Hitman 2 : Dans la continuité de son prédécesseur !

Malgré la fin du partenariat avec Square Enix, Io Interactive a récupéré les droits de la licence Hitman et nous sert une nouvelle aventure avec notre assassin chauve préféré. On reprend les fondations du précédent opus et on les perfectionne pour celui-ci. On retrouve donc un système qui a fait ses preuves mais on va beaucoup plus loin et à la fin, on en redemande.

Chasse à la providence !

47 poursuit sa traque du Shadow Client. Dans l’opus précédent, l’assassin avait éliminé certains membres de Providence pour le compte de ce client mystérieux dont le but était de mettre cet acte sur le dos de l’ICA, l’agence qui emploie 47. Providence est une organisation faisant penser aux illuminatis car ils contrôlent secrètement le monde. Les actes de 47 ont donc de lourdes conséquences. Il va donc chercher à se venger de cette personne et cela le poussera à découvrir des secrets sur son passé.

C’est un gros résumé de l’histoire que je viens de faire mais le scénario n’est pas très développé donc j’en montre déjà beaucoup avec ces quelques lignes. L’intrigue est intéressante car on en apprend plus sur le personnage principal. Sachant que son origine est mystérieuse, les fans de la série sont toujours à l’affût du moindre indice supplémentaire sur sa création, son éducation et son enfance. L’intérêt du joueur est donc bien là mais le scénario reste peu présent et c’est dommage.

En revanche, il y a plein de petits scénarios sur les cartes où l’on évolue pendant nos assassinats. Des petites intrigues nous permettent d’en apprendre plus sur la zone où on se trouve et bénéficient d’une bonne écriture. Cela permet de rester attentif à l’environnement pendant nos phases de jeu mais aussi de donner une rejouabilité à chaque niveau pour tout découvrir, certaines intrigues se déroulant à un moment précis temporellement.

47, le chaman.

On prend les mêmes et on recommence :

La série Hitman est assez constante dans son gameplay et les mécaniques qui l’accompagnent même si certaines nouveautés sont apparues avec le dernier opus. Concrètement, 47 arrive sur une carte et a une cible ou des cibles à éliminer. Pour arriver à ses fins, il a de nombreuses possibilités dépendantes de son approche.

Si le joueur prend une approche frontale, il a plusieurs armes à disposition et des possibilités de se mettre à couvert, de prendre l’ennemi à revers grâce à une IA performante et d’utiliser des explosifs. Cependant, c’est déconseillé car le jeu privilégie l’approche discrète, les ennemis étant puissants et intelligents. Les bourrins pourront donc tenter le coup mais risquent de se mordre les doigts.

L’approche discrète est clairement la plus intéressante et la plus développée. Nous avons de nombreuses possibilités pour éliminer les cibles. Par exemple, 47 peut se déguiser ou se faufiler discrètement dans des zones. Cela lui permet d’accéder à sa cible sans attirer l’attention et ensuite de l’éliminer en l’empoisonnant, l’étranglant, en piégeant un endroit particulier etc… Les possibilités sont très nombreuses et permettent au joueur de faire preuve d’imagination. En plus, l’IA est intelligente donc c’est un défi d’arriver à ses fins et c’est surtout bien conçu parce que ça évite une frustration dû à un ennemi stupide. La seule personne qu’on peut blâmer pour un échec, c’est nous.

Cependant les débutants n’ont pas à être effrayés car si on n’est pas habitué à ce type de jeu, il est possible de suivre certains scénarios en étant plus ou moins accompagné. Chaque zone a des intrigues secondaires qui mènent à des opportunités d’assassinat. Cela permet d’éviter la répétition parce que c’est intéressant de suivre ces petits scénarios et surtout on a la possibilité de régler un niveau d’accompagnement pour ces derniers. On peut entièrement suivre les objectifs avec des indicateurs sur la carte très précis ou plutôt suivre les discussions des passants et se débrouiller seul pour trouver les opportunités en question. Hitman est donc très bien conçu dans son gameplay car il correspond à tous les joueurs, débutants ou non, frontaux ou discret et tout cela dans des mécaniques parfaitement maîtrisés.

Se dissimuler, écouter et s’adapter.

Une ambiance qui n’évolue pas vraiment :

Hitman 2 n’a pas beaucoup changé depuis l’opus précédent. Graphiquement, il est beau sans être parfait malgré des effets très jolies dans certains cas, sur l’eau par exemple. Il en est de même pour les thèmes sonores qui se révèlent passe-partout. On est sur une ambiance convenue, qui ne provoque pas une claque visuelle ou sonore mais qu’on regarde, qu’on apprécie mais qui ne marquera pas.

En revanche, on peut noter que certains acteurs ne sont pas forcément convaincus dans leur rôle. On se retrouve alors avec des scènes cocasses dans les niveaux avec des personnages qui parlent d’une chose grave mais où on a l’impression qu’ils parlent d’un frigo en panne.

On a quand même certains jolies paysages.

Une très bonne rejouabilité malgré une faible durée de vie initiale :

Le scénario de Hitman 2 se termine en 10 heures environs en fonction de notre manière de jouer. C’est assez court mais le jeu dispose d’une bonne rejouabilité.

En effet, les niveaux peuvent être refaits de plusieurs manières différentes. Les joueurs, fans de tout découvrir, auront donc l’occasion d’arpenter à nouveau certains lieux pour arriver à leurs fins en suivant une nouvelle intrigue secondaire ou en changeant leur approche. Ainsi, on a l’occasion de découvrir tous les petits scénarios du niveau en question et en apprendre d’avantage sur le lieu.

De plus, Hitman 2 reprend le modèle de son ainé en proposant des cibles provisoires sur une courte durée régulièrement. Ces assassinats appelés cible elusive nous transporte dans un lieu qu’on a déjà parcouru avec un scénario différent. On a une nouvelle cible et on a qu’un seul essai pour l’éliminer. Cela permet de rallonger la durée de vie du jeu et en même temps d’y retourner souvent après l’avoir fini. D’ailleurs, c’est l’acteur Sean Bean qui incarne la première cible. Son personnage étant un homme qui revient souvent à la vie après avoir été assassiné et qui est donc réputé intuable, ce qui est une mention spéciale à sa carrière d’acteur où les personnages qu’il incarne meurent régulièrement.

Et pour couronner ce contenu déjà conséquent, il y a un mode online dans Hitman 2. Celui-ci permet d’affronter un autre joueur sur la même carte et le but est d’éliminer rapidement et efficacement une cible avant son adversaire. C’est sympa parce que ça donne un vent de fraîcheur à la licence en incorporant un contenu multijoueur qui fonctionne bien.

Un score moyen… On recommence?

Hitman 2 : Dans la continuité de son prédécesseur !
Hitman 2 est le digne successeur de son ainé. Il perfectionne des mécaniques qui ont fait leurs preuves et en propose de nouvelles comme l’affrontement online qui rallonge la durée de vie et comporte un contenu original et efficace. On peut tout de même regretter un scénario peu présent et une ambiance qui n’a pas vraiment évolué, montrant que le studio n’a pas pris de gros risques en sortant ce nouvel opus.
Scénario7
Gameplay10
Ambiance5
Contenu8
Les plus :
  • Une bonne écriture...
  • Les opportunités d'assassinat !
  • Des mécaniques de gameplay parfaites pour tous les assassins.
Les moins :
  • ...mais une intrigue principale tenant en quelques lignes.
  • Une ambiance moyenne.
  • Une petite durée de vie si on n'est pas intéressé par le fait de refaire les niveaux.
7.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire