[TEST] PORTAL Le légendaire puzzle game

Bienvenue chez Aperture Science, un centre de recherche où vous allez être le sujet de nombreuses expériences pour faire avancer la science. Valve met votre logique à l’épreuve dans Portal en vous proposant de résoudre différents puzzles dans une suite de salles. Grâce à un gameplay simple et abouti ainsi qu’une arme particulière qui crée des portails, les développeurs nous proposent un jeu original qui va ravir tous les fans de puzzle game mais aussi les amateurs de concepts originaux. Au moyen d’un scénario basique mais qui pose de vrais questions sur la place du joueur, par l’intermédiaire d’une IA particulièrement bavarde et louche, Portal nous tient en haleine à mesure que l’on progresse dans le jeu car on souhaite connaître le mystère qui se cache derrière toutes ses expériences. Portal est un jeu aux nombreuses qualités dont j’ai déjà cité une partie, c’est un véritable ovni dans le genre du puzzle game mais c’est aussi un jeu qui semble inachevé car ils posent de nombreuses questions sans forcément y répondre et surtout sa réalisation est en demi-teinte car il y a clairement des éléments qui manquent d’approfondissement.

Vous êtes un cobaye :

Vous l’aurez compris, nous incarnons un sujet d’expérience. Guidé par une IA, notre logique est constamment mise à l’épreuve pour résoudre des puzzles et ouvrir la porte vers une nouvelle salle avec de nouvelles énigmes. “Dans quel but?” me direz-vous, c’est tout simplement pour faire progresser la science et manger du gâteau. Enfin ça, c’est dans l’idéal, en réalité, on va découvrir que tout n’est pas rose pour un cobaye et notre objectif va très vite changer.

Le scénario de Portal est assez prévisible, on sent immédiatement que la première partie du jeu ne constitue pas le cœur du scénario, et les dialogues sonnent faux. On comprend que c’est voulu et les révélations sont bien amenées. Néanmoins, il n’y a pas d’effet de surprise pour les différents rebondissements et c’est vraiment dommage. Dans sa manière de présenter le scénario, Portal a une approche intéressante car il met les dialogues au cœur du déroulement. Ici pas de grandes cinématiques, tout se passe à travers les dialogues de l’IA, qui se révèlent plutôt de l’ordre du monologue, et à travers quelques petits indices sur les murs. Le personnage étant muet, il n’y a pas d’interaction, le joueur suit donc le scénario à travers les paroles de l’IA. Sachant qu’elle ne s’arrête presque pas de parler, le joueur est constamment sollicité et cela permet de suivre correctement l’intrigue. De plus, l’IA est très drôle ( avec une tendance à l’humour noir ), sarcastique et bien écrite, c’est plaisant à suivre.

Les dialogues sont au cœur du jeu et de son interprétation car ils nous font réfléchir sur la position du joueur face au jeu. Sur de nombreuses décisions, l’IA prend à partie le joueur en le questionnant sur sa morale, au point où on se demande si on fait les bons choix. Pourtant, on sait que le jeu nous oblige à faire ces choix car il est linéaire mais l’IA le présente comme si c’était nos décisions, par le simple fait de continuer le jeu. C’est d’autant plus vrai à la fin du jeu quand ( spoiler ) on est trahi par l’IA et qu’on ne fait plus ce qu’elle dit alors qu’on suivi toutes ses instructions depuis le début. Le jeu nous pousse à nous rebeller même si certains éléments nous font douter sur notre prise de décision, surtout la scène de fin ( fin du spoiler ). Personnellement, j’ai trouvé ce questionnement sur le joueur très intéressant mais l’inconvénient principal, c’est que le scénario de base n’est pas résolu. On n’apprend pas grand chose sur le personnage, l’IA et la société alors qu’on aimerait en savoir plus avec tout le mystère qui plane sur l’institut et ses motivations, on reste sur notre faim. D’ailleurs, on ne sait pas ce qu’il advient de notre personnage, ce qui renforce l’impression d’inachèvement.

Des éléments pour comprendre ce qui se passe et déceler le vrai du faux.

