13 juin 2016, Hideo Kojima arrive comme un roi sur des dalles de lumières ainsi qu’une musique épique pour nous annonce un “I’m back” des plus mémorables provoquant l’hystérie de la salle. Puis l’annonce du jeu, 3 minutes de bande annonce sur une musique des Low Roar. Le ton est lancé ! En mars 2015, Kojima est rayé peu à peu des communications de Konami jusqu’en décembre 2015 où il restait présent en tant que consultant pour MGS V.

« À force de construire des « murs », les gens se sont habitués à vivre isolés.

« Death Stranding » est un jeu d’action d’un genre totalement nouveau, dans lequel le but du joueur est de reconnecter des villes isolées et une société éclatée. Il est conçu de sorte que tous les éléments, y compris l’histoire et le gameplay, soient connectés entre eux par le thème du « lien ».

En incarnant Sam Porter Bridges, vous essaierez de combler les fossés qui fragmentent la société, et ce faisant, de créer des « liens » avec d’autres joueurs du monde entier. À travers l’expérience que vous vivrez dans ce jeu, j’espère que vous comprendrez l’importance de nouer des liens avec les autres. »
— Hideo Kojima

I. Le scénario

Après un mystérieux événement surnaturel nommé le Death Stranding, l’humanité est réduite à quelques dizaines de milliers d’individus et se terre dans des abris, la Terre étant désormais hantée par des créatures spectrales nommées les Échoués, Sam Porter Bridges (incarné par Norman Reedus) voyage d’abri en abri afin de livrer vivres et appareils à la population enterrée.Le jeu commence par une magnifique cinématique d’introduction, nous présentant les environnements ainsi que Sam Porter sur sa moto, la pluie arrive, annonciatrice de mort. Il s’éloigne et tombe sur Fragile (incarnée par Léa Seydoux). Après une première prise en main à la manette, le joueur retrouve Fragile ainsi que les Échoués, qui ne sont au départ que des traces de mains se posant au sol. Le joueur prend ensuite le contrôle de Sam pour rejoindre la Capitale. L’univers se met en place peu à peu, on apprend que la mère de Sam, Bridget cherche à faire revivre ce qu’il reste des États – Unis d’Amérique. Elle demande à Sam de reconnecter chaque abri entre eux pour créer des liens permettant d’élargir le réseau chiral (réseau internet pour faire simple).

Je ne vais m’attarder que sur les trois premiers chapitres, ils font office de gros mise en bouche, de didacticiel. À partir du 4ème chapitre, l’histoire du jeu démarre réellement mais le principe reste le même. Sam va d’abri en abri pour livrer des marchandises, il connecte l’abri sur le réseau, débloque de nouvelle marchandise et ainsi de suite. Mais là où le jeu est fort, c’est que l’univers est incroyable, Kojima est fort pour mettre en place ses univers, le jeu est certes rempli de cinématique mais Kojima est aussi connu pour ça. Chaque personnage est bien écrit, a une histoire qui lui est propre. On est loin du jeu interactif comme certains peuvent le dire. Le jeu est très contemplatif, les musiques du jeu se lance parfois après une grosse séquence de jeu et ça sert à l’univers.

II. Les Graphismes

Quelle claque ! Dès les premières minutes de jeu, l’univers est posé. Les panoramas sont magnifiques, le jeu se passe en Amérique du Nord mais les décors représentés font clairement penser à l’Islance, l’Écosse… Sam passera par plusieurs panoramas ou biomes différents, rivières, montagnes enneigées ou non, bord de mer, des ravins, des crevasses, des environnements parfois martiens.Je l’ai dit plus tôt dans le test mais le jeu est très contemplatif, je me suis surpris parfois à m’arrêter de marcher et de juste tourner la caméra pour apprécier ce que je voyais, Kojima a utilisé le moteur maison de Guerilla Games, Decima Engine qui était déjà à l’oeuvre sur Horizon Zero Dawn qui était déjà magnifique à l’époque de sa sortie.

En arrivant dans certaines zones de jeu, nous arrivons près de méga structures au milieu de décors naturels Capitale, Port… mais ces structures se ressemblent, même style graphique, chaque endroit est minuscule, on passe un portail et on rentre dans l’abri et c’est tout. Autre point négatif, le jeu est très grisâtre parfois trop, j’aurais adoré apprécier certains panoramas si ils étaient plus colorés.

III. Le gameplay

Le Gameplay, point faible ou point fort selon les personnes. Le but du jeu donc, est de transporter des marchandises d’un point A au point B mais ce n’est pas si facile que ça !Allons, étape par étape pour un abri non débloqué, quand Sam ramasse sa marchandise, il met tout sur son dos au départ, le personnage est limité par le poids qu’il peut porter mais pas que, le jeu instaure un système d’équilibre, si vous prenez trop de marchandises vous vous retrouvez littéralement avec une montagne dans le dos. Avec les gâchettes R2 ou L2 tout avançant, vous devez vous rééquilibrez soit sur la droite soit sur la gauche, si vous perdez votre équilibre, vous tombez et vous abîmez les marchandises qui perdent en valeur. Sam sur sa route peut être confronté à des obstacles naturelles, c’est là que le jeu commence à prendre sens car vous pouvez construire des structures comme une échelle pour traverser une rivière, une corde d’escalade pour descendre une montagne etc jusqu’à déposer les marchandises à l’abri.

