Pokemon – Detective Pikachu

I want to be the very best,
Like no one ever was.
To catch them is my real test,
To train them is my cause.

I will travel across the land,
Searching far and wide.
Each Pokemon to understand
The power that’s inside

It’s you and me
I know it’s my destiny

Pokemon!

 

Il y a plus de 20 ans, le monde était envahi pour la première fois par ces adorables bestioles que sont les Pokémons. Après de multiples opus sur consoles, produits dérivés et j’en passe, c’est aujourd’hui un film Live qui arrive sur nos écrans.

Pari risqué et challenge compliqué pour Rob Letterman et son équipe.

L’histoire nous plonge dans un monde où les humains vivent en harmonie avec les Pokémons. Au sein de ce monde, notre personnage principal, Tim, va se retrouver malgré lui plongé au cœur d’une enquête policière. Son père, enquêteur de renom, aurait mystérieusement disparu. Tous sont convaincus de son décès, excepté son fils et son partenaire … Pikachu. Ils découvriront rapidement qu’un danger plus  grand menace l’harmonie installée.

Alors que dire de ce scénario … bien qu’étant parfois trop prévisible, l’histoire tient la route. La ville de Ryme est ultra exploitée et reste un pure prétexte pour exploiter la visibilité d’un maximum de petites bestioles. Au sein de cette ville, Pokémons et humains travaillent et vivent côte à côte. Il est un peu dommage que cet aspect gomme à 99 % le côté « sauvage » et la capture mais difficile de faire mieux dans un long métrage.

Je n’en dirai pas plus histoire de ne pas spoiler quoi que ce soit, j’ai été agréablement surpris à plusieurs reprises.

Graphiquement, la production se débrouille véritablement bien. Framestore, MPC, The Third Floor, Imagine Engine, Legendary Entertainement, Rodeo FX, Legend 3D, Clear Angle Studio… En bref, c’est une grosse flopée de studios 3d qui ont eu l’occasion de collaborer pour assurer un rendu visuel détonnant.

A mon sens, deux aspects négatifs ressortent. Un aspect trop « animal en plastique » et un peu bâclé sur les animaux plus secondaires ( psykokwak en tête ) et comme souvent, les plans fixes et  calmes en extérieur passent un peu moins bien également.

Ceci dit, qu’il s’agisse des effets de lumières ou des modélisations, c’est foutrement hyper fidèle, idem en ce qui concerne les effets de fourrures. En bref, une réelle réussite.

La bande son est l’un des gros points positifs de la production. Musicalement, on y retrouve le célèbre thème de la série ( bien qu’étant amené, à 2 reprises d’une façon plus ou moins subtile 😉 ).

Certains craignaient d’entendre Bryan « Deadpool » Reynolds en version Pikachu et il faut avouer que le garçon se débrouille bien dans la peau de la petite peluche jaune. J’aurai cependant aimé entendre plus de « Pika Pika » et autres « Cara Carapuce ».

Le choix des acteurs est quant à lui discutable, qu’il s’agisse de Tim, de son acolyte journaliste ou des autres … on est loin des oscars mais soyons clair, ce ne sont pas eux qui ressortent le mieux à l’écran, il s’agit finalement de seconds rôles.

Alors chef d’œuvre ou navet ?

He bien pour être honnête, j’ai été séduit dès la présentation de la bande annonce.

Je suis ce qu’on peut appeler, un fan occasionnel de la franchise. Comprendre que je me replonge dedans lorsque une évolution se fait sentir mais je ne suis pas du genre à foncer sur chaque opus, loin de là. En gros tous les 4 ou 5 ans … je ne regarde cependant plus l’anime depuis au moins 17 ans.

Nous sommes ici en présence d’un film grand public, destiné au plus grand nombre qui ne marquera pas le monde du cinéma mais qui à au moins le mérite d’innover et de le faire correctement. C’est une franche réussite. Actuellement, nous sommes gâtés en matière d’adaptations. N’hésitez pas, vous allez rire, vous allez aimer l’aventure et vous vous prendrez au jeu de tenter de reconnaître un maximum de Pokémons.

 

 

Laisser un commentaire