’avez pas de véhicule volant sous la main  ni de balise de déplacement éclair vous serez condamné à traverser ces environnements peut inspirés  en sauts de puce avec votre grappin.

Sur la map donc, vous trouverez deux types d’endroits construits, tout d’abord les bases militaires que vous pourrez ravager pour libérer les différentes îles et enfin les villes ou vous ne pourrez détruire que quelques éléments en lien avec le gouvernement.  En dehors de ça il vous restera les ponts à faire sauter et c’est à peu près tout en ce qui concerne les éléments destructibles.  Et clairement pour moi ce n’est pas assez.

ME3050569559_2

Soyons clair la destruction est bien gérée et jouissive mais elle n’est pas aussi développée que celle de Mercenaries 2 sortit en …. 2008. L’aire de jeu n’était pas aussi grande et les graphismes n’étaient pas aussi propre mais chaque bâtiment pouvait être rasé ce qui était infiniment plus sympa. Ce choix de ne pas autorisé la destruction totale amène a des aberrations. Par exemple vous pouvez détruire une immense parabole satellite mais la petite maison de fermier en torchis résistera à vos slaves de roquette (des parpaings en titane dirons nous). Les explosions sont très travaillées (en même temps c’est sur ce point que repose tout le jeu) et la destruction repose sur un système de découpage des éléments de décors qui apporte vraiment quelque chose.

 

Le scénario n’est pas bien riche et sert davantage de prétexte à la traversée des îles et à faire exploser des choses plus grandes qu’hors mission. C’est pas bien folichons mais, après tout, ce n’est pas ce que l’on recherche dans ce type de jeu. En dehors de la campagne principale donc vous vous occuperez en libérant chaque région du pays au fur et à mesure des avant-postes et villes libérées.  En délivrant ces villes du joug de l’oppresseur vous débloquerez des défis qui viendront gonfler un peu plus la durée de vie. C’est du déjà vu et c’est vraiment artificiel mais rien de honteux non plus.

Enfin sachez que des extensions sont prévues et vous conféreront encore plus de pouvoir, ça s’annonce très bien. 

Just Cause 3 - La politique de la terre brûlée
Scénario3
Graphismes8
Gameplay10
Contenu8
7.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Une réponse

Laisser un commentaire