[TEST] Life is Strange, un chef d’oeuvre de la mise en scène et de la narration.

Pour ceux qui lisent mes tests, il est de notoriété que j’adore Don’t Nod Entertainement, je me suis donné pour objectif de faire tous les jeux de l’éditeur et cela demandait de passer par Life is Strange. J’avais déjà entendu de très bonne critiques sur ce jeu et ça faisait un moment que j’avais envie de le tester. Honnêtement, j’ai très bien fait. C’est l’un des jeux qui m’a le plus chamboulé émotionnellement, le genre d’expérience où tu te dis à la fin « je fais quoi maintenant ? ».

Retour au bercail :

Maxine Caulfield ( notre héroïne ) vient de revenir dans la ville de son enfance, Arcadia Bay,  pour étudier la photo. C’est une adolescente, introvertie, avec tous les soucis de son âge et qui cherche à trouver sa place.  Tout commence normalement, avec Max qui se demande si elle va participer au concours photo, si elle va tenter d’aller à la soirée des étudiants les plus « cools » etc… Bref, des questionnements de l’adolescence. Mais cette petite vie tranquille va être chamboulée par un meurtre qu’elle va empêcher en remontant le temps. Maxine se découvre donc doué d’un pouvoir lui permettant de revenir sur ses actes passés et cette révélation va changer sa vie définitivement. Est-ce que cette habileté est lié au rêve apocalyptique qu’elle fait régulièrement ? Parviendra – t- elle à retrouver la fille disparue dont tout le monde parle et à laquelle elle se sent liée ? Autant de questions qui se bousculeront dans sa tête et la nôtre, et auxquelles on va chercher à répondre.

Life is Strange est un jeu qui a été capable de me porter de bout en bout au cours de l’aventure, en parvenant à un final tellement fort que j’ai été littéralement cloué sur ma chaise. Sa mise en scène et son développement mettent en place petit à petit différents thèmes scénaristiques, des relations ainsi que des découvertes sur les personnages d’une manière tellement subtile et efficace qu’on est sans voix à la fin. Notre aventure est déterminée par plusieurs choix avec de vraies conséquences et celle du dénouement est extrêmement dure en raison de tout ce qu’on a vécu dans le jeu au préalable. On se retrouvera en face d’un choix final complètement inhumain parce qu’on sera incapable de décider. C’est une véritable expérience à faire dans une vie de joueur.

Les seuls bémols de l’histoire, c’est qu’il y a quelques incohérences à noter mais c’est souvent impossible à éviter lorsqu’on joue avec le temps surtout au niveau des paradoxes et l’épisode 5 dont le début est un peu moins maîtrisé que le reste du jeu. Mais concrètement, le reste du jeu est absolument parfait d’un point de vue scénaristique.

Un rêve étrange.

Un jeu narratif mais dans lequel on est acteur :

Life is Strange est facile à prendre en main dans ses mécaniques de gameplay donc n’importe quel joueur pourra jouer et apprécier l’aventure. Il comprend des phases de Point & Click et des choix de dialogue. On alterne donc entre des moments où on fouille une zone et des moments où on choisit une voie dans le scénario .

Le Point & Click se résume à fouiller un endroit défini pour trouver la solution afin d’accéder à la prochaine zone ou bien d’avoir des outils supplémentaires pour la suite du jeu. En effet, dans Life is Strange, on trouvera certains éléments dans une zone qui peuvent être importants pour les épisodes suivants mais on n’est pas obligé de les récupérer. Il est donc important de visiter tous les endroits et de parler à tout le monde pour avoir toutes les cartes en main.

Ces phases d’exploration influencent d’ailleurs énormément les choix de dialogue. Trouver un objet en plus peut fournir de nouvelles lignes de conversation et mettre en place un nouveau schéma scénaristique. Tous ces choix sont très importants car ils influencent drastiquement notre aventure. Il faudra donc être très attentif pour tout savoir et débloquer toutes les possibilité, et ainsi avoir une aventure qui nous reflète, augmentant notre immersion et notre réaction émotionnelle vis-à-vis des événements.

Et une chambre à fouiller, une !

Une ambiance à la fois datée et efficace :

Life is Strange n’est pas un beau jeu graphiquement parlant. Les textures sont archaïques, très floues et les personnages manquent d’expression faciale. Cependant, le tout est rattrapé par des acteurs brillants et convaincants, et surtout, il est porté par des thèmes marquants qui accompagnent parfaitement toutes les scènes et renforcent les sujets abordés.

Rien que sur les cheveux, on voit que les textures sont pas folles.

Une expérience à faire et refaire :

Life is Strange a une durée de vie moyenne. On compte entre 10h et 15h pour finir le jeu une première fois. Cependant, le jeu a une très bonne rejouabilité en raison des nombreux choix possibles influençant l’aventure mais aussi en raison des éléments à collecter pendant le jeu. Cela rallonge la durée de vie et lui donne une plus-valu.

Non, on va essayer d’éviter.

[TEST] Life is Strange, un chef d'oeuvre de la mise en scène et de la narration.
Don’t nod entertainement a encore une fois livré un grand jeu, une expérience particulière à faire et refaire. Porté par des personnages attachants et une intrigue magnifique, Life is Strange est une magnifique œuvre narrative. On pourra regretter des graphismes en deçà de la moyenne mais ce défaut est complétement rattrapé par tout le reste.
Scénario9
Gameplay9
Ambiance8
Contenu7
Les plus :
  • Une mise en scène parfaite.
  • Une intrigue originale et passionnante.
  • Des thèmes sonores magnifiques.
Les moins :
  • Des incohérences.
  • Un épisode 5 de moins bonne qualité que les autres.
  • Graphiquement dépassé.
8.3Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire