[TEST] Devil May Cry 5 : du fun en veux-tu en voilà !

Après un dernier opus sorti en 2013 qui a su diviser les fans de part son côté “reboot”, Capcom nous sort Devil May Cry 5. Ce dernier renoue totalement avec la série, et s’avère être la suite directe du quatrième opus, paru cette fois-ci en 2008. Mais est-ce que ce nouveau titre arrive à convaincre ? Il se pourrait bien…

Test réalisé sur une PS4 classique.

Une histoire pour tous

Devil May Cry 5 s’illustre par le fait qu’il est compréhensible par tout le monde. Même si vous n’avez jamais joué à un seul opus de la série, vous devriez comprendre globalement ce qu’il se passe. Par ailleurs, il est possible via une cinématique de quelques minutes d’avoir un résumé des opus précédents pour se mettre à jour au niveau de l’histoire.

Néanmoins, bien des références vous échapperont si vous êtes nouveau. Et de ce côté justement, ce titre fait fort, très fort même. Le jeu est rempli de clins d’œils en tout genre sur tous les opus de la saga. Si vous êtes un fan, il vous sera très difficile de rester insensible à ce raz-de-marée de références à tout-va. Elles ne sont par ailleurs pas exécutées maladroitement et s’intègrent parfaitement au jeu. Cependant, l’histoire s’avère assez téléphonée si l’on est un connaisseur justement.

Mais deviner ce qu’il va se passer, c’est une chose. Accrocher à la narration en est une autre… Les cinématiques proposées lors du mode histoire sont vraiment très bien mises en scène, et l’on est scotché à l’écran de bout en bout. Les musiques elles aussi aident à cela, car elles sont tout simplement sublimes lors de ces scènes, et même lorsque vous jouez. Et pour terminer, le doublage anglais est vraiment excellent. On sent bien que les personnes derrière ces voix ont tout à fait compris quoi faire avec les différents personnages, et plus particulièrement pour Dante où son humour est incarné à la perfection.

Fluide et beau

Le titre utilise le RE Engine, déjà utilisé par plusieurs jeux Capcom, comme plus récemment sur Resident Evil 2 Remake.

Dans le cas présent, le moteur s’avère très bien utilisé. Devil May Cry 5 est vraiment très beau, chaque zone du jeu a été travaillée, que ce soit graphiquement ou artistiquement. On pourrait juste regretter la répétition visuelle pour certaines missions, mais rien de bien méchant.

Le jeu tourne par ailleurs en 60 images par seconde, quasiment tout le temps. Il peut arriver qu’il y ait des chutes de framerate, mais ces dernières sont rarissimes. C’est d’autant plus une prouesse quand on voit la vitesse à laquelle l’action se déroule à l’écran, et le nombre d’ennemis qu’il peut y avoir…

Et justement, ces derniers sont bien modélisés. On reconnait au premier coup d’œil les ennemis, et ils ont chacun leurs propres animations pour les attaques. C’est encore plus valable pour les boss qui sont juste impressionnants. Et c’est bien dans ce cas-là qu’analyser la posture ou l’animation peut être importante, car elle peut vous aider à contrer le boss en question.

Et enfin, et vous devez vous en douter, les personnages jouables. Si tout ce qui a été dit précédemment a été réussi, il en va de même ici. Encore une fois, mention spéciale à Dante qui, malgré son nombre d’attaques possède des animations cohérentes et réussies. Chapeau bas Capcom.

Dante, fidèle à lui-même.

Plus jouissif tu meurs

Comme à l’accoutumée, cette saga sait offrir son lot de fun manette en main. Toujours sous forme de beat them all, vous allez en tuer des ennemis, et des boss.

Sachez tout d’abord que cet opus s’avère bien plus accessible que les précédents. Il propose par ailleurs un mode automatique où vous n’aurez pas besoin de faire les combos vous-même. Cela aura tendance à gâcher le jeu, ne l’utilisez que si vous ne jouez jamais à un jeu vidéo. Autrement vous devriez pouvoir vous en sortir sans.

Cet opus propose trois personnages jouables, et ils sont tous différents.

En effet, Dante par exemple, peut toujours équiper différentes armes à distance et au corps à corps. Par ailleurs, il possède toujours ses quatre styles différents, rajoutant des possibilités de combos supplémentaires. En soi son gameplay reste très proche des jeux précédents, mais il s’avère tellement complet et jouissif que l’on en redemande tellement il est fun à jouer.