Quand vous déposez les marchandises, le “client” vous note en Like, pour le temps de livraison, la qualité des marchandises et la quantité, une fois que c’est fait, le client vous demande de le connecter au réseau chiral mais que se passe t’il ? Toute la zone liée à l’abri se “débloque”, c’est à dire que vous voyez les constructions des autres joueurs. Nani ? Des autres joueurs ? Alors non, vous ne voyez que les structures et marchandises perdues des autres joueurs, vous vous rappelez l’échelle pour traverser la rivière ? En allant dessus je peux la “Liker”, mais elle peut également apparaître dans d’autres parties, je peux également Liker les structures des autres joueurs, plus une structure a de Like plus elle a de chance d’apparaître dans d’autres parties.

C’est là où le jeu prend également sens, on vous demander d’aller à un endroit pour livrer, vous arrivez, vous livrez, vous débloquez la zone, et là vous débloquez les structures essentielles. Chaque zone devient plus facile à traverser une fois qu’elle est débloquée. Tout le long du jeu, les constructions s’ajoutent une à une (Pont, Tyrolienne, Abri…). Tout se fait à pied au début pour les premières zones jusqu’à l’obtention de la Moto et plus tard du Camion.Le gameplay n’est pas parfait loin de là, j’ai parfois dévalé une montagne sans tomber ni rien et parfois, juste sur un caillou vous tombez, le jeu est très inégal sur ces moments là, le problème est le même surtout pour la moto, elle peut rouler correctement et parfois complètement s’emballer à cause d’une collision.

Autre point noir ce sont les menus, j’ai de la chance, je joue sur un grand écran, j’ai ensuite vu sur internet les gens se plaindre de la taille des textes, et après avoir changé de télévision, effectivement les textes sont petits mais moi ce qui me dérange c’est l’ergonomie, le jeu est compliqué à prendre en main au début du jeu, trop compliqué. Vous pouvez entrer dans le menu pour vous rééquilibrez au niveau de la marchandise, le joueur dispose d’une roue pour sélectionnez armes ou structures mais jeu est vraiment peu ergonomique, il faut compter plusieurs heures de jeux pour comprendre les menus.

IV. Le contenu

Marre des jeux de 8 heures pour 70 euros ? Prenez Death Stranding !J’ai pris relativement mon temps pour joueur au jeu en faisant les missions principales et du secondaire. Cela m’a prit entre 50 et 60 heures. Sachant que je n’ai pas fait toutes les missions secondaires loin de là. Quand vous débloquez un abri avec une mission principale, vous débloquez avec des missions secondaires MAIS plus vous avancez dans le jeu et plus vous débloquez d’abri et donc de missions secondaires, par exemple si vous n’aviez que 3 missions secondaires après être passé à tel abri, en revenant 20 heures plus tard et 6 abris en plus, vous atteindrez peut être une dizaine de missions pour ce premier abri.

Je n’ai pas pris le temps de faire des missions secondaires parfois car le système de construction disponible est poussé, je parlais des tyroliennes plus tôt, j’ai passé plusieurs heures à fabriquer des tyroliennes pour traverser les zones plus facilement par la suite, le jeu est divisé en trois zone de jeu, lors de votre arrivée dans la deuxième, il y a une borne à la sortie de la première ville vous invitant à créer une… autoroute et j’ai pris le temps de créer cette autoroute et elle est très très longue ! Mais indispensable pour l’avancée du jeu !

J’ai également construits des ponts, des casiers et j’en passe, le tout me permettant de ramasser un nombre conséquents de Like. À chaque livraison, le client vous note, et votre personnage monte en compétences, vous pouvez ainsi au fur et à mesure du jeu, porter plus de marchandises, avoir plus d’équilibre, recevoir plus de Like…

 

[TEST] Death Stranding - FedEx Simulator ?
Death Stranding nous emmène dans un univers de science fiction cohérent, magnifique mais pas dénué de défauts. Le jeu nous demande d'aller d'un point A au B, le jeu vous demande de livrer mais cette impression de vouloir de découvrir les nouveaux environnements, les nouvelles structures, les nouveaux personnages, le jeu se réinvente sans cesse tout le long de l'aventure. Gros gros coup de coeur pour la bande originale du jeu que je vous invite à écouter, elle est disponible gratuitement sur Spotify. La musique sert à poser l'ambiance tout le long du jeu. Le jeu monte en puissance, tout se débloque réellement à partir du 4ème chapitre, j'ai préféré ne pas en parler pour ne pas gâcher la surprise pour ceux qui l'achèteront ou qui verront des let's play. C'est compliqué de ne pas trop en parler, car il y a encore tellement à dire, je vous invite réellement à découvrir le jeu car j'ai parlé de très peu de choses finalement. Bémol je n'en ai pas parlé mais le jeu est à la troisième personne, quel est ce besoin de toujours vouloir faire des jeux de shoots quand c'est à la troisième personne ? Je ne spoil pas, les armes se débloquent très tôt dans le jeu mais elles sont vraiment inutile ! Death Stranding et le genre de jeu inclassable. Walking Simulator ? Shooteur ? Le jeu est contemplatif avec des scènes de fortes intensités émotionnelles, je pense que vous pouvez mettre 10 personnes côte à côté en train de joueur, je pense que chaque joueur aura une interprétation différente de l'univers de l'histoire et c'est ce qui fait tout son charme.
Le scénario10
Les Graphismes0
Le Gameplay6
Le contenu10
8.7Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire