[TEST] Pokémon Let’s Go, Pikachu / Évoli

Pokémon Let’s Go, Pikachu et Pokémon Let’s Go, Évoli sont deux nouveaux jeux Pokémon, qui sont sortis cette fois sur la Nintendo Switch, et non pas sur la 3DS contrairement à d’habitude. Nous avons donc là un nouvel épisode sur la console de salon de Nintendo. Mais, vaut-il vraiment le coup ?

Un scénario habituel pour la série, mais cependant recyclé

Comme d’habitude dans tout Pokémon, vous commencez l’aventure en choisissant le sexe et le nom de votre personnage. Et enfin votre long périple de futur dresseur Pokémon débutera.

Pour les connaisseurs vous reconnaîtrez immédiatement les lieux. En effet, l’histoire démarre au Bourg Palette, situé dans la région de Kanto. Eh oui, c’est la même région que dans Pokémon Rouge/Bleu/Jaune, ou Vert Feuille et Rouge Feu pour les remakes plus récents. Bien que ce ne soit pas un mal de retourner à Kanto, il s’avère que l’histoire est extrêmement similaire à ce que vous pouviez faire dans Pokémon Jaune. À une exception près, vous n’incarnerez pas Red, et votre rival ne sera pas Blue. Par ailleurs, votre premier Pokémon (le starter), sera soit Pikachu, soit Évoli, selon la version à laquelle vous jouez.

Néanmoins, si vous n’avez jamais fait ces opus, l’objectif est très simple. Il va falloir capturer un maximum de Pokémon, obtenir les 8 badges et vaincre la Ligue Pokémon. L’aventure sera par ailleurs accompagné de quelques cinématiques sans grande importance mais qui ont au moins le mérite d’être là. Et bien sûr, une certaine Team Rocket viendra vous mettre des bâtons dans les roues.

Sachant que c’est un Pokémon, n’attendez pas plus de l’histoire, elle est, et restera toujours très simple à comprendre. Il est juste dommage que nous ayons ici un recyclage quasi total de la version Jaune de l’époque.

Le professeur Chen.

Une direction artistique simpliste

Pokémon Let’s Go, Pikachu / Évoli rendra très bien sur votre écran. Toutefois vous vous rendrez compte bien vite que l’aspect graphique du jeu est assez coloré, mais loin d’être transcendant. Il faut noter que ce n’est de toute façon pas l’objectif du jeu d’en mettre plein la vue.

Tout comme les derniers opus 3DS, les combats sont cette fois en 3D. Les Pokémon sont bien modélisés, mais cette fois, ce sont les animations le problème. À l’exception de certaines attaques, les animations sont vraiment sommaires. Elles ont néanmoins l’avantage d’être effectuées rapidement, les combats pouvant donc continuer assez vite.

Un nouveau système de capture

Ce premier jeu sur la console Nintendo Switch n’embarque pas du tout le même système de capture Pokémon que l’on peut voir d’habitude sur 3DS.

Pour faire simple, si vous avez déjà joué à Pokémon GO sur mobile, vous ne serez pas dépaysé car vous retrouverez la même chose ici.

En effet, pour enclencher un combat, vous devez dans un premier temps foncer sur un Pokémon sauvage. Les rencontres aléatoires ne sont plus présentes ici, les Pokémon ne feront que se balader autour des hautes herbes, et un peu partout dans les grottes. L’avantage est que vous pouvez choisir le Pokémon à affronter, à condition que celui que vous désirez soit actuellement sur votre écran, et la frustration d’avoir trop de rencontres aléatoires à la suite n’est plus.

Dans un second temps, une fois le combat débuté, comme Pokémon GO, il suffit de lancer soit des baies pour faciliter la capture, soit lancer une Pokéball. Il n’est plus possible de combattre. Chaque Pokémon sauvage en combat est entouré d’un cercle de couleur. Vert si il est facile à capturer, rouge si il est difficile à capturer. Et ce même cercle rétrécira avant de revenir à sa taille normale, et refera de même. Si vous lancez votre Pokéball alors que le cercle est tout petit, tout en visant au centre de celui-ci grâce à votre Joy-Con (en imitant un geste de lancer avec), vous obtiendrez un bonus vous aidant à la capture. Attention néanmoins, les Pokémon sauvages peuvent fuir.

Pour autant, même si vous n’utilisez plus de Pokémon, vous gagnerez de l’expérience… mais sur tous vos Pokémon à la fois.

Cette approche à la Pokémon GO ne plaira clairement pas à tout le monde, étant donné que certains Pokémon peuvent rapidement devenir pénibles à capturer, et qu’il faut avoir un stock assez conséquent de Pokéballs. Pas d’inquiétude néanmoins, si vous êtes fauché, vous aurez toujours le moyen d’obtenir de nouvelles Pokéballs.