L’art d’utiliser le Portal Gun :

Le gameplay de Portal est vraiment réduit au strict minimum. On joue en vue FPS et on peut sauter, se baisser et interagir avec l’environnement. Ce gameplay s’étoffe un brin lorsqu’on récupère le Portal Gun car il nous permet en plus de tirer des portails, ce qui fait d’ailleurs toute l’originalité du jeu.

L’objectif de Portal est de résoudre des puzzles dans différentes salles. Il faut analyser la configuration de la salle et les objets à disposition pour en comprendre la logique et activer l’interrupteur permettant d’ouvrir la porte vers la salle suivante. C’est simple, ça ne demande pas de gros réflexes pour atteindre l’objectif, juste du bon sens, c’est pourquoi le gameplay minimaliste est suffisant pour le principe du jeu. Portal est donc un puzzle game mais avec un ajout qui le distingue énormément de tous les autres : le Portal Gun. Cette arme nous donne la possibilité de créer des portails : un bleu et un orange qui sont reliés l’un à l’autre. En clair, si j’entre dans un portail bleu, je sors par le portail orange et inversement. Cette mécanique de gameplay demande une plus grande réflexion dans la résolution des puzzles car tous les objets peuvent passer par les portails, en plus de nous-même, il est donc nécessaire de tout bien analyser pour s’en sortir et parvenir à nos fins. De plus, Portal deviendra plus exigeant au fur et à mesure de la progression au point où il faudra calculer la vitesse lorsqu’on fait une chute pour atteindre certaines zones car en sautant dans un portail depuis un point élevé, la force de la chute reste effective en sortant par l’autre portail. C’est vraiment une façon particulière d’appréhender les puzzles et ça fonctionne. Le joueur doit vraiment réfléchir pour résoudre les puzzles car il y a toujours une solution même si ça demande parfois une gymnastique cérébrale avec toutes les possibilités fournies par l’usage des portails. Tous les amateurs de puzzle y trouveront leur compte tout comme ceux qui apprécient un gameplay original.

Mais.. mais c’est moi !!!

C’est vide :

Portal a de nombreuses qualités mais l’environnement de jeu n’en fait pas partie. J’ai l’impression que les développeurs ont autant réduit les détails de l’environnement que le gameplay. C’est vide et les couleurs sont fades. En revanche, les éléments importants ont bénéficié d’un travail soigné, que ce soient les personnages ou les objets avec lesquels ont peut interagir. Si ce travail avait été appliqué sur tout le jeu, on aurait un jeu très beau visuellement et qui aurait très bien vieilli.

Cette remarque ne s’applique pas à la bande-son qui est très agréable avec un bon doublage et des thèmes musicaux passe-partout mais travaillés. Le thème musical final mérite d’ailleurs une mention spéciale parce qu’il est particulièrement travaillé, beau et drôle, c’est un épilogue en chanson.

L’ambiance globale est donc réussie mais je regrette vraiment ce semi-travail sur le visuel.

L’essentiel du jeu ressemble à ça…

The cake is a lie :

La durée de vie de Portal est beaucoup trop courte. Il se finit en 5 heures environs et c’est vraiment dommage au vu des qualités du jeu. Surtout que le jeu a une face cachée que l’on découvre lorsqu’on progresse, on se rend vite compte que les tests scientifiques ne représentent pas l’essentiel du jeu et c’est là que ça devient intéressant bien que la faible durée de vie du jeu ne permet pas un développement important de cette deuxième partie de jeu. On se retrouve donc encore une fois avec une impression d’inachèvement.

Mais qui a écrit ça?

[TEST] PORTAL Le légendaire puzzle game
Portal est un jeu plein de qualités et original mais il ne semble pas fini car certaines parties auraient gagné à avoir un traitement plus important. Je le recommande quand même vivement car c'est une expérience à découvrir mais plutôt en soldes.
Scénario7.5
Gameplay9
Ambiance6
Contenu6
Les plus :
  • Le Portal Gun.
  • Une réflexion sur la place du joueur.
  • Le thème final.
Les moins :
  • Un scénario troué.
  • Un environnement vide.
  • Une durée de vie trop faible.
7.1Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

3 Réponses

Laisser un commentaire