[TEST] Dead Cells : un rogue-like exigeant

Dead Cells est un jeu indépendant qui a été développé par un studio français. Il se veut être un rogue-like 2D difficile, mais réussit-il vraiment son pari ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce test.

Avant toute chose, nous n’irons pas dans les détails concernant l’histoire. Le titre ne propose qu’un petit scénario que vous pouvez découvrir à force de mourir, ou en interagissant avec divers éléments du décor. Une certaine touche d’humour est par ailleurs accordé à tout ce que vous pouvez lire. En somme, l’histoire n’est donc pas trop à prendre au sérieux.

2D oui, mais quelle 2D !

Bien souvent, les jeux indépendants choisissent des graphismes en deux dimensions. Hors, cela ne doit pas devenir un frein lorsque le choix d’un jeu intervient. Et encore plus particulièrement si cet aspect graphique est vraiment très réussi.

En effet, Dead Cells sublime véritablement sur le plan artistique. Les différentes zones du jeu possèdent chacune des décors qui lui sont propres, et ils sont magnifiques. On comprends tout de suite à quel genre de lieu on fait face, tout en restant subjugué par tous les petits détails qui fourmillent un peu partout. C’est d’autant plus impressionnant que chaque niveau est généré aléatoirement, et qu’aucun bug graphique n’est à signaler.

Concernant ensuite votre personnage, ce dernier s’avère être très fluide dans ses animations. Par ailleurs, selon l’arme que vous utiliserez, votre petit bonhomme ne fera pas les mêmes mouvements.

Il en va de même pour vos ennemis. Relativement nombreux, ils possèdent tous leurs propres animations. Rien qu’au premier coup d’œil il est facile de comprendre ce que vos opposants feront comme attaque. Dead Cells évite donc de tomber dans la facilité du recyclage pour les ennemis.

Pour terminer, les effets spéciaux ne sont également pas en reste. Ils sont tout à fait convaincants, et même si vous balancez tout ce que vous avez, et que vos ennemis ont des projectiles, l’action restera néanmoins tout à fait lisible. Et bien entendu, le tout sans aucune chute du framerate.

Une jouabilité très nerveuse

L’énorme point fort de Dead Cells, c’est bien sa maniabilité.

En effet, le jeu embarque un gameplay à l’apparence simple, mais qui se doit d’être maîtrisé pour réussir.

Deux des boutons sont utilisés pour vos objets principaux. Cela correspond à vos armes ou boucliers que vous trouverez sur le terrain. Et ces derniers s’avèrent être nombreux. Que ce soit des épées, des arcs, des fouets (permettant de passer à travers les boucliers ennemis), et bien d’autres objets, vous devriez trouver votre bonheur sans aucun soucis. Sachant que tout est viable, vous ne vous sentirez jamais forcé de prendre qu’un certain type d’armes pour terminer le jeu.

Par ailleurs, pour vous aider dans votre périple, vous avez la possibilité de transporter deux “accessoires”. Cela peut aller du piège que vous déployez sur le sol, à des grenades, ou bien à tout un tas d’autres objets.

Et enfin, celui qui sera votre ami le plus précieux, la roulade. Cette dernière est d’une importance cruciale car vous disposerez d’un instant d’invincibilité lorsque vous l’utiliserez. Néanmoins cette fenêtre est très petite, et il faudra donc s’en servir intelligemment.

Combinez tous ces ingrédients et vous obtenez un jeu qui s’avère très rapide manette en main.

L’évolution du personnage

Dead Cells étant un rogue-like, il embarque avec lui plusieurs possibilités de faire progresser son personnage.

Si vous ne savez pas exactement ce qu’est qu’un rogue-like, vous risquez d’être déstabilisé au début. Le but est de réussir à atteindre la fin du jeu, mais en mourant puis en recommençant de nombreuses fois, tout en conservant les diverses améliorations débloqués uniquement.

Dès lors que vous traverserez un niveau, vous trouverez dans un premier temps des parchemins. Une fois obtenu, vous aurez la plupart du temps trois options, et vous ne devrez en choisir qu’une. Chacune de ces possibilités augmentera vos points de vie, mais surtout une statistique. Cette dernière influe sur de nombreuses choses. Par exemple, si vous choisissez la statistique violette, toutes vos armes et objets violets seront améliorés dans le même temps. Il faut donc savoir faire un choix, et choisir d’augmenter sa puissance de frappe, ou surtout sa santé. Car oui, si vous prenez trop souvent la même couleur, le gain sur votre santé maximale sera réduit.

Veuillez noter que les parchemins ne sont que des bonus qui perdurent durant la partie en cours. Une fois mort, il faudra les récupérer de nouveau.

Sinon, lors de périple vous obtiendrez de l’argent, mais surtout des Cells. Ces derniers sont d’une importance capitale, et vous permettront d’acheter des améliorations permanentes ou des objets supplémentaires à trouver lors de votre partie. Cela est uniquement possible entre deux niveaux, et vous perdrez tous vos Cells si vous passez l’arme à gauche. L’une de ces améliorations est tout simplement la potion de soin. Plus vous y mettrez de Cells, plus vous en aurez en votre possession à chaque partie.

