Comme chaque lundi, découvrons ensemble un jeu indé, bon ou mauvais, et cette semaine c’est Gemini : Heroes Reborn qui est à l’honneur.

Vous vous souvenez peut être du très bon mais trop peu connu Singularity sorti en 2010.  Celui-ci proposait au joueur de naviguer entre deux versions d’un même lieu, chacune située à une époque particulière (de nos jours et en pleine guerre froide). Et bien c’est à peu près ce mécanisme que reprend Gemini pour baser son gameplay. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Vous incarnez une jeune femme qui s’aventure avec un ami dans un bâtiment abandonné en ruine. Le soucis étant que le lieu n’est pas aussi abandonné qu’il en a l’air et qu’un groupe d’hommes armés ne tardera pas à prendre votre camarade en otage… Mystère, trahison, révélation et menace, le scénario n’est pas folichon et n’est pas le principal atout de ce jeu. Non, son vrai potentiel c’est l’utilisation des pouvoirs. Attaquons donc avec le plus impressionnant, le changement d’époque. Vous évoluez donc entre deux chronologies, la première est contemporaine et le site exploré est en ruine alors que la seconde est située 20 ans dans le passé alors que les lieux étaient encore occupé par une drôle d’entreprise. Ainsi lorsque le chemin est barré dans l’un, il suffit de switcher vers l’autre pour trouver un moyen de passer. De plus, ce pouvoir est accompagné d’un système de fenêtre donnant vers l’autre monde vous permettant de voir ce qui s’y passe sans vous y téléporter. Ainsi, lorsque vous savez qu’un ennemis rode dans l’autre temporalité il vous suffit de d’ouvrir cette fenêtre, de l’observer et de vous glisser dans son dos avant de vraiment vous téléporter et lui régler son compte.  C’est un système vraiment intelligent qui offre une super maîtrise de environnement lors des combats.

gemini-heroes-reborn-review-pc-499243-7

La fenêtre qui permet d’observer l’autre temporalité

Les autres pouvoirs sont plus anecdotiques mais tout aussi bien trouvés. Par exemple il est possible de ralentir le temps pour éviter les balles ou le coupant des pales d’une ventilation par exemple.  Ce pouvoir vous offre aussi la possibilité d’attraper les projectiles ennemis et de les rediriger où bon vous semble à la manière de Néo dans The Matrix. Enfin pour compléter le tableau de la badass attitude vous avez la possibilité de déplacer les objets et les personnages via la télékinésie… sympa.  Cependant, le vrai soucis de ce jeu c’est qu’il propose des mécaniques vraiment intéressantes et super jouissives à utiliser mais il est bien trop court et ne pousse pas assez leur utilisation. On regrette vraiment que ces  pattern ne soient pas réellement utilisés une fois introduits. Il est clair que chacun des pouvoirs aurait pu être bien plus mis en valeur et la perspective d’en combiner plusieurs pour venir à bout de salles tordues façon Portal laisse poindre un sentiment de manque d’accomplissement.  Pire encore, à quelques reprises le jeu va vous demander d’accomplir une action particulière comme déplacer un arbre dans le passé pour que dans le présent il soit si grand qu’il vous ouvre un passage. Cette idée est superbe et pourrait offrir bien des variations dans le gameplay mais non. On l’utilise une fois ou deux et c’est tout… Frustrant.

Gemini-Heroes-reborn-03

Arrêter mes balles, un fantasme vieux comme le FPS

Mal-grès la faiblesse du scénario, la fin du jeu laisse clairement entendre qu’une suite est possible. Si cela venait à se concrétiser peut être que tout ces éléments seront utiliser dignement mais tout de même il est dommage de rester sur sa faim à ce point. Au final, notre avis sur ce titre est mitigé tant le génial de ses idées est rongé par l’évident manque de contenu. Le jeu va jusqu’à donner une explication logique est irréfutable pour l’apparition de l’ATH (la vie, les jauges de pouvoirs….) sur la vision subjective, un mal que la plupart des titres ne se donnent pas. Le manque d’approfondissement est vraiment dommage.

2822410-cp_gemini_heroes_reborn_ql.00_32_21_14.still001

Attraper un ennemis et le coller dans le transformateur pour le faire griller…

Pour être plus pragmatique à présent, bien qu’il fasse bon usage de l’Unreal Engine en affichant des graphismes très plaisant, le jeu est hélas très lourd et très mal optimisé sur PS4. Pour toutes ces raison,  et si l’aventure vous tente, nous ne saurions que trop vous conseiller d’attendre que le titre baisse de prix. Sept euros pourquoi pas, quinze ou vingt surement pas.

 

Laisser un commentaire