Start To Play 2018 : le festival gratuit sur le jeu vidéo de Strasbourg

En dehors des conventions comme la Paris Games Week ou le Japan Tours Festival, il existe des salons un peu plus petit. C’est le cas du Start To Play à Strasbourg, un festival ayant également comme thème les jeux vidéo. À la différence d’autres salons, son accès est totalement gratuit.

Le salon n’est pas à son premier coup d’essai. C’est en effet déjà la 5e édition du Start To Play. Néanmoins les autres fois celui-ci se déroulait ailleurs à Strasbourg, et s’offre cette fois-ci une nouvelle salle, bien plus grande qu’auparavant.

Vous ne devez pas avoir à l’idée de venir tester les dernières nouveautés en matière de triple A lorsque vous venez dans ce festival, mais plutôt de se retrouver en famille ou avec des amis autour d’une passion commune.

L’arcade

À moins d’être tout jeune, vous avez probablement connu les salles d’arcade, qui ont aujourd’hui presque disparus en France.

Le Start To Play proposait toute une zone avec diverses bornes d’arcade pour retrouver les sensations d’antan, et ce totalement gratuit ! Il était possible de s’essayer à des titres tel que Time Crisis avec son pistolet, ou de jouer à Out Run via un volant. Le seul défaut ? L’attente, les bornes étaient tout simplement prises d’assaut par les visiteurs.

La zone dédiée à l’arcade.

Toujours et encore des jeux

Outre la possibilité de participer à de nombreux tournois, divers stands étaient proposés pour découvrir ou redécouvrir des jeux de notre enfance.

Par exemple, vous pouviez jouer au classique Sonic the Hedgehog premier du nom sur la console d’origine. L’occasion également si vous avez des enfants de leur montrer des jeux d’une autre époque, ainsi que les manettes d’antan.

Cependant, juste à côté de ce petit lieu rétro, il était possible d’apercevoir un énorme stand composé d’ordinateurs, et de consoles, tel que la Nintendo 64. Uniquement des FPS étaient mis à l’honneur, tel que Goldeneye, ou le désormais très culte Doom, série qui a débuté en 1993.

Mais le plus grand intérêt du stand, c’était qu’il proposait aux visiteurs, de faire des parties en LAN. De quoi s’amuser et rire tout en massacrant ses amis à coup de railgun… Vous l’avez peut-être reconnu, Quake 3 Arena était proposé en tant que jeu jouable jusqu’à 4 joueurs localement. Et une fois la partie lancée, difficile de décrocher tant le plaisir était présent. En bref, une réussite.

Néanmoins, si vous veniez plutôt dans l’idée de tester de nouvelles expériences, il était également difficile de ressortir déçu du Start To Play. Plusieurs jeux étaient disponibles en VR, bien que ces derniers proposaient une expérience plutôt classique, ils procuraient néanmoins une certaine dose de fun, surtout pour ceux ne possédant pas un casque de réalité virtuelle.

Mais si je vous disais que l’attraction phare, c’était autre chose d’autrement plus fou ? Toutefois payante, vous aviez la possibilité pendant 5 minutes de grimper dans une espèce de machine équipée d’un écran, d’un volant et de pédales. Un jeu de course vous était par conséquent proposé… Mais c’est là que l’intérêt de l’appareil saute aux yeux. Ce dernier simule tous les mouvements de la voiture que vous conduisez sur un circuit. Tout simplement l’expérience qu’il ne fallait pas rater, tant elle fut excellente.

Un stand sur les FPS de l’époque.

L’indie Game Area

Point intéressant du salon, il était possible de découvrir des nouveaux jeux indépendants, actuellement en développement. Et rien qu’au visuel, il était facile de comprendre que le stand était une réussite lui aussi.

Tout comme la zone d’arcade, il y avait foule de gens pour s’essayer à ces futurs titres. Et justement, en voici quelques uns…

Protocore

Visuellement très joli, Protocore est un FPS arcade très nerveux, qui propose par conséquent un gameplay rapide.

Dans la démo jouable, il était possible de sélectionner trois classes, chacune commençant avec une arme différente. Vous étiez également doté de compétences aléatoires en début de partie. Le but ici était de massacrer un maximum d’ennemis dans une arène, tout en évitant de se faire toucher pour faire augmenter le “multiplicateur” de points face à plusieurs types d’ennemis.

Le titre est vraiment prenant et à aucun moment l’ennui ne s’est ressenti. Le jeu est prévu pour la seconde moitié de 2019, sur Steam, et il devrait proposer un mode coopération jusqu’à 4 joueurs.

Protocore.

Achencraft

Ici, nous ne parlons pas vraiment d’un jeu indépendant, mais plutôt d’une carte sur Minecraft par Achencraft.

Mais alors pourquoi le citer ? Car ce qu’il propose est ahurissant. En travail depuis déjà plusieurs années, le but est de reproduire l’énorme centre-ville de Strasbourg, voir même toute la ville par la suite. Au Start To Play il était proposé de traverser ce qui a déjà été crée via un casque VR. Et pour peu que l’on connaisse les lieux, force est de constater que la reconstitution est vraiment très fidèle.

La ville de Strasbourg reproduite dans Minecraft.

SokobanCoon

SokobanCoon est un petit jeu de réflexion où vous jouez un raton laveur.

Le but est d’ouvrir la porte de fin de niveau en poussant des caisses de couleurs sur des cases de même couleur. Mais c’est là que tout se complique.

En effet, vous êtes limité à chaque niveau à un certain nombre d’actions. Seul le fait de bouger le personnage n’en consomme pas, mais tout le reste si.

Point intéressant, il était possible de détruire des rochers pour ouvrir de nouveaux passages, ainsi que de ramasser des objets, vous rajoutant des actions dans le niveau en cours.

En somme, de quoi réellement faire travailler vos méninges, tant certains niveaux s’avèrent très bien pensés.

Et si vous vous sentez l’âme d’un créateur de niveau, le jeu (qui est déjà sorti), inclut par ailleurs un éditeur de niveau. Clairement notre coup de cœur du salon.

SokobanCoon.

Des invités prestigieux

Que serait une convention sans invités ?

Nous retrouvions pour cette cinquième édition du Start To Play un certain FFVIMAN, le célèbre Fred of the dead pour les amateurs de la série Noob, mais surtout celui que l’on surnomme le dinosaure du jeu vidéo, Marcus lui-même.

Mais qui dit convention gratuite, dit forcément une certaine attente, bien que cette dernière était tout à fait raisonnable, nous ne sommes pas au niveau des grands salons où ça aurait été interminable.

Diverses conférences ont également eu lieu dans un auditorium, sur des thématiques pour le moins intéressantes. L’un des sujets traités était l’importance du premier niveau dans un jeu vidéo, pouvant attirer par conséquent tous les types de joueurs, voir même des designers. Encore une fois, nous sommes là en présence de sujets passionnants.

Envie d’une petite virée en voiture ?

Conclusion

Au travers de cet article, vous l’aurez sans doute compris, le Start To Play est une convention où il fait bon d’aller en famille, ou entre amis.

Des conférences aux sujets intéressants, des invités de marque, une bonne présence des jeux indépendants et du rétrogaming, ce salon s’adresse définitivement à tout le monde.

Mais il ne faut pas oublier l’absence des jeux bien plus récents qu’il aurait été possible de découvrir, car ce n’est tout simplement pas le but de ce salon.

En espérant une nouvelle édition l’année prochaine !

Laisser un commentaire