La Team Rocket est de retour pour vous jouer un mauvais tour.

La progression du Pokémon

Capturer un Pokémon, c’est une chose, mais avoir le meilleur et l’améliorer c’en est une autre.

Chaque Pokémon capturé possède ses propres IV. C’est-à-dire que si votre Pokémon à un IV élevé par exemple en attaque, et bien cette dernière sera plus haute à terme que si l’IV de cette caractéristique est basse. Ce n’est pas nécessaire d’optimiser ses Pokémon pour finir simplement le jeu, mais si vous voulez avoir le meilleur, il va falloir y passer.

Il est ensuite possible de donner des bonbons à ses Pokémon. En dehors du Super Bonbon qui permet d’augmenter le niveau de son Pokémon, il existe cette fois-ci de nombreux types de bonbons. Chaque bonbon augmentera une statistique du Pokémon sélectionné, voire toutes les statistiques si le bonbon a le même nom que le Pokémon. Il est assez facile d’en obtenir, car il suffit d’envoyer des Pokémon capturés au Professeur Chen, bien que ces derniers soient définitivement perdus dans ce cas-là. Cette mécanique entre bien en cohésion avec le fait qu’il faille capturer des Pokémon sauvages au lieu de les combattre pour gagner de l’expérience.

Chaque Pokémon peut aller jusqu’au niveau 100, et pourra apprendre différentes attaques soit grâce à des objets, soit grâce aux gains de niveaux qui permettent également d’évoluer.

Votre Starter (Pikachu ou Evoli) est surpuissant.

Les combats…

Les matchs sont dans le pur style Pokémon.

Adoptant un système de combat au tour par tour, vous devez choisir l’une des quatre attaques que votre Pokémon possède pour vaincre les Pokémon adverse.

Bien que cela semble simple, la stratégie est de mise. En effet, chaque Pokémon possède un voir deux types (vol, feu, eau, etc…), et chacune de vos attaques possède également un type. Par exemple, si vous utilisez une attaque de type eau sur un Pokémon qui est de type feu, vous infligerez bien plus de dégâts. L’inverse est également possible où les dégâts subis seront réduits, voir nul dans certains cas.

Petite nouveauté dans Pokémon Let’s Go, Pikachu / Évoli, votre starter pourra dans de rares cas, lancer une cinquième attaque, surpuissante.

Et bien sûr, les objets tel que les potions pour soigner votre Pokémon sont également de retour lors des affrontements.

Petites différences avec le Pokémon Jaune d’origine, les combats duo sont présents, ainsi que la Méga-Évolution, mécanique apparue il y a quelques années qui permet de faire évoluer son Pokémon temporairement pour le rendre plus puissant lors du combat.

Gagner des combats vous fera gagner de l’expérience, et des Pokédollars, pour acheter diverses choses comme des Pokéballs.

… non pas sans défauts

Bien que la formule Pokémon marche toujours et que l’on prend un certain plaisir à faire progresser son Pokémon tout au long de l’aventure, plusieurs défauts font également surface.

Tout d’abord, si vous avez joué à des jeux Pokémon plus anciens, vous devez probablement vous souvenir de l’objet Multi Exp qui permettait à des Pokémon ne combattant pas de gagner également de l’expérience. Cet objet n’existe plus dans ce jeu, et comme pour les Pokémon sauvages, tous les Pokémon de votre équipe gagneront de l’expérience, même si ils n’ont pas combattu.

Cela a pour effet de faciliter très grandement le jeu, au grand dam de ceux cherchant un challenge plus relevé.

L’autre soucis est l’extrême facilité du jeu. Comme je le disais, le fait de gagner de l’expérience sur tous les Pokémon réduit considérablement la difficulté, mais pour autant votre starter à lui seul possède des statistiques très élevées. En effet, vous pourrez n’utiliser que lui pour la quasi totalité du jeu tellement il s’avère être puissant.

Il est donc clair que ce nouveau titre Pokémon s’adresse principalement à un public ne jouant pas trop aux jeux vidéo, ou alors à de jeunes enfants où cette très grande accessibilité leur permettra de progresser sans grand mal.

Un mode deux joueurs

Oui, vous avez bien lu, il est possible de jouer à deux sur la même console, chacun des joueurs utilisant un Joy-Con.

Seulement, le rôle du second joueur s’avère très limité. Bien que présent sur la carte avec son personnage (du sexe opposé à celui du votre), il ne pourra pas enclencher de combats de lui-même.

Mais l’intérêt est tout autre. Tous les combats se feront à deux, les rendant encore plus simple étant donné que la difficulté des ennemis elle n’augmentera pas. Il en va de même pour les captures où les deux joueurs lanceront des Pokéballs, facilitant grandement la capture des Pokémon, surtout si les deux Pokéballs sont lancées en même temps car le jeu vous octroiera un bonus.

C’est un mode qui est surtout à privilégier si vous souhaitez accompagner un débutant ou un jeune enfant dans le jeu, et donc l’aider lors d’un moment plus difficile ou tout au long de l’aventure pour le rendre plus agréable pour celui-ci.

Un contenu satisfaisant

Malgré que le jeu soit bien plus simple que d’habitude, il vous faudra tout de même plusieurs dizaines d’heures pour arriver jusqu’à la ligue Pokémon et terminer le jeu une première fois.

Mais comme à l’accoutumée, s’arrêter là dans un Pokémon, c’est loin d’avoir terminé le jeu.

Comme tout bon dresseur Pokémon, le but est de capturer tous les Pokémon du jeu. Cela n’est pas aussi long que ce que l’on pourrait croire étant donné qu’il n’y a que la première génération de Pokémon de disponible, plus leurs variantes d’Alola pour certains. Ainsi qu’un petit supplément, le Pokémon Meltan et son évolution, qui proviennent de la 8ème génération. Malheureusement ce dernier ne peut s’obtenir que via Pokémon GO, et qu’il faudra ensuite le transférer dans ce jeu à condition que votre téléphone soit compatible.

Et comme d’habitude, chaque version possède des Pokémon qui ne peuvent être capturés dans l’autre. Votre option est dans ce cas-là le transfert via la version que vous ne possédez pas, grâce à un ami par exemple.

Toutefois, il y a clairement une ombre au tableau, et cela concerne Mew. Ce dernier ne peut qu’être obtenu que si vous avez l’accessoire “Poké Ball Plus”, vous obligeant à repasser à la caisse. C’est vraiment dommage tout en sachant que l’objet est assez cher et sans grand intérêt.

Et enfin, comme toujours dans la série, de nouvelles choses à faire s’ouvriront à vous après avoir terminé le jeu. Cela dit, il est important de citer le caractère très redondant de ces nouvelles quêtes annexes. Pour la bonne et simple raison qu’elles vous obligeront à faire monter de niveau tous les Pokémon du jeu sans aucune exception pour pouvoir ensuite accéder à de nouveaux combats. Il est fort probable que l’ennui vous prenne très vite dans ce genre de quêtes qui sont totalement inintéressantes malheureusement.

En somme, si vous avez le courage de vraiment tout faire, la centaine d’heures devrait facilement être atteinte.

La bande son

Le titre étant basé sur la région de Kanto, vous retrouverez toutes les musiques de la région, et donc les mêmes qu’à l’époque.

Évidemment, les pistes ont été remixées pour l’occasion, et c’est vraiment excellent. Si vous les connaissez, vous ressentirez très probablement de la nostalgie. En dehors de cela, il est clair que les musiques collaient déjà parfaitement à Pokémon Jaune, et cela n’a pas changé sur ce nouvel opus.

Toutefois, on ne peut que regretter l’absence des voix pour les Pokémon. Seul les starters (Pikachu et Évoli) ont leurs voix. Pour les autres Pokémon, vous n’aurez que leurs cris provenant des versions portables… Il est donc dommage de ne pas avoir au moins une voix pour chacun des Pokémon ici.

[TEST] Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli
Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli n'est pas un mauvais Pokémon, ni un excellent Pokémon. Reprenant très clairement ce qu'était Pokémon Jaune à l'époque, la prise de risque est minime, même si il y a tout de même quelques changements dans l'histoire. Le jeu hérite par ailleurs du système de capture de Pokémon GO, qui ne conviendra clairement pas à tout le monde étant donné qu'il n'est plus possible de combattre les Pokémon sauvages. Toutefois, le titre reste assez fidèle dans ses combats aux autres opus, les rendant amusants, mais néanmoins trop, bien trop facile. Et petite nouveauté intéressante, le jeu est faisable à deux joueurs, bien que le second joueur accompagnera surtout le premier joueur. C'est un mode parfait pour aider un jeune enfant à progresser à travers le jeu, et c'est justement ce public qui semble surtout visé par ce nouvel opus, là où quelqu'un de plus âgé risque d'avoir du mal à apprécier le jeu à sa juste valeur de fait de son extrême facilité.
Le scénario5
Les graphismes6.5
Le gameplay7
Le contenu6.5
La bande son7.5
Points forts
  • Durée de vie correcte
  • La musique
Points faibles
  • Beaucoup trop facile
  • La capture à la Pokémon GO
  • L'accessoire Poké Ball Plus obligatoire pour obtenir Mew
6.5Sympa
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire