S'enregistrer

Votre mot de passe vous sera envoyé.

Test de Final Fantasy XV : le voilà enfin !

Près de 10 ans d’attente pour que Final Fantasy Versus XIII, aujourd’hui Final Fantasy XV, soit enfin disponible sur nos consoles. Il va sans dire qu’aujourd’hui on en espère beaucoup de ce jeu, mais réussit-il réellement à convaincre ?

Ce test a été effectué sur une PS4 classique.

Une narration décevante

Lorsque l’on joue à un RPG, les attentes au niveau du scénario sont en général grandes, et plus particulièrement pour cette licence, qui est le messie pour bon nombre de joueurs. Et pourtant, l’histoire ne parvient pas à attirer l’attention, tant la narration fait défaut.

Ce problème ne se voit pas directement au début, mais plutôt, et surtout à partir de la moitié du jeu, où l’on a réellement l’impression que le scénario a été littéralement amputé à divers endroits, car les cinématiques manquent à l’appel (il y en a très peu). L’histoire enchaîne événement sur événement, sans s’y attarder, laissant un goût amer une fois le jeu terminé, car toutes les découvertes et autres aux alentours de la fin auraient pu offrir au joueur une aventure épique, mais il n’en est rien.

Et les quêtes annexes quant à elle n’apportent quasiment rien à l’univers, et ne développement pas le background des personnages. Ces missions sont totalement bateau et ne consistent qu’à aller d’un point A à un point B ou de récupérer un objet.

Tous ces problèmes peuvent s’expliquer par le développement chaotique que cet opus a subi au travers des années, et des changements dans l’équipe en charge du jeu (de Tetsuya Nomura à Hajime Tabata).

Final Fantasy XV

Gladiolus.

Beau, mais “vide”

Le jeu est vraiment très joli. Les personnages, les animations faciales, les textures, ou même les effets spéciaux, le tout rend bien et en met pleins les yeux. Mais pour autant, cela ne suffit pas à le rendre exceptionnel.

Les décors sont en général détaillés, mais le problème vient surtout du manque de vie de ces environnements. En pleine nature, vous apercevrez rarement des voitures qui passent, et à l’exception des ennemis, il n’y a rien. Il y a une véritable sensation de vide, d’être presque “seul au monde”, et dans un jeu qui se veut être en monde ouvert, l’envie l’explorer perd tout son sens car l’on sait d’avance qu’il n’y aura sûrement rien.

Notez par ailleurs la rare présence de clipping au loin, et des soucis de chargement des textures (de quelques secondes) qui peuvent dès fois apparaître lorsque vous vous téléportez.

Final Fantasy XV

Une jolie vue.

Le gameplay

C’est probablement là que le jeu se démarque des opus qui lui ont précédés, car le style de combat adopté n’est plus du tout le même.

En effet, cette fois-ci nous avons droit à un système totalement axé sur l’action dans les combats, en temps réel. Vous pouvez courir, foncer sur l’adversaire, vous défendre, changer d’armes (utile pour s’adapter à l’adversaire, et exploiter ses faiblesses), etc… et ce sans interruption.

De fait, les combats s’avèrent très nerveux et dynamique, et la prise en main est immédiate, et à moins d’être un réfractaire du style, il est difficile de ne pas s’amuser. Mais pour autant, en adoptant cette manière de combattre, le jeu hérite des problèmes classiques du genre, et c’est la caméra. Cette dernière, plus particulièrement lorsque vous êtes proche des obstacles ou dans les forêts, peut partir dans tous les sens, au point de ne plus comprendre ce qu’il se passe. Ce soucis est d’autant plus marqué lors des combats contre les géants, où de toute évidence la caméra est incapable de rester stable.

De plus, il est impossible de switcher de personnage, vous serez obligé de jouer Noctis, bien que les autres protagonistes ont vraisemblablement le même gameplay, à l’exception des armes qu’ils peuvent utiliser. Et donc, pas de “mage” dans l’équipe cette fois-ci. Les magies doivent au préalable être crées via des essences élémentaires, et il est ensuite nécessaire de les équiper pour les utiliser, en nombre limitées. Ce qui est à mon sens dommage car on perd le charme des personnages qui sont spécialisés dans le domaine.

Les invocations sont bien présentes dans le jeu, mais ne peuvent être utilisées comme on le souhaite. Vous aurez une notification sur votre écran en plein combat si une invocation est utilisable, et ces dernières offrent ensuite une cinématique qui se veut vraiment épique, et qui est tout simplement dévastatrice. De plus, certaines invocations s’adaptent selon si vous êtes en intérieur, ou en extérieur, un petit soucis du détail très appréciable.

Et bien que le gameplay offre pas mal de possibilités, vous serez tenté de foncer dans le tas sans réfléchir tant le jeu est facile. Très rares seront les ennemis qui vous demanderont de vraiment faire attention.

Final Fantasy XVEt qui dit combat dans un RPG, dit progression. Celle-ci se fait de manière classique, où vous pouvez gagner des points d’expériences en vainquant des monstres ou en réalisant des quêtes. La différence se fait plutôt dans l’assimilation de cette même expérience, où vous serez obligé de dormir pour gagner des niveaux, qui donneront également des points de compétence.

Ces derniers devront être dépensés dans un arbre de compétences, divisé en plusieurs catégories. Vous pourrez suite à ça augmenter vos statistiques, être capable de faire des esquives en l’air, de prolonger la durée de certains effets, de booster les gains des activités annexes, comme la pêche ou les courses de chocobos, etc… Cela permet au joueur d’être un petit peu plus libre dans sa progression, mais pour autant cet arbre n’arrive pas à être aussi intéressant que ce qu’à pu être le sphérier de Final Fantasy X.

Et comme je le disais précédemment, le jeu se présente sous la forme d’un monde ouvert que vous pouvez parcourir comme bon vous semble, mais dans les faits, on est un peu plus limité que cela. Un certain nombre de barrages vous bloqueront la route lors des premiers chapitres de l’aventure, vous limitant donc à une parcelle de jeu, bien que grande. Et comme le scénario, à partir de la moitié du jeu, il sera possible de découvrir pleins de nouveaux environnements, mais qui ne sont absolument pas explorables, rendant par conséquent le jeu très linéaire à partir de ce moment-là.

Évidemment, pour parcourir ce vaste monde, plusieurs options s’offrent à vous, dont le classique chocobo. Mais surtout, il est possible de conduire une voiture, la Régalia, pour se balader. Mais pourtant, la conduite s’avère ennuyeuse, et décevante, car vous n’avez pas réellement le contrôle de votre véhicule. Ce dernier tentera par tous les moyens de toujours rester sur la route, et d’éviter les collisions. Et du coup, comme ce monde ouvert est vide, vous serez tenté de tout simplement utiliser la téléportation pour vous déplacer (utilisable que lorsque vous êtes dans la voiture), et là le jeu pointe un autre défaut. Les temps de chargement sont tout simplement affreux. Comptez en général environ 30 secondes, voir dans de rares cas le double. Et ce à chaque fois que vous vous téléporterez.

Final Fantasy XV

Un contenu pauvre et surtout inintéressant

Pour un opus qui est attendu depuis plus de 10 ans, il s’avère que l’on fera assez rapidement le tour du jeu.

Et ce n’est pas peu dire. Si vous cherchez à faire l’histoire en ligne droite, lors de votre première partie vous en aurez pour probablement 10-15 heures au maximum. C’est très peu.

De plus, comme je le disais au tout début de ce test, les quêtes annexes bien que nombreuses (plus de 80) n’ont strictement aucun intérêt, elles ne font que gonfler artificiellement la durée de vie du jeu. Et à côté de cela, vous avez également les chasses que vous pouvez accepter, qui consistent à tout simplement vaincre un groupe de monstres. Le soucis ici étant que vous ne pouvez accepter qu’une chasse à la fois et non plusieurs, et que vous utiliserez très probablement la téléportation pour aller à l’endroit requis, et idem pour revenir, ce qui met encore plus en avant les temps de chargement qui sont affreusement longs.

Les divers donjons dispersés sur la carte sont également très peu inspirés, n’étant que trop souvent des simples grottes / montagnes, et surtout, sans aucune énigme. À l’exception de quelques rares donjons qui sont mieux réalisées, et comportant par la même occasion des énigmes, bien que simples.

Et le contenu après la fin du jeu est également très faible. Vous obtiendrez quelques nouvelles quêtes mais tout aussi inintéressantes scénaristiquement parlant, ainsi que l’accès à des nouveaux donjons, qui sont tout simplement tous les mêmes avec une difficulté différente, à l’exception d’un, qui en plus d’être difficile, contient des énigmes en pagaille, et même des phases de plateforme. Mais il est bien dommage de devoir attendre aussi longtemps pour enfin voir un donjon qui vaut le coup d’œil.

En somme, vous devriez être capable de faire le tour du jeu en moins de 100 heures.

Final Fantasy XV

La bande son

Les musiques sont composées par Yoko Shimomura, également connue pour les musiques de Kingdom Hearts. Et on peut que c’est une réussite, les thèmes sont très agréables à écouter et les pistes correspondent en général aux différents lieux du jeu. Cependant, absolument tous les villages partagent la même musique, et celles de certaines villes semblent peu inspirées, elles ne resteront absolument pas dans les mémoires. Et pour les nostalgiques, sachez qu’il est possible d’écouter plusieurs musiques de la quasi-totalité des anciens Final Fantasy, tant que vous êtes hors combat, si jamais les pistes musicales ne vous conviennent pas.

Par ailleurs, le jeu propose un doublage en français, et je dois dire que ce dernier est plutôt réussi dans son ensemble. Et pour les amoureux des voix japonaise, sachez qu’elles sont également disponible, et qui comme d’habitude, sont excellentes.

Final Fantasy XV

Test de Final Fantasy XV : le voilà enfin !
Au final, Final Fantasy XV n'est pas le jeu tant attendu. De part son développement plus que chaotique, le jeu fait l'impasse sur une bonne partie du scénario, ayant pour conséquence une narration hachée qui ne parvient pas à capter l'attention. Et son contenu en fait un jeu plutôt pauvre tant les quêtes annexes sont inintéressantes. Le gameplay quant à lui arrive à sauver les meubles bien qu'il ne soit pas parfait (à cause de la caméra). Un jeu peut-être sorti "trop tôt" si l'on peut dire, au vu du potentiel gâché à partir de la moitié du jeu.
Le scénario5
Les graphismes7.5
Le gameplay7.5
Le contenu6
La bande son8
Points forts
  • Très joli
  • Un gameplay dynamique et nerveux
  • Les musiques
Points faibles
  • L'histoire avec une narration ratée
  • Un monde ouvert avec peu de vie
  • Les quêtes annexes inintéressantes
6.5Sympa
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire

Share This