S'enregistrer

seize + seize =

Votre mot de passe vous sera envoyé.

Plusieurs personnages, plusieurs temporalités et plusieurs univers, bienvenu dans Dreamfall Chapters, le renouveau du Point n Click.

Décidément l’époque est à la remise aux goûts du jour de licences anciennes et plus particulièrement de point n clic puisqu’il y a quelques jours nous testions Syberia 3 et voici que nous attaquons Dreamfall Chapters. Les deux titres ont cela en commun qu’ils souhaitent conserver les bases de leur genre d’origine tout en essayant d’y ajouter quelque chose. Le premier titre cité essayait  d’ouvrir le genre à un public plus vaste en proposant des énigmes accessibles et le second, Dreamfall Chapters mise tout sur sa narration. En effet il propose une simplification du gameplay propre au type de jeu dans le but de le rendre plus accessible, moins lourd jusqu’à le relayer au rang de support pour l’histoire. D’ordinaire le point n click est un genre  gameplay, non pas qu’il soit forcément très riche mais plutôt dans le sens qu’il est prédominant sur l’intrigue. Tout passe par lui et les mécaniques sont un vrai filtre entre le joueur et le jeu. Or Dreamfall Chapters propose justement d’aller plus loin que ça en diminuant l’importance du gameplay, en rendant ses mécaniques plus transparentes de manière à porter la narration et à la mettre en avant. De filtre, le gameplay passe à simple outils de communication avec le jeu.

Test Dreamfall Chapters PS4

Trois versions de vous mêmes, Dreamfall Chapters aime jongler avec les mondes

Rappelons donc que la narration est au coeur de Dreamfall Chapters, troisième volet d’une saga de point n click réputée pour son univers prenant.  Votre voyage se fera entre réalité et monde alternatif aux commandes de plusieurs personnages dont la première, et certainement la plus interessante, Zoé, qui fut plongée dans un coma artificiel par sa mère pour protéger des secrets. De là elle a la capacité d’arpenter le monde des rêves et de réveiller les personnes en plein cauchemars.  Dans le monde duquel elle vient, la population est accro aux rêves qu’ils se procurent en se connectant à une machine à rêve. Mais le soucis c’est que cette pratique n’est pas sans conséquences…

Test Dreamfall Chapters PS4

Zoé, perdue entre les limbes de son esprit et le monde des rêves (le vortex qui lui fait face)

En ce qui concerne la narration pure nous ne vous en dirons guère plus puisque c’est ici que réside le principal intérêt du jeu. Toujours est il que cette histoire est prenante et nous tient en haleine tout de long. Les mini-enigmes sont assez simples pour ne pas poser problème trop longtemps et l’avancée générale suit le schéma de la quête du héro (ouvertement assumé par le jeu). On regrette seulement quelques phases où l’objectif n’est pas clair et où l’on reste parfois plusieurs minutes à chercher la manière d’avancer. Le paradoxe étant que le joueur est mieux guidé dans les phases de puzzle que dans, par exemple, la marche à suivre pour passer à la scène suivante.

Test Dreamfall Chapters PS4

L’errance entre les rêves

Oscillant entre réalité et onirisme franc cette aventure d’une grosse dizaine d’heures nous fait passer par plein d’émotions et nous fait voyager dans biens des univers. D’ailleurs les amateurs de la série seront ravis de retrouver des lieux et personnages déjà aperçus auparavant. Des clins d’oeil plaisant d’autant plus qu’il s’agit là de la conclusion de la saga. D’autre part vous le savez peut être mais il existe une sorte de tradition qui veut qu’au dernier acte d’un pièce de théâtre, tous les personnages reviennent en scène pour que le spectateur prenne connaissance du sort qui leur  est réservé. Une tradition que Dreamfall Chapters honore donc et ça fait plaisir.

Test Dreamfall Chapters PS4

Mais ce n’est pas là le seul lien entre Dreamfall Chapters et le monde de la scène et de l’écran. En effet l’on remarque très rapidement un gout certain pour la mise en scène et une certain esthétique très marquée. Cette dernière passe notamment par un choix toujours très conscient des plans de caméra lors des cinématiques. L’on sent vraiment qu’un oeil a choisi comment découper l’espace en fonction du sentiment qui devait être véhiculé. Ça peut paraître anecdotique et il y a fort à parier que beaucoup ne remarqueront pas cet effort mais il n’en reste pas moins qu’un cadrage fait la différence entre deux images. Et même si le joueur ne s’en rend pas compte, son expérience est forcément manipulée par ces choix de réalisation. D’ailleurs, un indice qui ne trompe pas, le jeu est doté d’un générique d’introduction très similaire  ce qui se fait du côté du septième art. Un fond noir et des écritures blanches qui apparaissent et disparaissent. Une manière de faire très rependue au cinéma mais relativement rare en ce qui concerne le jeu vidéo. Enfin, sur ce même générique l’on peut voir que le titre a été en partie financé grâce au fond d’aide au cinéma suédois (l’équivalent du CNC chez nous).

Test Dreamfall Chapters PS4

Les cadres sont savamment composés

Terminons par quelques points déterminants, tout d’abord vous devez savoir que le jeu n’est pas localiser en Français, du moins en ce qui concerne l’audio. Heureusement l’ensemble est sous titré pour peut que vous pensiez à  activer cette fonction (qui n’est pas enclenchée de base, du moins sur PS4). Toutefois ce serait dommage de rater cette expérience uniquement à cause de l’absence de voix françaises. D’autant plus que les voix anglaises sont vraiment très bonnes. Les acteurs sont parfaitement dirigés et leurs voix sont un moyen de plus pour nous laisser embarquer par l’histoire. Enfin, Dreamfall Chapters  intègre un système de choix dont certains auront des répercussions plus ou moins importantes sur le reste de l’aventure et d’autres, comme des placebos, n’auront aucun impact. A la façon d’un TellTale, l’apparition d’un petit logo dans un coin supérieur de l’écran viendra vous signaler que votre action aura une importance plus tard… Mais là où le jeu est super innovant c’est dans son système de dialogue. En effet la plupart des jeux du genre, au moment de faire le choix de votre réponse, vous propose un résumer la réponse qui sera effectivement prononcée par votre avatar. Or dans ces cas là il arrive régulièrement que la phrase dite ne corresponde pas exactement à ce que vous aviez en tête au moment de cliquer sur le raccourcis! Dreamfall Chapters vous propose donc un système des plus intéressants où vous retrouver le choix avec les résumés de phrases mais en ajoutant, en bas de l’écran, la phrases telle quelle sera prononcée dans sa globalité. Ainsi vous ne risquez pas d’être surpris par ce que va dire votre personnage. Une idée aussi simple qu’excellente et l’on espère qu’elle sera reprise par d’autres jeux!

Test Dreamfall Chapters PS4

Faites vos choix, attendez vous à des conséquences

[TEST] Dreamfall Chapters, le point n click au service de la narration
Ce que l'on aime
  • Le système de dialogue sans mauvaise surprise
  • L'univers (ou plutôt les univers)
  • Le personnage de Zoé
Ce qui nous plait moins
  • Quelques soucis de compréhension des objectifs
9Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
10.0
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #14217
    CharliHCharliH
    708 Messages
    • Hors-ligne
    • Staff
      No points.

    Plusieurs personnages, plusieurs temporalités et plusieurs univers, bienvenue dans Dreamfall Chapters, le renouveau du Point n Click. Décidément l’épo
    [Voir l’article: [TEST] Dreamfall Chapters, le point n click au service de la narration]


    #14234
    LeRangerLeRanger
    100 Messages
    • Hors-ligne
    • Testeur
      No points.

    Pour avoir fait les premiers (ouais je suis vieux) c’est marrant de voir l’évolution de la saga. Le passage de la 2D à la 3D, les changements dans la narration, les changements dans la technique et la direction artistique…

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Share This