Qui n’a jamais entendu parlé de la saga fable de Lionhead? Cette franchise est reconnue comme l’une des références en matière d’action-RPG. Fable : The lost chapters est une version allongée du tout premier opus et en tant qu’amateur de RPG, il fallait que j’y joue et que je le teste pour vous. Alors que vaut-il, mérite-t-il sa célébrité? C’est ce que nous allons voir.

Scénario :

Tout le monde en conviendra, le point essentiel d’un jeu de rôle, c’est son écriture à travers son histoire principale et les potentielles quêtes secondaires qu’il comprend. Malheureusement je dois avoué que je suis assez déçu par les intrigues de Fable. L’opus commence sur l’enfance de notre personnage dans un petit village du nom de Oakvale et il nous faut faire des bonnes actions pour que notre père nous donne suffisamment d’argent pour acheter un cadeau à notre sœur qui a anniversaire, passionnant non? L’intérêt de cette étape est de nous faire prendre une voie morale, que l’on pourra changer par la suite, car on nous introduit le concept de choix. Cependant, le choix se limite au bien et au mal, et je trouve ça assez dommage, le personnage peut donc devenir soit bon, soit méchant et optionnellement neutre. Bien sûr, un élément déclencheur va faire avancer l’histoire et cet élément est l’attaque du village par des bandits qui pousse notre personnage à fuir, ce qui va l’amener à rejoindre la guilde des héros pour devenir… un héros. Ensuite toute l’intrigue principale va tourner autour de cela, est-ce que vous allez devenir un héros ou le plus grand des méchants? Du coup, tout l’univers du jeu est divisé entre ce qui est bon et mauvais, ce qui est vraiment limité selon moi et beaucoup trop facile scénaristiquement. De plus, les événements de l’intrigue sont extrêmement prévisibles, ce qui enlève sa saveur au jeu au point où on se maudit d’anticiper la suite. La seule surprise que j’ai eu, c’est la fin de la version allongée car je ne m’attendais pas à une absence de choix pour le dernier acte mais je n’en dirai pas plus. Sachez seulement que le jeu ne propose pas un scénario principal prenant ou original, ce qui est dommage pour un RPG.

Concernant les personnages du jeu, on ne peut pas dire qu’ils respirent le charisme. Ils sont assez plats et se limitent à leur fonction dans le jeu au point d’en devenir des personnages clichés comme le fait que le chef de la guilde est un vieux monsieur très sage qui a plein de conseils utiles. Le seul que je trouve intéressant est le grand méchant du jeu et là aussi, c’est un cliché car il faut forcément que le vilain soit charismatique pour donner de l’intérêt au jeu. Attention cependant, même si je dis que le méchant est le plus intéressant, ce n’est pas difficile, cela ne veut donc pas dire que c’est un personnage bien écrit.

Il me faut aussi parler des quêtes secondaires et là, c’est vraiment décevant. Si j’ai déjà critiqué les facilités scénaristiques de l’intrigue principale, je trouve que celle des quêtes secondaires la fait passer pour un chef d’oeuvre. En clair, certaines missions optionnelles se limitent à escorter un prisonnier pour son exécution et cela sans savoir ce qu’il a fait, sans apprendre son histoire. On a l’impression que ces missions ne servent qu’à acquérir de l’expérience.

Le point positif que je note en revanche est le fait que le scénario est coupé par des parties avec un narrateur contant l’histoire à travers des tableaux héroïques comme s’il racontait une légende, une fable et je trouve ce parti prit original et très sympa.

Fables scénario

Le village en feu et la fuite du futur héros

Graphismes et Bande-son :

Visuellement, le jeu est assez joli. Il nous propose des graphismes assez proches d’une bande dessinée, ce qui donne un rendu franchement cool et très proche de l’atmosphère de l’univers. La modélisation des personnages suit cette idée car ils ont des traits assez grossiers, proche de la parodie notamment avec leurs énormes mains. De même, l’environnement est très coloré, ce qui donne une atmosphère enjouée même dans les endroits effrayants. L’approche enfantine est assumée et franchement, ça donne un jeu très agréable visuellement et cela malgré son âge.

D’un point de vue sonore, le jeu propose des musiques en parfaite accord avec les environnement que l’on visite même si elles deviennent répétitive sur le long terme. La traduction française est aussi très appréciable même s’il n’y a pas de synchronisation labiale mais je pense que c’est pareil avec la version originale. Cependant, il y a une chose qui m’a rendu fou dans le jeu, c’est le fait que les PNJs ont tendance à répéter la même chose tout  le temps notamment quand le maître de guilde, qui peut nous contacter n’importe où, nous prévient qu’on n’a plus beaucoup de mana et il va le répéter jusqu’à ce qu’on est pris une potion ou qu’on est trouvé un autre moyen pour remplir la barre de mana. Cet élément est vraiment un gros point noir car ça peut gâcher l’expérience de jeu.

Fables graphismes

Je voudrais déjà être…

Gameplay :

Concrètement, le jeu est très simple à prendre en main. On a un didacticiel court qui nous explique les mécaniques dès le début, ce qui permet de profiter très vite du jeu. Pour résumer, il existe trois types d’attaque et donc trois types d’embranchement pour faire progresser notre personnage. Le premier est le corps à corps qui permet de se battre avec les poings ou des armes de contact, ce type de combat permet aussi d’utiliser des coups spéciaux pour déstabiliser l’adversaire. Le deuxième est le combat à distance avec un arc ou une arbalète avec la possibilité de charger son attaque pour plus de dégâts. Le dernier, c’est la magie et elle peut être utilisée en étant au corps à corps ou à distance et elle permet aussi de renforcer les deux premiers types d’attaques. Il faut savoir qu’il existe aussi quatre types de gain d’expérience, en effet, on obtient des points en fonction du type d’attaque que l’on utilise et des points d’expérience générale, ce qui veut dire qu’en privilégiant un type d’attaque, on oriente le gameplay de notre personnage. Durant un combat, l’expérience est aussi déterminée par un multiplicateur, ce qui veut dire que plus on touche l’ennemi sans se faire toucher, plus on gagne d’expérience pendant le combat. Cela est très sympa mais rend le jeu aussi très simple, ce qui n’est pas forcément un défaut. Il existe aussi une touche d’esquive et une touche de verrouillage qui sont utilisées pour tous les types d’attaque mais encore une fois, ces éléments rendent le jeu facile.

Or combat, le jeu se résume à un enchaînement de quêtes que l’on choisit à la guilde des héros. Elles sont répartis sur plusieurs zones et une fois que l’on est passé dans ces endroits, on active souvent un téléporteur, ce qui permet de se rendre très simplement d’une zone à l’autre et nous épargne les temps de trajet si on n’aime pas ça. Il est aussi intéressant de savoir qu’on peut s’adonner à une véritable activité économique à travers la revente entre marchands pour obtenir de meilleurs prix mais aussi en investissant dans des magasins.

Fables gameplay

I used to be an adventurer like you then i took an arrow in the knee

Contenu :

La durée de vie du jeu est courte, surtout pour un RPG, ce que je trouve très dommage, il faudra à peu près 15h pour le finir à 100% et cela même avec l’extension.

Malgré cela, l’opus propose un contenu assez diversifié. Tout d’abord, il y a un certain nombre d’ennemi avec leurs habilités propres auxquelles il faut s’adapter. Il en est de même pour les boss qu’il faut comprendre pour les détruire efficacement et récolter le maximum d’expérience. Cependant, il faut de même souligner que si la durée de vie du jeu était plus longue, il faudrait nettement plus d’ennemis car on en rencontre quand même des similaires auxquels ils ont juste changé la couleur, ce qui est décevant.

Il y a quand même un très bon point dans le contenu de ce jeu, c’est son aspect immersif. En effet, il est possible de mettre en place toute une petite vie de famille avec la possibilité de se marier, d’acheter une maison et d’investir dans des magasins au point de devenir propriétaire. De plus, le personnage vieillit ( trop vite de mon point de vue ) et son apparence change en fonction de l’orientation morale de ce dernier. De plus, on peut changer son apparence à travers des tatouages ou des coiffures, c’est assez limité et pourtant, on se prend très vite au jeu et à apprécier de jouer un rôle avec notre personnage.

Fables contenu

Un boss surprenant la première fois mais qui semble avoir beaucoup de frères et sœurs dans le jeu

[TEST] Fable : The lost chapters
Je peux sembler sévère avec ce test mais j'ai tellement entendu parler de ce jeu et de cette franchise que j'en attendais beaucoup. Il est possible que mon expérience des RPGs modernes et l'attente énorme que j'avais ont joué dans mon avis. Je conclus donc en disant que c'est un jeu sympathique mais que je trouve assez limité pour un RPG tant dans sa durée de vie que dans son scénario.
Scénario4
Graphismes et Bande-son7
Gameplay8
Contenu5
Les plus :
  • Graphiquement très coloré
  • Un gameplay simple mais efficace
  • Un environnement immersif
Les moins :
  • Une écriture trop simpliste
  • Des PNJs plats et insupportables
  • Beaucoup trop court
6Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire