Incarnatis est une aventure littéraire d’un genre nouveau, débutée en 2016 – pour ses lecteurs, du moins, car pour l’auteur, c’est le travail de toute une vie ! – et qui va bientôt connaître son dénouement, son troisième volet étant actuellement en campagne de financement participatif.

Plongeons ensemble dans une saga SF pas comme les autres…

L’histoire :

« Terre, deux siècles après les catastrophes des Lunes Sombres, le aéroplaneurs de la Guilde commercent dans le monde entier, entre teks et domas, agissant dans la plus grande neutralité face à la montée du Technofascisme.

Seul survivant du massacre de sa famille, Yarel Grinh, un jeune aérostier, cherche à se venger. Tourmenté par d’étranges visions depuis son plus jeune âge, il se découvre d’étonnants pouvoirs liés à un Art ancestral : la Science Arcanique… »

(Résumé du tome 1 : Le Retour d’Ethelior)

L’histoire de la trilogie Incarnatis débute sur la Terre du 24ème siècle. Une Terre post-apocalyptique où la civilisation s’est réorganisée au fil des siècles autours de deux principales factions : les Domiens, qui vivent sous de grands dômes de verrite et exploitent les algues, principale ressource alimentaire de ces temps ; et les Tekens, habitants d’immenses édifices futuristes et férus de technologies en tout genre.

La Terre du 24è siècle : on peut encore vaguement reconnaître la forme des continents, mais tout à bien changé…

Mais l’univers Incarnatis n’est pas binaire et d’autres groupes auront leur importance. On rencontrera ainsi la Guilde, qui commerce avec les deux entités dans la plus grande neutralité, et dont notre héros et sa famille sont issus, mais aussi des pirates, des mafieux et des sociétés secrètes qui, dans l’ombre, s’affrontent pour le destin du monde.

Si on retrouve dans l’histoire un certain nombre de poncifs du genre : le jeune héros ordinaire qui se découvre un destin hors du commun et va devoir affronter un adversaire puissant et maléfique ; elle réserve quand même son lot de surprises, notamment par l’ajout d’éléments de fantasy, notamment inspirés des mythes du moyen orient, qui apportent une certaine fraîcheur à l’univers. Cette combinaison crée une esthétique originale, dans laquelle, par exemple, les aéroplaneurs ressemblent à des caravelles espagnoles plutôt qu’à des vaisseaux futuristes. De quoi avoir de jolies images de tête au fil de sa lecture !

Par ailleurs, le roman vous entraînera à travers le temps ! Ce qui sera l’occasion de visiter différentes époques de notre Histoire et ajoute encore une dimension intéressante au récit. Il ne s’agit pas de voyage temporel à proprement parler – ce qui est toujours un peu délicat sur le plan de la vraisemblance : il y a toujours un paradoxe qui traîne… – mais plus de souvenirs d’autre époques, liés à l’incroyable destin de Yarel…

Bien sûr, dans sa quête, le protagoniste rencontrera une galerie de personnages hauts en couleurs, sympathiques, comme la loyale Manaï, ou au contraire comme Tara Nex, véritable psychopathe que l’on aimera détester.

Une galerie de personnages. Au premier plan, on retrouve le terrifiant Tara Nex…

L’écriture :

Le style de Marc Frachet est très accessible. Ses tournures de phrase sont relativement simples et son propos est toujours clair. Cette trilogie peut donc se mettre entre les mains de jeunes lecteurs : ils ne seront pas perdus. Pour des lecteurs plus expérimentés, le récit n’en est pas moins agréable et on peut vite se laisser entraîner à le dévorer d’une traite.

Car, quoi que simple, l’écriture de l’auteur n’en est pas moins percutante. Le rythme en est bien maîtrisé et on alterne entre des moments calmes où on prend le temps de contempler le monde riche et coloré qu’il a composé pour nous et d’autres plus intenses où on suit l’action à une cadence effrénée.

Le lexique employé par Marc Frachet est aussi accessible, mais sans être trop pauvre. Par ailleurs, SF oblige, il s’amuse à inventer tout un vocabulaire. Ces inventions ne gênent pas la lecture car elles sont dans l’ensemble assez bien amenées pour ne pas impacter la compréhension. Si toutefois une précision s’impose, on pourra toujours consulter l’index en fin d’ouvrage, mais il n’est pas indispensable.

Enfin, bien que le destin du monde soit en jeu, il y a parfois de la place pour quelques traits d’humour qui, s’ils ne feront peut-être pas mouche à tous les coups, permettent de rendre les personnages encore plus sympathiques et offrent au lecteurs quelques brefs moments de légerté.

Le roman transmédia :

La particularité d’Incarnatis, c’est son statut de roman transmédia. En effet, si les livres suffisent à procurer une expérience complète, on peut encore « augmenter » cette dernière.

L’histoire et l’univers de la saga ont été conçus pour s’apprécier avec l’ajout de contenus multimédia, que le lecteur pourra débloquer au fil des pages en scannant des QR codes à l’aide de l’application compagne (disponible en téléchargement gratuit sur iOS et Android).

L’application est disponible gratuitement.

Vous aurez donc accès à de nombreux bonus : musiques composées spécialement pour accompagner le récit, audio enregistrés avec des comédiens de doublage professionnels tels que Odile Schmitt, doubleuse officielle d’Eva Longoria, Benoit Allemane, notamment connu pour prêter sa voix chaude à Morgan Freeman ou encore Francis Lalanne ! Mais aussi des illustrations d’Etienne Le Roux, auteur de BD, des objets en 3D…

Au début de la lecture, les contenus sont bloqués. Même s’il est très facile de tricher, les débloquer ajoute un aspect ludique.

De plus, le monde d’Incarnatis s’agrandit et part à la conquête de nouveaux médias. On peut par exemple, lors des nombreuses conventions auxquelles participe l’équipe de Marc Frachet, visiter la Terre du 24è siècle en VR, ou encore faire partie de l’aventure dans un jeu de rôle !

Et bien sûr, la grosse actu de l’univers Incarnatis, c’est la sortie prochaine du tome 3, qui est en cours de financement participatif. N’hésitez plus : il faut soutenir ce projet pour que cette épopée hors du commun connaisse son dénouement ! Rendez-vous tous sur Ulule pour participer au financement, avant le 14 mai minuit ! https://fr.ulule.com/incarnatis-t3/

Et pour plus d’infos sur l’univers Incarnatis : le site officiel : https://incarnatis.com/

Vous pourrez même y télécharger gratuitement les deux premiers chapitres pour vous faire une idée !

Et pour finir : un petit mot de l’auteur : https://www.youtube.com/watch?v=OoFPPZn_ds8

A binetôt sur les réseaux de savoir!

Matriper

Laisser un commentaire