Et pourtant, Dead Cells ne s’arrête pas là. Toujours entre deux niveaux, vous avez la possibilité de sélectionner des “mutations”, jusqu’à un maximum de trois. Divers effets vous seront proposés, comme le fait de pouvoir utiliser plus souvent vos objets, ou de récupérer un peu de santé à chaque ennemi tué. Ces mutations sont extrêmement nombreuses et vous permettent vraiment de faire une partie différente à chaque fois. Car oui encore une fois, elles sont réinitialisées à la mort.

Il existe bien d’autres moyens de devenir meilleur, que vous découvrirez bien plus tard dans le jeu, comme le fait de trouver des objets de meilleur qualité plus souvent.

Les seuls défauts que l’on pourrait citer vis-à-vis de l’amélioration de votre personnage, c’est dans un premier temps l’impression de ne progresser que très peu à chaque fois. En effet, c’est avant tout votre propre compétence à bien jouer qui sera décisif dans votre réussite. Et dans un second temps l’aléatoire sur les objets que vous trouverez qui peut rendre certaines parties vraiment plus ardues que d’autres.

Le collecteur, qui permet “d’améliorer” son personnage.

Des capacités précieuses

Vous vous rendrez bien compte en traversant les niveaux que vous pouvez interagir avec certains éléments du décor. Cependant, il ne se passera sans doute rien et ce sera normal.

Effectivement, vous aurez besoin de trouver des compétences supplémentaires qui seront permanentes une fois obtenues. Ces dernières sont cachées dans certains niveaux, où vous devrez ensuite combattre un monstre plus puissant que les autres pour décrocher ce nouveau pouvoir.

Toutes ces nouvelles capacités vous permettront d’accéder à de nouvelles zones dans le niveau en cours, voir même à de nouveaux lieux… et dès fois vous faire gagner un temps précieux.

Car en effet, lors de votre partie vous rencontrerez également différents types de portes. Vous avez celles qui peuvent s’ouvrir avec de l’argent, mais surtout, des portes qui ne s’ouvriront plus si vous arrivez trop tard. Traverser les niveaux rapidement est donc récompensé, mais n’est pas obligatoire pour au moins réussir sa partie, toutes les options étant possibles.

Un boss.

Long et court à la fois

Mais qu’est-ce que cela veut dire, derrière ce titre ? Tout simplement que Dead Cells n’est en lui-même pas très long.

Comme je le disais précédemment, c’est avant tout votre capacité à bien jouer. Car bien que vous pouvez obtenir de nouvelles capacités et des potions supplémentaires, le jeu ne vous fera pas de cadeaux. Vous avez en face de vous un jeu relativement exigeant, il n’y a que peu de place aux erreurs que vous pourriez commettre en jouant.

En soi, si vous êtes un joueur moyen, vous mettrez entre 5 et 10 heures pour battre le boss de fin la première fois… car Dead Cells ne s’arrête pas là.

De nouvelles difficultés s’offriront à vous. En plus d’avoir des ennemis plus dangereux, divers malus s’appliqueront sur différentes choses pour entraver votre progression. Cependant, jouer avec une plus haute difficulté ouvre également l’accès à des portes fermées auparavant. Il y a donc un véritable intérêt à faire, et refaire encore Dead Cells.

Par ailleurs, chaque jour vous aurez la possibilité de participer à un défi quotidien. Ce dernier vous forcera à jouer dans une zone bien spécifique qui n’est pas générée aléatoirement. Votre but est de récolter un maximum de points tout en tuant le boss de la zone le plus rapidement possible, car vous avez une limite de temps. En bref, de quoi obtenir de nouveaux challenges chaque jour.

En somme, si vous cherchez vraiment à tout débloquer, vous en aurez pour un bon bout de temps avec Dead Cells, bien plus que de simplement finir le jeu une seule fois.

Une ambiance sonore soignée

Dead Cells ne manque pas de qualité, et il en va de même pour tout ce que vous pourrez entendre.

Les musiques collent parfaitement à l’ambiance que cherche à dégager le jeu. Bien souvent ce seront des pistes sonores discrètes qui vous accompagneront. L’exemple du stage dans les vieux égouts est plutôt éloquent où vous aurez surtout droit à un son d’ambiance qui vous plongera totalement dans cet environnement. Néanmoins cela n’est pas toujours vrai, selon les niveaux que vous traverserez.

Bien sûr, le soucis avec un tel parti pris, c’est l’absence de musiques vraiment frappantes.

Et enfin, les effets sonores sont corrects, bien que certains sons manquent d’impact.

[TEST] Dead Cells : un rogue-like exigeant
Dead Cells est un bon, un très bon rogue-like 2D. Son gameplay vraiment dynamique permet de s'amuser à coup sûr et de ne jamais s'ennuyer. Les musiques bien que souvent discrètes vous plongeront totalement dans l'aventure. Néanmoins, le jeu n'embarque pas en son sein une véritable histoire, bien que certains éléments permettant de comprendre l'univers sont dispersés un peu partout. Et enfin, Dead Cells ne s'adresse pas forcément à un public cherchant un jeu simple, le titre se voulant très exigeant.
Les graphismes9
Le gameplay9.5
La durée de vie8
La bande son7
Points forts
  • Une excellente 2D
  • Un gameplay très fluide et nerveux
  • Une bonne rejouabilité
Points faibles
  • Une "impression" de progresser assez lente
  • Court si on souhaite juste finir le jeu une seule fois
9Excellent
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire