La saga Rainbow Six revient sur le devant de la scène après de longues années d’absence. Entre deux il y eu le Rainbow Six Patriot qui fut annoncé en 2011 avant de disparaître des écrans radar pour enfin être annulé en 2013. Mais tout ne fut pas perdu puisque de ses cendres naquit l’excellent jeu qui nous occupe aujourd’hui :  Rainbow Six Siege.

Alors que le marché du jeu de guerre en ligne est dominé par des FPS de plus en plus rythmés que sont Call of Duty, TitanFall et Battlefield (et même Battlefront cette année) et que l’E-sport est toujours monopolisé par l’indétrônable  Counter Strike.  Ubisoft entre sur le marché en s’affirmant comme une entité forte et capable d’influer les habitudes des joueurs voir même de les changer. Car Ubi n’est pas spécialiste des FPS multi il faut le dire. Cependant pour ce premier essai ils ont choisis de ne pas s’aligner sur la concurrence (comme un instinct commercial aurait pu le suggéré) et d’inventer un nouveau genre de jeu de guerre en ligne, plus réfléchi, plus lent, plus difficile certes mais terriblement plus jouissif. Vous le devinez, mon avis n’a pas vraiment changé depuis la bêta.

rainbow-six-siege

 

Aussi joussif que les parties de Reherche & Destruction Hardcore sur Call of Duty Modern Warfare 2.

Là où les autres jeux du moment vous font courir sur les mûrs, bondir dans les airs et enchaîner cinq kills  à la seconde, il sera ici question de prendre son temps pour préparer l’offensive ou la défense et serrer les fesses à la moindre grenade flash.  En effet votre personnage semble lourd et fragile, vous vous déplacerez lentement et la moindre balle vous retira 50% de votre santé si elle ne vous tue pas directement.  Cette sensation de lourdeur rappelle les jeux de la saga Killzone par exemple où l’on ressent parfaitement difficulté de déplacer les soixante kilos de matériel que pèse votre paquetage. Mine de rien ce simple effet confère un certain réalisme au jeu tout en décuplant l’effet de fragilité de votre avatar. Autant dire que le stresse monte vite (et c’est encore pire lorsque vous êtes le dernier membre en vie de votre escouade) et que le jeu à fait renaître en moi des sensations que je n’avais plus perçu depuis mes parties Reherche & Destruction Hardcore sur Call of Duty Modern Warfare 2.

Cette difficulté à survivre incite presque naturellement le joueur à soutenir ses coéquipiers. Ainsi se développe un jeu en équipe vraiment intéressant et qui manque aux autre FPS du moment qui vous encouragent à vous la jouer perso pour augmenter vos scores. Ici il est clair que vous  survivrez  difficilement sans vos compagnons. Mais ce jeu en équipe est aussi encourage par d’autres idées simples mais qui fonctionnent très bien.  Tout d’abord le matchmaking est tellement bien fait qu’il vous place systématiquement avec des joueurs parlant la même langue que vous. ça semble anecdotique en sois mais c’est pourtant, se comprendre c’est la base du jeu en équipe. En suite la seconde très bonne idée qu’ont eu les équipes d’Ubisoft c’est de rendre les classes du jeu sélectionnables que par un joueur par manche. Je m’explique: A l’aide des points d’expériences engrangés vous pourrez débloquer diverses classes de personnage. Chacune de ces classes a son propre gadget que vous ne retrouverez pas ailleurs. Cependant, si un autre joueur sélectionne votre perso fétiche avant vous, alors vous devrez en choisir un autre. Cette technique permet de ne pas se retrouver fasse à cinq ennemis ayant choisis le même personnage équipé d’un bouclier tout en engendrant une complémentarité des classes.

rainbow-six-siege

Autre chose qui choc (dans le bon sens) dans ce Rainbow Six, c’est sa simplicité apparente. Il est très épuré sans jamais être pauvre comme s’il revenait à la base de ce que doit être un jeu de shoot en multi. Le FPS est là, franchement réussi et dénué d’artifice. Pendant le match le joueur n’est concerné que par le jeu et non par les rubans à débloquer, les bonus de fin de match,la chasse aux séries d’éliminations ou autres compétitions. Entendons nous bien, la compétition il y en a et elle est très forte, cependant elle n’est pas au sein de l’équipe. La jouissance vient de la victoire collective plus que du positionnement personnel dans le leaderboard final.

406-4

Le jeu est bien équilibré avec toutes ces classes et le très bon level design. Chaque manche commence par une phase de préparation. Les forces d’intervention envoient des drones dans le bâtiment pour repérer la cible (Otage, bombe, contenu radioactif…) pendant que les terroristes retranchés placent des pièges, renforcent les murs pour éviter les intrusions et barricades portes et fenêtres.  Vient ensuite la phase d’action au cours de laquelle les terroristes doivent être abattus ou la zone cible sécurisé. Pas de réapparition, tout les coups sont permis et c’est terriblement fun…

Alors peut on faire un reproche à cette production si parfaite? Et bien oui, peut être celui de ne pas proposer de véritable campagne solo. En effet le mode situation (la campagne quoi) est un grand tutoriel se résumant à une cinématique et à une mission sur chaque map du jeu afin de vous faire comprendre les bases. Chacune de ces missions vous propose de gagner trois étoiles en remplissant quelques critères afin de donne un peu de rejouabilité mais ça s’arrête là. Peut être n’a t’il pas réussit à adapter son concept aux exigences d’un vrai mode solo. Cependant on le lui pardonne étant donné qu’ il invente vraiment une nouvelle manière de voir les jeux en ligne et ne se contente pas de rabâcher les mêmes concepts en se dédouanant d’un mode solo sans raison (coucou Star Wars Battlefront).

tom-clancys-rainbow-six-siege-cl-uplay-_3

Rainbow Six Siege est un jeu remarquable, la preuve qu’ Ubisoft est un grand éditeur et qu’il peut dire ‘merde’ aux autres franchises en apportant un point de vue différent sur ce qu’est le multijoueur. Et honnêtement, à l’heure où le repompage de ce qui fonctionne ailleurs afin d’assurer les ventes est devenu si courant, on ne peux que saluer la prise de risque. Enfin je terminerais en rappelant que ce jeu est vraiment taillé pour la compétition et l’E-sport et que j’y vois déjà le digne successeur de Counter Strike. De plus, Ubisoft est encore pionnier dans son season pass puisqu’il propose un an de contenu gratuit pour tous, les détenteurs du pass n’auront simplement pas besoin de débloquer les nouveaux contenus, ils le seront directement.

Chapeau bas Ubisoft.

Ce test n’est pas Sponsorisé, le jeu est disponible dans la boutique de FragStorm.

[Test] Rainbow Six Siege le renouveau du FPS
Gameplay 9
Graphismes9
Ambiance sonore 9
Sensations de jeu 10
9.3Note Finale
Note des lecteurs: (5 Votes)
7.9

Laisser un commentaire