S'enregistrer

1 × 2 =

Votre mot de passe vous sera envoyé.

Electronic Arts annonce Battlefield Hardline et le jeu vu le jour en 19 mars 2015 en France, comme l’épisode le plus dynamique de tous et intense en action. Comme prouvé dans le trailer qui en nous en mets plein la vue. Pour donner envie, il nous met une sacré claque. Si on se penche vraiment sur le jeu après avoir explorer la campagne en solo et le multijoueur avec tous ces DLC et modes de jeux différents. Est-ce le Hardline vaut ce qu’il vaut ? J’ai testé Battlefield Hardline : Premium sur PS4 ! 

 


 

Commençons par aborder le gameplay :

Battlefield Hardline reste comme tous les Battlefield un jeu de FPS. Avec un gameplay un peu plus différent vous permettant de jouer le gentil flic ou le méchant dans la campagne solo. Quant au multijoueur, vous pouvez soit incarner les forces de police ou les malfaiteurs à travers divers modes de jeu. Une nouvelle tournure pour l’enseigne par cet épisode de Battlefield.

Rien que le gameplay de « flic ou voleur » à suffit à me donner envie et l’originalité du système est attirant. Mais j’y reviendrais un peu plus tard. Pas de force armée dans Hardline, vous l’aurez compris. Puis venant de BF ça pouvait que annoncer un contenu riche!  

Vous avez à votre disposition tout une gamme complète d’armement entièrement personnalisable avec des accessoires ainsi que la couleur à votre guise! 

 

 


 

Scénario :

Dans la campagne solo, Nick Mendoza, un inspecteur de police dont le passé est assez troublé. L’histoire se déroulement principalement dans la ville de Miami. L’inspecteur Mendoza lutte activement contre le trafic de cocaïne qui plonge la ville dans le chaos le plus total. Il va être confronté à ses collègues en qui il avait confiance qui sont en réalité très loin de rendre justice. Au contraire, ils alimentent cette guerre de la drogue et sont les acteurs du chaos pour Nick, l’homme qui veut faire appliquer la loi en se mettant dos à celle-ci. Contrairement aux autres opus des Battlefield où ils étaient questions de conflits militaires et armée pour ici s’axer sur la lutte opposant les forces de police et les malfaiteurs. A travers cette aventure des choix s’imposent qui permettes aux joueur d’incarner un flic ‘’ripoux’’ ou un flic ‘’bien’’. 

Le scénario change des autres jeux Battlefield, ce qui est assez bizarre au début du jeu de ce dire que je joue à un Battlefield dans un environnement pareil. Sans armées, sans blindés, sans porte-avions…

Une histoire intéressante et accrocheuse remplie de retournement de situation et d’intrigue entrainant Nick Mendoza au cœur de la guerre de la drogue.

 


 

Une grossière erreur ou bien le jeu devait se dérouler à Los Angeles et non pas à Miami ? 

J’accorde une très grande importance aux détails. Pour moi, c’est le charme d’un jeu en quelque sorte. C’est aussi important ! Est-ce que Electronic Arts voulait que le scénario de Hardline se déroule non pas à Miami mais à Los Angeles ? Vous vous demandez ce que je raconte ? Vous faites bien ! Si nous nous penchons sur l’aspect visuel du jeu un élément est incohérent. Si on regarde sur les véhicule de police, il y à inscrit dessus “To serve and protect” un dérivé de  “To protect and to serve” la devise officielle de la police de Los Angeles. Or à Miami, la police ne possède pas de devise officielle propre au service. Quand aux couleurs des voitures, elles sont noires et blanches, comme à Los Angeles mais à savoir que certains secteurs de Miami la police dispose de voiture aux mêmes couleurs. Tout semble assez bien coller pour que le jeu soit Los Angeles quand même, je dois bien le reconnaître. 

Soit le jeu à été ré-adapté vers Miami ou bien les développeur ont fait une erreur.  Très bien, j’arrête de chipoter sur les détails !