Il en va de même pour Nero qui reste sensiblement identique, avec la possibilité de tirer, ou d’utiliser l’Exceed, une jauge permettant de renforcer les attaques à l’épée. Mais il y a une différence, et ce sont les Devil Breaker. Prenant la forme de bras temporaires, chacun d’entre eux proposent des effets différents. Par exemple, l’un vous permettra d’exécuter une puissante attaque, là où un autre vous propulsera dans une direction choisie. Les bras devant se trouver ou s’acheter étant donné qu’ils peuvent se casser, permettent à Nero d’avoir un gameplay assez varié.

Et enfin, le tout nouveau personnage de Devil May Cry 5, sobrement nommé V. C’est le plus différent des trois, et propose un style de jeu drastiquement différent. V ne combat pas, il utilise à la place un griffon et une sorte de panthère. Tout en restant à distance avec V, vous ordonnez à vos deux bêtes d’exécuter différentes attaques, et au besoin si ils ne suffisent pas vous pouvez encore invoquer un golem pendant quelques instants. Mais vos familiers sont incapables de tuer un adversaire, et c’est là qu’avec V vous pouvez terminer un ennemi, d’un simple coup. De fait son gameplay radicalement opposé à Nero et Dante, V apporte un vrai sentiment de fraicheur à la série, et comme ses homologues, il est vraiment très fun à jouer.

V ne se bat pas directement mais utilise des bêtes tout en se tenant à distance.

La progression du personnage et le multijoueur

Avant de passer à un gameplay de fou furieux avec les protagonistes, il faut avant tout débloquer les différentes techniques.

Comme d’habitude avec la série, vous gagnez des démonites rouges en terrassant les ennemis, et en détruisant certains objets du décor. Ces derniers doivent ensuite être dépensés dans la boutique.

Bien nombre de techniques sont à obtenir, mais elles permettent dans le même temps d’enchaîner vos ennemis avec plus de classe…

Justement, plus vous variez vos coups, plus votre note lors d’un combat sera élevée, jusqu’à obtenir le SSS. Et mieux vaut viser haut si vous souhaitez obtenir plus de récompenses, et donc acheter de nouvelles techniques plus rapidement.

Et pour terminer, Devil May Cry 5 possède un multijoueur assez anecdotique. Lorsque vous lancez un niveau, il se peut que vous soyez connecté avec un autre joueur, ou une IA. Le plus clair du temps l’autre personnage combattra dans une zone non accessible à votre protagoniste actuel, mais il se peut que dès fois vous soyez ensemble. Alors oui, ce n’est pas très utile, mais cela a le mérite de renforcer la cohérence du niveau. Car si l’on sait que si par exemple Nero et V se situent au même endroit à quelques mètres d’écart, il aurait été bizarre de ne voir que son personnage.

Le magasin, où l’on peut acheter de nouvelles aptitudes, et bien d’autres choses.

La durée de vie

Lorsque vous jouez à un beat them all, il ne faut pas vous attendre à une longue durée de vie en général.

Devil May Cry 5 se termine en ligne droite en dix heures environ.

Cependant, vous pouvez aussi trouver dans des secrets des missions secrètes de quelques minutes, ou trouver tous les objets cachés du jeu.

Mais surtout, et c’est l’essence même de la saga, c’est de refaire le jeu en conservant tout ce qui a été débloqué, dans une difficulté supérieure, et encore plus loin après avoir terminé cette dernière. Bien que cela semble anecdotique, la façon d’appréhender le jeu change totalement, et la manière de jouer aussi car il ne faut plus tout simplement rentrer dans le tas pour tout casser. Et au vu de la qualité du titre, on retourne avec plaisir se faire détruire par des démons encore plus dangereux !

Les boss sont toujours aussi impressionnants.

[TEST] Devil May Cry 5 : du fun en veux-tu en voilà !
Devil May Cry 5 est un très bon beat them all. Il propose tout ce que l'on peut aimer dans un jeu du genre. Avec un gameplay plus que solide, nerveux, et surtout ultra fun avec des tonnes de coups, il saura satisfaire même les plus exigeants des joueurs. Le scénario, bien que téléphoné pour les connaisseurs, saura également convaincre les nouveaux voulant s'essayer à l'univers de Devil May Cry. De fait, ce jeu est tout simplement l'opus parfait pour s'y essayer... et l'adopter.
Le scénario8
Les graphismes8
Le gameplay9.5
Le contenu7.5
La bande son8
Points forts
  • Trois personnages différents
  • Très amusant à jouer
  • Très beau
Points faibles
  • Le "multijoueur" anecdotique bien qu'il apporte de la cohérence
  • L'histoire prévisible pour les connaisseurs
8Bon
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire