[TEST] State of Decay, la survie face à des bugs et la répétition !

Au cours des dernières années, nous avons eu droit à un certain nombre de jeux sur le thème des zombies. La majorité d’entre eux étaient des shooters dans lesquels ont devait survivre face à des hordes de morts-vivants. Cependant, un grand nombre de joueurs souhaitait voir un jeu de survie proche de séries comme The Walking Dead avec du craft, de la gestion de base et des composantes RPG. C’est dans ce contexte qu’a débarqué State of Deacay, un jeu qui répondait pleinement à ces attentes. Ce n’était pas le seul mais l’un des plus prometteurs.

La randonnée macabre :

Notre périple commence avec un duo de survivants qui souhaitait faire du camping. Sauf que leur projet de détente va vite être chamboulé par un groupe de cadavres qui les attaque. Les deux hommes vont donc se réfugier auprès d’un groupe de survivants et se barricader dans une cabane. Une fois à l’abri, ils font le point sur leur situation et ils se rendent compte rapidement qu’ils sont au milieu d’une apocalypse zombie, coincée dans une zone de quarantaine et qu’ils vont devoir s’organiser pour survivre.

Le scénario de State of Decay est classique et rempli de clichés. On retrouve la vision négative de l’armée et la lutte entre les survivants. Il n’y a pas de surprise, on s’attend aux différents dénouements et le tout n’est pas très développé. Le traitement est similaire pour les survivants qui n’ont pas de véritable individualité. L’intrigue se laisse donc suivre mais reste sans saveur.

Ouhhh les méchants soldats !!!

Une survie complète mais buguée :

State of Decay est un RPG de survie en TPS ( vue à la troisième personne ). Il est divisé en 2 grandes phases : la gestion de notre base et la collecte des ressources à travers des missions ou de manière libre en explorant le monde ouvert.

Nous avons donc une base qu’il faudra gérer. Celle-ci nous permet d’alterner entre les personnages, de les faire progresser et de stocker nos ressources. Il est donc essentiel de la défendre et l’améliorer pour survivre.

Cependant, au début de notre aventure, les ressources ne se collecteront pas tout seul et ils sont essentiels pour renforcer le campement. Il sera donc nécessaire de piller les alentours pour l’approvisionner. Le joueur doit alors se frayer un chemin au travers des zombies, soit de manière discrète ou en tirant sur tout ce qui bouge.

Le concept de State of Decay est génial car on a vraiment l’impression de contribuer à une communauté qui cherche à survivre dans ce chaos. La gestion est bien conçue, on a des choix à faire pour les améliorations et il faut veiller sur nos camarades psychologiquement et physiquement pour éviter tout débordement. Le gameplay est nerveux et actif, ce qui rend tout affrontement distrayant. Néanmoins, ils sont aussi simples et on ne ressent aucune peur en affrontant les zombies. C’est dommage pour un jeu de survie car on se contente de marteler un bouton pour se battre et on arrive à neutraliser des hordes entières sans prendre de dégât. De plus, nos personnages gagnent très vite de l’expérience, les rendant rapidement plus puissants que des dizaines de morts réunis. Pour un jeu de survie, c’est beaucoup trop facile, on n’a pas de crainte, à part celle des bugs qui sont légions.

Il me faut encore évoquer un dernier élément pour la gameplay car il est important. Généralement, qui dit monde ouvert, dit véhicule et State of Decay n’a pas outrepassé cette règle. On peut utiliser des voitures qu’on trouve abandonnées sur la carte pour passer d’un endroit à l’autre. Concernant cette mécanique, dire que la conduite est mauvaise serait un euphémisme. Entre les bugs de collision, la direction qui répond mal et les murs invisible, il y a facilement de quoi devenir chauve.

Comment ça j’ai pris du dégât?

Une ambiance sans âme :

State of Decay est un jeu avec des graphismes dépassés. Les personnages sont inexpressifs, les environnements fades et il y a de nombreux bugs visuels. De plus, les acteurs sonores sont plats, on a l’impression qu’un personnage parle de son frigo vide quand un personnage est mort.

Une tentative d’humour.

Un contenu important mais qui peut devenir répétitif :

La campagne principale du jeu nous occupe 20 heures environs mais cette durée de vie est renforcée par les nombreuses activités à faire.

Il y a des événements aléatoires sur la carte pour aider des voisins ou un survivant. Cela permet de renforcer les relations et de pouvoir utiliser de nouveaux personnages, certain pouvant être recruté.

On aussi des missions secondaires pour en découvrir un peu plus sur l’histoire et de nombreuses maisons à piller pour améliorer notre base. Néanmoins, malgré cette foule de choses à faire, le jeu souffre d’une certain répétitivité. Quand on doit remonter le moral d’un survivant pour la 3000ème fois en allant tuer des zombies, on en a vite marre surtout quand l’activité se déclenche toutes les 5 minutes et que cela a une influence sur le moral du groupe si on ne s’en occupe pas vite.

Si on passe outre ses défauts, State of Decay a aussi deux DLCs permettant de poursuivre l’aventure après la fin de la campagne principale. Le premier est un mode bac à sable et le second comporte une nouvelle intrigue où l’on incarne un militaire.

Dans la première extension, on est dans un mode infini nous permettant de poursuivre les activités secondaires et les pillages. Il est clairement à destination de ceux qui n’ont pas ressenti de répétition dans le jeu principal.

Le deuxième nous donne un point de vue inédit et a un intérêt au niveau du scénario. On en apprend plus sur le virus et le rôle des militaires. De plus, il améliore la gestion de la base à travers de nouvelles mécaniques et corrige un certain nombre de bugs visuels. C’est très appréciable et ça conviendra aux joueurs qui ont appréciés la campagne principale.

Dans la peau d’un militaire.

[TEST] State of Decay, la survie face à des bugs et la répétition !
State of Decay est un jeu empli de bonnes idées. Il propose une expérience attendue sur le thème des zombies mais sa réalisation est grossière. Son moteur graphique est dépassé, des bugs sont à notés et une répétition se fait vite sentir. Cependant, ça reste un jeu appréciable notamment dans son aspect gestion et les fans d'un univers comme celui de The Walking Dead y trouveront leur compte.
Scénario4
Gameplay6
Ambiance2
Contenu7
Les plus :
  • Une bonne gestion de base.
  • Des DLCs de qualité.
  • Un contenu important.
Les moins :
  • Un scénario cliché et en arrière plan.
  • Des bugs...Beaucoup...
  • Des personnages plats.
4.8Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire