La licence Final Fantasy est l’une des plus célèbres de l’histoire du jeu vidéo. C’est une véritable référence en matière de RPG depuis le tout premier opus. Pourtant la franchise a bien évolué au fil des années et les joueurs aussi. Nombre d’entre nous sont nostalgiques de l’époque où Squaresoft n’était pas encore Square Enix principalement en raison de final fantasy VII, VIII et IX mais ces opus ont bien vieillit tant dans leur gameplay que leur scénario, ce qui n’est pas forcément le cas des plus anciens allant du premier au troisième que je vais tester et ainsi vous expliquer pourquoi il a mal vieillit. 

Un scénario inintéressant:

Le point fort d’un RPG, c’est son histoire et son background, ce que je répète souvent dans mes tests sur les jeux de rôle. Malheureusement, je ne peux pas dire que le scénario de Final Fantasy III soit exceptionnel, je dirai même qu’il est assez mauvais et sert surtout de prétexte pour enchaîner les donjons et les combats. En bref, on commence avec un personnage auquel un cristal révèle qu’il est l’un des quatre élus de la lumière, on se retrouve alors à chercher les trois autres et une fois réunit, on s’en va combattre les ténèbres qui menacent de détruire le monde. Jusque là, ça pourrait aller sauf que les personnages que l’on joue n’ont pas de réels profondeurs, on comprend leur caractère émotionnel principal mais c’est tout, on ne connaît pas leur histoire et on ne la connaîtra pas, ce qui ne permet pas de s’intéresser à eux et encore moins de s’y identifier. De plus, le scénario est extrêmement proche de celui du premier final fantasy qui a les mêmes défauts même si les personnages sont un peu plus développés dans le troisième. C’est l’une des raisons qui me pousse à dire que le jeu a mal vieillit car aujourd’hui, on le qualifierait plutôt de Dungeon Crawler car, comme je l’ai dit, on enchaîne les donjons pour avancer jusqu’au boss final mais sans avoir une vrai histoire. Il faut d’ailleurs que je parle de ce fameux boss sans vous spoiler : pendant tout le jeu, on nous vend un être surpuissant et maléfique sauf qu’on ne le voit qu’une fois avant qu’on le combatte et qu’on ne parvient pas à s’intéresser à lui parce qu’il est plat et sans intérêt. Il sert principalement de prétexte, il est maléfique et veut recouvrir le monde de ténèbres, il faut donc aller le battre. En bref, l’histoire n’est pas prenante, ce qui ne donne pas forcément envie de continuer le jeu et c’est bien dommage.

FF3 scénario

Des graphismes retravaillés et une bande-son classique mais efficace :

La version de Final Fantasy III dont je me sers comme base pour ce test est la version remastérisée, ce qui implique que le jeu est légèrement différent de l’original. La principale modification vient de l’aspect graphique du jeu qui est bien meilleur que l’original. La cinématique d’introduction est magnifique, l’image du haut en est justement tirée et les graphismes dans le jeu ont un aspect chibi assez sympa mais ce n’est pas exceptionnel. Il n’y a pas grand chose de plus à dire parce que les animations sont banales et les graphismes ne cherchent pas à donner du charisme aux personnages mais le jeu est assez ancien et le travail de refonte reste très satisfaisant.

Pour la bande-son du jeu, on peut dire qu’elle est assez classique, on retrouve des thèmes typiques de la saga et les musiques d’ambiance sont agréables. Cependant, le fait que l’on enchaîne les combats et les donjons pour s’entraîner ou continuer l’histoire nous fait écouter les mêmes musiques constamment, ce qui peut s’avérer très agaçant à la longue. De plus, le jeu ne comporte pas de bande-son aussi célèbre que One Winged Angel de Final Fantasy VII ou le thème de Zanarkand du X, elle ne marque donc pas particulièrement les esprits.