 


 

Le multijoueur :

 

Le multijoueur est placé au cœur du jeu, le scénario est une aventure facultative pour ceux qui veulent la découvrir. Pourquoi changer une équipe qui gagne.

Deux camps dans les parties en ligne, vous l’aurez deviné. D’un côté les malfaiteurs et de l’autre les forces de l’ordre. Avec tous les DLC, divers modes de partie s’ajoutent. Après y avoir passer de bons nombres d’heures sur le jeu et ayant bien forgé mon avis sur le jeu… Le multijoueur nous frappe rapidement avec une lassitude. Malgré un contenu relativement bien remplis et diverses cartes. On arrivera rapidement à atteindre le seuil de lassitude en moins de deux heures de jeux.

J’ai l’impression de faire la même chose. Malgré les objectifs donnés qui peuvent être amusant comme l’idée de protéger des VIP (même mode de jeu dans Counter Strike), vaincre sur les braqueurs réfugiés dans la banque, … Un environnement de fond, voilà comment je ressens les ambiances voulus. Des véhicules sont également présent en ligne, comme tous les BF, vous allez me dire ! Ce qui m’as contrarié est surtout que je m’attendais à des modes de jeu bien mieux pensés et plus présent dans les parties. Un très large arsenal d’armement et d’équipement est à notre disposition. Je ne suis pas aller très loin dans le jeu, pas assez pour débloquer grand chose car je n’ai pas eu la motivation du tout de poursuivre sur cette lancé. J’avais un avis sur le jeu déjà, j’aurais du me forcer et je me force jamais la-dessus. Pour en revenir aux armes, elles sont toutes personnalisable avec de nombreux accessoires (viseur, aide à la stabilité, laser, lampe, …) mais aussi personnalisable avec des couleurs qui recouvre les armes. Oui vous pouvez être un braqueur avec un AK rose bonbon! 

A noter qu’un petit scénario de mise en scène est présent lors des chargements aux parties. Une capture télé type ‘’Breaking News’’ avec en fond le décor de la carte et une voix-off incarne un journaliste décrivant le contexte. « Braquage en cours où les force d’intervention ont lancés l’assaut !»  .. Ce petit détail n’est pas passé à la trappe. Ça scénarise un tout petit peu le multijoueur et ça comble le temps d’attente même s’il n’est pas excessif. 

 


 

Quelques bugs ?

Eh oui ! Comme tout jeu vidéo, des bugs s’incrustent, c’est ainsi. Sur Hardline, j’en garde un assez mauvais souvenir des déplacements avec les débris. Détruire l’environnement c’est marrant ok.. Mais quand on est pris au piège par un bug de collision  … Ça l’est moins… C’est surtout ce détail qui a su me lasser très rapidement du jeu. Trop présent et trop gênant. Y’a pas une carte où l’on ne subit pas des petits bugs de collisions.


 

Touche finale : 

Battlefield Hardline est un jeu qui à su me donner une envie folle de l’attaquer mais que finalement, une fois qu’on l’explore on se rend compte que ce n’est pas vraiment ce à quoi on s’attendait. J’ai été rapidement lassé du jeu. Malgré un concept bien pensé, je dois bien l’admettre. Je trouve qu’il à mal été incorporé dans le jeu.  Appréciant les Battlefield pour ce gameplay dans ces jeux, je ne vais pas cacher ma déception envers Hardline qui n’as pas su me satisfaire mais l’inverse. Un meilleur team-play cotoyant peut-être un peu plus du RôlePlay ? Je pense que ça aurait pu être sympathique vu les modes de jeu. 

Je ne crache pas dessus en insinuant que c’est un mauvais jeu. Seulement que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. 

[TEST] Battlefield Hardline le virage (raté?) de la franchise
Scénario (solo)6
Gameplay6.5
Multijoueurs 5
Graphisme7
Contenu7
Points positifs
  • Un bon nombre de carte en ligne
  • Vaste libre personnalisation de l'équipement
  • De nombreux modes de jeu
Points négatifs
  • Rapidement lassant
  • Absence d'équilibre dans les équipes
  • Quelques bugs
6.3Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Share This