[TEST] Orcs Must Die ! Un Tower Defense à la troisième personne

Imaginez un jeu où vous défendez un donjon au lieu d’y pénétrer. Imaginez que dans ce jeu, vous pouvez mettre des pièges pour déchiqueter les assaillants tout en attaquant ces derniers avec votre propre personnage. Puis, imaginez que ces assaillants sont de gros orcs dégueux afin qu’on ne puisse pas vous reprochez votre passion pour les boyaux et votre morale douteuse. C’est ce que propose Orcs Must Die, un Tower Defense déjanté, gore et ultra fun que je vais vous présenter. 

Un scénario servant de fil conducteur :

Dans Orcs Must Die, on incarne un apprenti mage de guerre dont le maître vient de mourir en tombant sur la tête ( une mort vraiment ridicule ). La mission de ce dernier était de défendre des failles magiques contre des hordes d’orcs et son apprenti est dans l’obligation de prendre sa suite. Ce résumé comporte l’essentiel du scénario, c’est assez simple et peu présent. C’est dommage au vu de l’univers très coloré où on évolue, qui aurait gagné à plus de développement. De même, le personnage principal aurait mérité un meilleur travail car il est drôle et stupide mais il a le charisme d’un radiateur en panne, on a donc une impression de non-aboutissement car il y a un potentiel non exploité.

Deux secondes plus tard, il tombe en arrière sur les marches de l’escalier.

Un Tower Defense original :

Le principe de Orcs Must Die est de défendre un donjon, il faut empêcher les ennemis d’atteindre un certain point pour ne pas perdre. Le jeu fait donc partie du genre Tower Defense, dont le principe est de défendre une zone face à des vagues d’ennemis.

Dans Orcs Must Die, la défense des failles magiques passe par deux gameplays différents, faisant l’originalité du jeu, dans sa façon d’appréhender le genre du Tower Defense. Généralement, le but est de poser des pièges pour empêcher les ennemis d’avancer, dans une simple idée de gestion stratégique de la zone. Ce gameplay classique représente le premier gameplay du jeu. On pose des pièges sur le trajet des hordes d’orcs afin d’en détruire le maximum. Il existe une multitude de pièges pour éclater les ennemis et on les débloque au fur et à mesure de notre progression. Ils peuvent être aériens, au sol, sur les murs, voir même humains car on peut placer des gardes. Ces pièges ont plusieurs fonctions : ils peuvent ralentir l’ennemi, le blesser, en faire un allié etc… C’est extrêmement varié et très instinctif pour une facilité de prise en main et une absence de lassitude. Dans ce premier gameplay, le joueur devra anticiper le mouvement des ennemis en plaçant les pièges pour pouvoir les finir aisément avec le deuxième gameplay présent dans le jeu.

Ce dernier se passe en vue TPS ( Third Person Shooter ) et nous met aux commandes du mage de guerre. Il dispose d’une épée, d’une arbalète et de sorts afin de nous permettre de défendre la faille manuellement, pour compléter le placement des pièges. Cet aspect du gameplay est original dans son approche du Tower Defense parce qu’on est rarement acteur sur le terrain pour la défense du donjon. Il se révèle d’ailleurs tout aussi maîtrisé que la gestion des pièges.

La combinaison des deux gameplays demande une préparation avant d’être attaqué. Au début d’un niveau, il faut choisir ses pièges, ses armes et ses sorts en fonction des ennemis qui vont attaquer ( volants, lourds, rapides ). On voit la variété des ennemis avant chaque niveau. Il faut donc bien choisir car on a des emplacements limités pour les compétences ( que ce soit des pièges ou des sorts ) dans chaque niveau. Il est nécessaire de s’adapter en fonction du niveau et de bien anticiper pour faire le meilleur score et venir à bout du niveau. Le level design se prête parfaitement à cette réflexion parce qu’il est conçu comme un puzzle afin que le joueur puisse déterminer les meilleurs positions pour abattre. Le jeu permet aux joueurs de faire de vrais analyses et lui donne des outils pour pouvoir pleinement anticiper chaque configuration, ce qui résulte sur un gameplay très complet et très bien réalisé.

Il y a des moments où j’ai un peu abusé…

Une ambiance qui a bien vieilli :

Orcs Must Die est sorti en 2011, on pouvait s’attendre à avoir des graphismes dépassés mais le choix artistique des développeurs a évité ce type d’inconvénient. Ils sont partis sur un environnement très coloré, proche du cartoon avec des personnages au physique stéréotypé. Graphiquement, c’est donc assez irréaliste, ce qui permet au jeu d’être toujours agréable visuellement. On n’arrive rarement à voir l’âge d’un film d’animation sur les 20 dernières années et c’est également le cas pour les jeux adoptant ce type de visuel. Si on peut reprocher des animations assez rigides, la direction artistique rester belle malgré son âge et cela permet d’apprécier l’essentiel de l’ambiance visuelle. Cette dernière est complétée par une bande-son passe-partout en combat mais dont les thèmes sont quand même épiques. Dans l’ensemble, je considère que l’ambiance est maîtrisée malgré de légers défauts.

Si on zoome sur les visages des orcs, on se rend compte qu’ils sont figés.

Une durée de vie moyenne pour un jeu très fun :

Orcs Must die se finit en 10 heures environs, une durée de vie très moyenne. Cependant, le jeu propose une rejouabilité avec de nouveaux niveaux de difficulté et du scoring, afin de séduire la partie perfectionniste du public. Néanmoins, une bonne partie des joueurs s’arrêtera à la fin de la campagne et pour ces derniers, le jeu s’avère court. Il a tout de même l’avantage de proposer un contenu qualitatif avec des niveaux variés, aux configurations différentes et de nombreux environnements. Ainsi, le joueur est gardé en haleine et ne voit pas le temps passé, mais c’est à double tranchant car on regrette encore plus la faible durée de vie. Qui a osé dire qu’il ne faut pas abuser des bonnes choses?

Un niveau où les ennemis doivent monter… Plus dure sera la chute !

[TEST] Orcs Must Die ! Un Tower Defense à la troisième personne
Orcs Must Die fait partie des jeux originaux et addictifs qui renouvellent un genre de la meilleure des manières. A travers un gameplay complet et une réalisation correcte, il propose une expérience très agréable au point où on regrette sa ( trop ) faible durée de vie.
Scénario4
Gameplay9
Ambiance7
Contenu6.5
Les plus :
  • Un gameplay original et très complet.
  • Un environnement coloré qui fonctionne.
  • Du contenu qualitatif...
Les moins :
  • Un univers qui mérite plus de développement.
  • Des animations rigides voir absentes.
  • ...mais on en réclame plus !
6.6Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire