Voilà le nouveau bébé d’Ubisoft, Ghost Recon Wildlands, un open world sous forme de TPS stratégique qui prend tout son sens en coop.

Premièrement le développement de Ghost Recon Wildlands est dirigé par Ubisoft Montreuil et l’on en profite pour les féliciter. D’ordinaire Ubisoft choisi ces studios hors hexagone pour mener des projets aussi importants que celui ci notamment en raison des coûts de développement en France. Cependant la récente augmentation du crédit d’impôt et la multiplication des aides réservées aux créateurs de jeux vidéo est en train de placer la France en tête des pays les plus attractifs pour les développeurs. Voilà la raison pour laquelle le jeu est principalement créer chez nous et ça devrait être le premier d’une longue série.

Ghost Recon Wildlands

Un jeu aussi beau immersif

Entrons donc dans le vif du sujet sans plus tarder. Ghost Recon Wildlands est un jeu de tir à la troisième personne qui vous place dans les bottes d’une escouade de soldats aux prises avec les cartels. Si vous avez déjà touché à un épisode de la saga alors vous savez que la particularité du titre est de pouvoir donner des ordres à vos coéquipiers de manière à créer et maîtriser une vraie synergie de groupe. Wildlands reprend donc cette concept de base mais le transpose dans un monde ouvert.

Tout commence donc par la création de votre personnage. En effet vous pouvez imaginer votre propre Ghost, féminin ou masculin et le personnaliser à fond. Déjà, alors que le jeu vient à peine de s’ouvrir et que nous n’avons pas encore joué à proprement parlé, l’on remarque un vrai gout du détail et du travail bien fait, un sentiment qui ne fera que gagner en puissance au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu. La personnalisation est donc très poussée et vous pourrez passer beaucoup de temps dans l’éditeur pour être certain(e) d’avoir un personnage qui vous plaise vraiment. A noter que des éléments de personnalisations bonus peuvent être débloqués pour ajouter encore du contenu.

Ghost Recon Wildlands

Même en intérieur le jeu est très beau et il n’y a aucun chargement!

Une fois passée cette séquence de création le jeu débute et on en prend plein la gueule. Vous m’excuserez l’expression mais votre serviteur a bien du mal à dissimuler l’exaltation ressentie en découvrant ce jeu qui s’annonçait prometteur mais qui s’avère être une vraie claque! Alors par où commencer? Ouvrons le bal par la partie visuelle. En cinématique ou en jeu c’est absolument dingue! La distance d’affichage hallucinante met vraiment en valeur l’immensité de l’ère de jeu mise à disposition. Il y a en tout 21 portions (gigantesques !) de map, autant dire qu’il y a de quoi saluer le travail de titan accompli. Pour encore plus de défis les équipes d’Ubisoft ont décidées d’associer cette carte immense à un rendu extrêmement réaliste. Paris tenus puisque tous les modèles 3D sont très travaillés et vraiment plaisant à l’oeil. A cela s’ajoute un cycle jour / nuit et un système météo vraiment impressionnant. Bien sur toutes ces prouesses techniques (on est sur un rendu proche d’Uncharted 4 mais sur un monde ouvert…. voyez le level) ne vont pas sans quelques problèmes. Car si aucune chute de framerate n’est à déplorer, il n’en va pas de même pour la synchronisation verticale qui a souvent des ratés. Peut être que ce problème sera corrigé via un future patch. Enfin cette observation a été faite sur PlayStation 4 standard, comprenez par là que les choses sont peut être différents sur Xbox One, PlayStation 4 PRO ou PC.

Ghost Recon Wildlands

Le drone est devenu la marque de fabrique d’Ubisoft (Splinter Cell, Far Cry Primal, Watch Dogs…) et permet de préparer un plan d’action.

Un rapide détours par le sound design, qui est d’une grande qualité. Les bruits d’ambiances notamment en fonction du lieu et de la météo sont vraiment immersifs. Dans le cinéma l’on dit que le son représente 80% de l’image car il fait comprendre au cerveaux comment interpréter les images que l’on lui propose et Ghost Recon Wildlands le prouve. Le sentiment d’être là (the feeling of being there), d’accepter notre intégration à ce monde est sans égal et c’est en grande partie grâce au soin apporté à la conception sonore. En plus, le jeu est entièrement doublé en français ce qui est assez unique pour être signalé. En effet quasiment aucun jeu en monde ouvert ne prend le temps de localiser l’intégralité des voix car la masse de travail est énorme (discussions, radios, cinématiques, PNJ, etc…). Mais visiblement Ubisoft a choisi de se démarquer sur tous les plans et les joueurs apprécierons.

Toutefois notons deux remarques, déjà la faune du jeu est extrêmement pauvre et vous ne croiserez quasiment que des animaux de ferme dans des enclos. C’est dommage de ne proposer une nature aussi pauvre avec un sound design aussi riche. Et enfin le background de l’équipe est absolument inexistant. C’est sans doute là une volonté d’Ubisoft de privilégier le jeu en coop mais c’est un choix vraiment pas cool pour les amateurs d’aventure solo qui n’ont rien à quoi se raccrocher. Du coup l’on a l’impression de jouer avec es coquilles vides et inintéressantes au possible.

Ghost Recon Wildlands

Prennez un peu de hauteur pour observer avant d’agir. Peut être vaut-il mieux attendre la nuit et la pluie pour attaquerC’est un monde ouvert à la Ubisoft donc vous avez des missions principales, secondaires, des zones à libérer, des choses à collecter et de l’expérience à engranger. Avec cela vous pouvez acheter des améliorations pour votre ghost ou ses équipements jusqu’à devenir surpuissant. L’arbre de compétence est bien chargé. Chaque branche est dédié à un champs d’amélioration se terminant par une compétence plus avantageuse que les autres qui fera de vous un spécialiste.  Là encore un petit bémol car il n’y a pas de barre de progression de l’expérience qui viendrait nous renseigner sur l’xp nécessaire à l’obtention du prochain point d’amélioration. Plus généralement le système d’expérience est très opaque. Impossible de savoir combien de points vous rapporte une action. Concernant l’équipement des soldats maintenant, l’on compte trois armes embarquées et des gadgets comme le drone de reconnaissance, le C4 ou encore des Mines. Là encore la part belle est laissé à votre imagination pour personnaliser ces armes et gadgets. Accessoires en tout genres et fonctionnalités supplémentaires sauront vous contenter même si certaines doivent être au préalable débloqués en les récoltant sur le terrain. En extrapolant un peu nous pouvons imaginer sans peine que certains ajouts cosmétiques pourrons en suite être acheter contre de l’argent bien réel comme c’est largement le cas avec les récents Rainbow Six Siege et The Division.

L’on peut donc compter sur une puissance de feu modulable en fonction de vos besoins, fusils d’assauts, de sniper, à pompe, arme de points etc. cependant aucun lance roquette ce qui est vraiment dommage notamment lorsque vous vous retrouver face à un hélicoptère que vous veut du mal. Sans arme sol-air on se retrouve a vider des chargeurs ou a tenter de sniper le pilote… Alors qu’avec une petite roquette bien placée le tour était joué. D’ailleurs au passage soulignons que les effets d’explosions des véhicules n’ont rien de très mémorables. Ressemblant davantage à l’éclat timide d’un pétard mouillé qu’au véritable effet pyrotechnique attendu.

 

Ghost Recon Wildlands

Certaines images sont vraiment grandioses

Au niveau du gameplay l’on retrouve les bases de la licence avec la possibilité de donner des ordres à nos coéquipières gérés par l’IA via une roue d’ordre. Ce n’est pas très pratique au premier essai mais c’est un coup à prendre. Vous pouvez ainsi marquer des cibles que vos sbires dégommeront de manière synchronisée sur votre ordre. Il est ainsi très jouissif de mettre à terre trois ennemis en une seconde et ainsi de nettoyer la zone sans effort. Globalement le gameplay est arrangé pour que l’action soit toujours très fun et fluide avec notamment des passages en FPS en mode visée (au choix) pour gagner en dynamisme. Vous pouvez choisir de repasser en troisième personne pour la visée mais c’est bien d’avoir le choix. Rares sont les jeux qui proposent un changement de point de vue de la sorte et c’est toujours très utile (on pense notamment aux derniers Deus Ex ou aux premiers épisodes d’Hitman).  Plus généralement on apprécie vraiment le changement d’échelle de la saga et les nouvelle (et très bonnes) sensations qu’apporte cet habille mélange entre les mécaniques des Ghost Recon que l’on connait et de Just Cause. L’impression de pouvoir faire tout ce que l’on veut mais avec une base réaliste, cohérente et profondément fun.

Vous avez donc une carte immense et divisée en plusieurs portions. Chacune de ces portions est dirigée par un membre important du cartel que vous devez démanteler et votre travail est donc de couper toutes ces têtes jusqu’à arriver au grand patron. Pour cela c’est toujours le même schéma qui se repete, vous arrivez dans une région, débloquez des missions principales et secondaires (qui viennent améliorer l’appui des rebelles). Une fois toutes les missions principales terminées vous attrapez le responsable local puis vous passez à la région suivante. Il y a beaucoup de fouille, vous faites beaucoup d’aller-retour mais dans l’ensemble l’expérience est prenante et vous aurez vraiment de quoi vous occuper des heures durant (environs 50 heures). C’est un très beau terrain de jeu d’autant plus que chaque région a son style particulier et ses propres paysages.

Au registre des légers soucis l’on notera l’absence d’option “redémarrer au dernier checkpoint”, regrettable dans un jeu qui met en avant l’infiltration, genre où l’on a tendance à vouloir recharger la partie à la moindre alerte. Autre soucis il n’est pas possible de tirer en moto, ça manque surtout lors des phases de poursuite où vous vous retrouvez donc absolument désarmer face à l’ennemis (pas d’arme et impossibilité d’envoyer un véhicule dans le décors en étant à moto.

Ghost Recon Wildlands

La vision nocturne confère un avantage tactique pour les assauts surprises

Un mot sur l’IA qui, étonnamment, est bien meilleure dans le camp adverse. En effet vos braves camarades se retrouvent parfois éparpillés n’importe où et ont du mal à vous suivre alors que les ennemis savent vous surprendre et vous contourner pour vous mettre la misère. Ceci s’explique certainement par le fait que l’IA demande beaucoup de ressources au processeur et donc qu’il a fallu faire un choix. Le résultat de ce choix étant que l’important n’est pas la réussite du joueur (aidée de l’IA alliées) mais sa sensation de combat réel (grâce à l’IA opposante). Mais ce choix peut aussi être compris comme une prise de position des créateurs qui destinent leur jeu à une utilisation multijoueur où le problème de l’IA allié ne se pose pas (dès que vous êtes avec un autre joueur, tous les bots alliés disparaissent) mais où l’IA ennemie est primordiale. D’ailleurs c’est hallucinant de voir ce qu’ils ont réussi a faire quand on sait que l’IA demande beaucoup de calcul. En général l’IA est le parent pauvre qui est ultra-bridé pour ne pas consommé la puissance de calcul et la laisser pour les graphismes. Ici Ubisoft réussi le tour de force d’allier IA maligne et visuel fantastique!

Ghost Recon Wildlands

Les cartels ne font pas dans la dentelle…

En solo ou en multi le jeu est donc assez corsé comme pouvait l’être Rainbow Six Siege et c’est pas plus mal, la sensation d’être un ghost en mission n’en est que plus forte. De même à plusieurs joueurs la recherche de stratégie d’action, l’élaboration de plan d’attaque et enfin la réussite de la missions sont autant de sensation grisantes. Cette gestion du flow du joueur en multijoueur est vraiment fascinante, ça prend tout de suite, ça vous embarque et vous élèves jusqu’à la réussite jouissive de l’objectif. Vraiment, Ghost Recon Wildlands est très sympa à parcourir seul mais il prend tout son sens en multijoueur.

Sam, celui qui conduit c’est celui qui ne joue pas.

Le soucis lorsque vous jouez en solo c’est que vous devez être le pilote à chaque fois que vous désirez prendre un véhicule. Aucun autre soldat ne peut conduire à votre place. Vous devez donc être le chauffeur et les autres membres de l’escouade occupent les sièges vacant du véhicule. vous pouvez leur donner un seul ordre : attaquez. Ils se mettent alors à tirer sur tout ce qui est hostile autour de vous avec un choix des cibles très étranges qui fait que parfois ils préfèrent arroser un véhicule lointain derrière plutôt que le convoi en face de vous que vous espérez détruire. Vous êtes donc forcé d’occuper le poste le moins intéressant, la conduite, alors que vos alliés IA ont la partie fun du jeu, le tir… C’est extrêmement frustrant d’autant plus qu’il aurait été facile d’éviter ça en plaçant un système de gestion de l’itinéraire à l’instar du dernier Final Fantasy (vous placer un point de repère et l’IA conduit) ou tout simplement de pouvoir donner des ordres au pilote par exemple avec la croix directionnelle (tourne à droite ou à gauche, accélère, ralenti). Avec un système comme celui ci il aurait été facile de mitrailler les ennemis tout en gardant un contrôle sur le déplacement du véhicule de manière à vraiment avoir l’impression de maîtriser au maximum la situation.

 

Ghost Recon Wildlands

Oui on peut se cacher dans le coffre de tous les véhicules terrestres…. On peut donc organiser des parties de cache-cache.

Le joueur profite d’une liberté d’approche incroyable et évidemment pour naviguer sur cette map immense, vous pourrez vous mettre au volant de tout un tas de véhicules sympas, avions, hélicoptères, voitures, blindés et motos seront de la partie. Seul ou en multi il y a vraiment de quoi se faire plaisir. D’ailleurs il y a un truc tout simple à faire mais tellement fun à jouer : sortir le buste hors de l’habitacle de la voiture pour tirer pendant qu’un amis pilote la voiture. Simple mais efficace cette fonction est un bon exemple de l’appropriation du fun d’un jeu par le joueur. Rouler n’importe comment et mitrailler les voitures ennemis n’est pas prévus par le scénario, pas plus que de prendre un hélico, monter en altitude et sauter en parachute pour assaillir une base, mais c’est incroyablement plaisant et c’est pour cette raison, et toutes les précédentes, qu’il semble inévitable que ce Ghost Recon Wildlands sache vous convaincre.

[TEST] Ghost Recon Wildlands : L'alliance de la stratégie et du monde ouvert
Rendu visuel8
Temps de jeu9
Intérêt des activités proposées7
Sensations coop9.5
Sensations solo5.5
7.8Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
5.1

Laisser un commentaire