S'enregistrer

Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dishonored, premier du nom, a déclenché un véritable ouragan de critiques positives lors de sa sortie alors qu’il avait l’immense pression d’être développé par un studio très connu et apprécié : Bethesda, mais aussi d’être le tout premier opus d’une nouvelle licence. Ce deuxième opus était donc très attendu par les joueurs et par la critique car on voulait retrouver cet univers steampunk, sombre et fascinant et surtout pouvoir à nouveau le arpenter discrètement tout en déchaînant nos pouvoir soit pour être discret, soit pour être mortel. Je vais vous le dire d’emblée, ce jeu est génial et reprend parfaitement les codes de son aîné en les embellissant.

Encore une trahison !

Il semblerait que le maître mot de la saga Dishonored soit la trahison car le premier opus en était remplie et le deuxième s’ouvre dessus. Vous avez le choix d’incarner l’impératrice Emilie Kaldwin ou son père, le protecteur royal, Corvo Attano qu’on incarnait dans le précédent volet. Le jeu s’ouvre donc sur cette complicité père-fille et sur l’anniversaire de la mort de la mère d’Emilie, qui est un jour de deuil national. C’est sur cet instant que débarque l’un des nobles de la cour d’Emilie avec des soldats mécaniques pour lui présenter sa tante qui se revendique d’être l’impératrice légitime.

Il y a donc un coup d’état et Delilah Copperspoon, la tante, prend le trône et emprisonne dans de la pierre l’un des deux protagonistes grâce à ses pouvoirs issus du vide ( comme ceux de Corvo l’ayant reçu de l’Outsider, une sorte de démon neutre ). Celui qui sera enfermé, sera celui que l’on aura pas choisi d’utiliser en tant qu’avatar. On peut donc refaire le jeu ensuite avec un personnage différent et des pouvoir différents mais l’histoire ne change pas énormément entre les deux. Bref, on se situe dans ce contexte de fuite puis de revanche afin de récupérer le trône et pour se faire, on va devoir neutraliser les alliés de Delilah. Ce Némésis se révèle être très énervant, on aime le détester même si on finit par le comprendre. L’histoire et l’univers sont vraiment très développés, les personnages sont intéressants et attachants et nos choix moraux influent vraiment sur l’expérience de jeu dans l’évolution de son univers. Je considère que Dishonored est extrêmement bien développé au niveau de son histoire et de l’écriture de cet univers particulier.

Dishonored 2

Cette scène de faiblesse est très frustrante.

A chacun sa façon de jouer :

Ces derniers temps, je suis agréablement surpris par la tendance des développeurs à permettre aux joueurs de choisir leur façon de jouer. C’était déjà le cas pour Deus Ex et c’est aussi le cas pour Dishonored. En effet, le jeu permet de choisir l’approche frontale ou l’approche discrète, de tuer ou de neutraliser, on peut alors choisir sa voie ou ce qui nous convient le mieux. Cependant, je tiens à avertir les amoureux de discrétion que le jeu est nettement plus dur si on souhaite ne jamais être repéré ( j’ai beaucoup sauvegardé dans ce jeu à cause de ça ).

Il est aussi agréable que le jeu soit très complet au niveau du gameplay, on peut choisir nos pouvoirs et nos armes en fonction de notre voie et on a un environnement de jeu comprenant de nombreux chemins différents pour faire le niveau au mieux. De plus, on apprécie toujours autant de déchaîner nos pouvoirs sur l’ennemi même s’il faut se forcer à ne pas le faire quand on cherche à ne tuer personne ( ou bien, c’est juste moi qui suis légèrement sadique ).

La faiblesse du jeu réside tout de même dans le fait qu’il n’est pas fait pour l’affrontement direct, alors, je l’ai dit, c’est possible mais si on a trois gardes autour de nous, on s’en sort rarement, il faut donc prendre la fuite avant de réattaquer etc… Je trouve cela assez dommage.

Dishonored 2

Encore des cadeaux de l’Outsider.

Un univers original :

Dishonored a son univers à lui, son environnement à lui et donc une ambiance particulière. Le jeu se revendique du steampunk, les personnages et les environnement sont alors dans un style industriel et futuriste avec des costumes victoriens et des machines très sophistiquées. Il faut apprécier le style, moi j’aime bien. Il faut aussi savoir que les personnages sont assez grossiers dans leur trait avec des gardes très musclés, à la limite du difforme, par exemple. Je l’ai souvent répété déjà, c’est un choix artistique que j’apprécie tout particulièrement.

La bande-son répond parfaitement à cet univers avec des notes très sombres montrant la déchéance de notre environnement mais aussi le côté mystique. Les acteurs sont parfaitement dans leur rôle, du moins dans la version française et c’est très agréable pour l’immersion du joueur.

Dishonored 2

Le choix des personnages, très difficile la première fois.

Une durée de vie répondant au style du joueur :

En moyenne, Dishonored se finit en 10h mais il faut savoir que cette longueur varie en fonction de la façon de jouer du joueur. Si l’on fait tout le jeu comme un bourrin en tuant tout le monde et sans discrétion, on va très vite mais on a une mauvaise fin. Si on joue la carte de la discrétion, on va beaucoup plus lentement parce qu’il faut tenir compte des patrouilles, analyser son environnement et souvent recharger une sauvegarde parce qu’il est très facile d’être surpris. De plus, les environnements de jeu sont assez vastes, ce qui permet aux joueurs friands d’exploration de s’en donner à cœur joie.

La durée de vie du jeu est donc assez correcte. A celle-ci s’ajoute le mode New Game + qui permet de refaire l’aventure avec toutes les runes que l’on a déjà ( qui sont la monnaie débloquant les pouvoirs ), ce qui permet de faire le jeu comme un Dieu. On pourra donc choisir un autre personnage et depuis peu de temps, une mise à jour a permis à ce mode de faire bénéficier tous les pouvoirs des deux personnages au seul que l’on choisit. Cette nouvelle donnée m’a vraiment éclaté avec ce déchaînement de pouvoirs. Cependant, je regrette le fait que refaire le jeu avec un autre personnage n’apporte pas grand chose au niveau du scénario et c’est très dommage parce qu’on se lasse vite.

Dishonored 2

Tuer ou ne pas tuer, telle est la question.

[TEST] Dishonored 2, à la hauteur de son ainé?
Dishonored 2 est le digne successeur du premier opus. Il reprend ses bases tout en l'améliorant afin de ne pas dépayser l'ancien joueur et de satisfaire les nouveaux. C'est une véritable suite qui permet de découvrir un nouvel aspect de cet univers et de nouveaux personnages très attachants. Tous les fans d'infiltrations apprécieront ce jeu qui est en train de devenir une référence du genre.
Scénario8
Gameplay8
Ambiance9
Contenu8
Les plus
  • Scénario sympathique
  • Un gameplay pour tous
  • Un univers fascinant
Les moins
  • Une rejouabilité sans grand intérêt
8.3Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire

Share This