FF3 graphisme

Un gameplay typique :

L’une des marques de fabrique de la saga, c’est son gameplay au tour par tour qui semble avoir été un peu abandonné dans les récents opus, ce qui n’est pas le cas pour celui-ci. Final Fantasy III propose du tour par tour très classique dans lequel on a le temps de choisir les actions que l’on veut entreprendre durant le tour de combat comme si le jeu était en pause puis les actions se déroulent dans un certain ordre en fonction de la vitesse des personnages jusqu’au tour suivant où on se prépare à nouveau. Ce choix de gameplay permet au joueur d’avoir une pensée stratégique car il doit évaluer les actions de son adversaire et les anticiper pour pouvoir gagner, ce n’est pas forcément nécessaire pour les monstres basiques où on peut  enchaîner les attaques sans trop réfléchir mais les boss nécessitent une réflexion car leurs attaques peuvent très vite entraîner un game over si on n’a pas été assez prudent. Il faut donc réfléchir à nos actions durant un combat mais ces actions sont aussi déterminées par le travail hors combat.

Ce jeu introduit un système de job qui est une sorte d’orientation des personnages qui peuvent devenir des guerriers, des mages noirs ou blancs etc… Il y a un très grand nombre de jobs et ils ont tous des actions différentes et des équipements différents. Il faut donc bien prévoir l’orientation des membres de son équipe pour survivre, il est notamment primordial d’avoir un personnage qui soigne sans quoi, il est très vite compliqué de finir les boss et le jeu. Les habitués de la saga me diront qu’il suffira d’utiliser des objets de soin sauf que les queux de phénix, qui sont des objets de résurrection, ne se vendent pas en magasin donc sans soigneur, il est très compliqué de ressusciter un allié mort.

Il est intéressant de voir qu’il y a deux systèmes de progression dans le jeu : celui des personnages qui augmente constamment durant l’aventure et celui des jobs qui n’augmente qu’une fois associé à un personnage, ce dernier est d’ailleurs plus important en terme de stats que la progression de base, il est donc important d’entraîner son personnage et ses jobs. En clair, le gameplay est assez sympa et pas forcément dur à prendre en main si l’on s’entraîne suffisant pour avoir le niveau contre les boss et à condition d’apprécier ce type de gameplay. Cependant, il y a un défaut qu’il faudrait que je souligne, c’est le fait que parfois, certains boss ont des attaques dévastatrices qui obligent à utiliser le même job pour chaque personnage afin de les esquiver, c’est assez dommage quant on a passé un certain temps à s’entraîner avec un job en particulier pour les personnages.

FF3 gameplay

Un contenu correct :

L’un des défauts majeurs que l’on reproche au jeu vidéo actuel, c’est le fait qu’on est bien trop guidé pour finir le jeu. Il est vrai que certains jeux ne nous laissent plus le plaisir de la réflexion et de l’exploration pour avancer dans le scénario. Final Fantasy III, au contraire, fait partie des vieux jeux qui laissent peu d’indices pour continuer la trame scénaristique et ça peut devenir très vite ennuyant. Si l’on a un certain plaisir à explorer les lieux du jeu, le fait que les monstres peuvent surgir n’importe quand et toutes les 2 secondes peut rapidement enlever la patience des joueurs les plus calmes surtout qu’à certains moments, la suite de la trame n’est pas forcément logique, on peut donc tourner en rond dans le monde pendant un sacré temps. De mon point de vue, cela peut nuire au plaisir du joueur même si ça ajoute de la durée de vie au jeu.

Le contenu est tout de même important. On apprécie de découvrir de nouveaux villages, parler aux personnages et explorer des donjons en explorant la map-monde. Les dialogues ne sont pas forcément intéressants et certains lieux se ressemblent beaucoup mais ça reste très sympa. De plus, il y a quelques quêtes secondaires compliquées à trouver qui pourront réjouir les joueurs qui aiment faire un jeu à 100% et découvrir des secrets.

FF3 contenu

[TEST] Final Fantasy III
J'adore la saga Final Fantasy mais je dois tout de même avouer que les plus anciens opus sont difficiles à prendre en main et pas forcément passionnant. Cependant, je pense que les amateurs de vieux RPG japonais seront ravis de mettre la main sur cette version remastérisée.
Scénario2
Graphismes et bande-son6
Gameplay8
Contenu6
Les plus
  • Un gameplay classique nécessitant de la réflexion
  • Des graphismes retravaillés
  • Un monde intéressant à explorer
Les moins
  • Pas de vrai scénario
  • Une bande-son agaçante à la longue
  • Le faible nombre d'indice pour continuer l'histoire
5.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire