“PEGASUSU FANTASY SOUSA YUMEDAKEWA
DARE MO UBAE NAI KOKORONO TSUBASADAKARA
SAINT SEIYA SHOUNEN WA MINNA
SAINT SEIYA ASHITANO YUUSHA OH YEAH
SAINT SEIYA PEGASASU NOYOUNI
SAINT SEIYA IMAKOSO HABATAKE”

ou en Version française, interprétée par l’unique Bernard Minet

” Les chevaliers du Zodiaque
S’en vont toujours à l’attaque
En chantant une chanson bien haut
C’est la chanson des héros”

Avis à la génération Club Do’, Seiya, Hyoga, Shiryu, le charismatique Ikki et le très “masculin” Shun, sont de retour sur console pour défendre la déesse Athéna.Pour les non-initiés, Saint Seiya est un manga référence, l’anime a explosé durant la mythique période dragon ball à la fin des années 80 et au début des années 90.

Il a retrouvé un second souffle durant les années 2000 pour se développer encore d’avantage ces dernières années ( produits dérivés, spin-off, cross-over & co ).L’histoire interprète la mythologie Grecque et raconte l’histoire d’une jeune fille, Saori Kido, réincarnation de la déesse Athéna.

14077
Recueillie bébé par le richissime Mitsumasa Kido, les pouvoirs de cette dernière se révéleront petit à petit. Protégée par ses fidèles chevaliers, Mlle Kido sera amenée à affronter les forces du mal. Le manga se divise en plusieurs périodes, la première partie sera centrée sur la bataille du sanctuaire, la seconde sur le combat contre Poséidon et la dernière contre le redoutable Hadès. L’anime quant à lui ajoutera quelques passages discutables mais également un arc sympathique sur la mythologie nordique.

Le présent ce jeu se concentre uniquement sur la partie du sanctuaire. Souhaitant affronter la menace qui pèse sur le sanctuaire, Saori décidera de faire elle-même le déplacement et bien entendue, se prendra, au bout de quelques secondes, une flèche en plein cœur. Vous incarnerez alors, à tour de rôle, les chevaliers de bronzes durant leur progression à travers les douze maisons et votre but sera de sauver cette petite d’une mort certaine.

14084

Les graphismes

Graphiquement, le jeu est très fortement discutable et très inégal.  D’un côté, vous aurez l’immense plaisir d’observer des phases de Beat’em all absolument dégueulasse, un aliasing et un clipping omniprésents, les décors ne sont pas fidèles et les assemblages désastreux d’assets se multiplient, le tout instancié à l’infini. Comble de la chose, le framerate est souvent en chute libre et la caméra s’emmêle régulièrement les pinceaux.

Là où l’anime affichait des temps morts nécessaires entre les affrontements, le jeu se veut dans l’action permanente, grave erreur de la part du studio. Dans l’anime, la progression entre les maisons est lente, très lente, mais comblée de flash-back, dans le cas présent, le studio a tenté de combler cette montée par des affrontements bancales et du remplissage d’assets.

14079

A mon sens, ce vide EST nécessaire, cette montée représente un objectif totalement utopique d’accès, les chevaliers doivent faire preuve d’une motivation sans faille pour y parvenir. Des flash-back auraient pu meubler cette croisade sans fin, sans pour autant envoyer des rafales d’ennemis sans grand intérêt.

De l’autre côté, vous assisterez à des combats contre des chevaliers d’or relativement bien foutus et bourrés d’effets de lumières. Les effets peuvent être discutables, d’autant qu’il n’y a pas de cell shading affiché ( ce qui incombe fortement à l’immersion ) mais lors de ces moments, les défauts seront rapidement gommés ( et vous n’aurez pas le temps de vous y attarder ).

Le gameplay

En terme de gameplay, la chose pourra vous sembler minime … du moins dans un premier temps. Comme mentionné précédemment, le jeu se compose de plusieurs partie. Chaque level sera composée d’une phase Beat’em all et d’un affrontement contre un chevalier d’or.
La phase Beat’em all reste la plus discutable, votre personnage se contentera de bourriner dans la ruée d’ennemis, sans grande motivation et sans grande difficulté. En fonction du personnage que vous interpréterez, l’approche sera différente mais le résultat sera quasi identique.

Shiryu aura la possibilité de se dévêtir à foison, Shun aura une défense absolu, Ikki remettra les pendules à l’heure très rapidement ( yeahhhh badass ), Hyoga figera ses ennemis et Seiya dégommera tout le monde grâce à ses attaques dévastatrices.
En bref, vos préférences iront vers l’un ou l’autre en fonction de vos affinités avec les personnages du manga.

14089

Les phases de Beat’em all souffrent cependant d’une caméra capricieuse, vous vous retrouverez régulièrement dos au mur, totalement aveuglé par une caméra bancale, vous n’aurez d’autres choix que de charger votre cosmos et déclencher vos attaques ( parfois dans le vide ).
Le jeu prend tout son sens lors des affrontements contre les chevaliers d’or.

Chaque boss offrira une approche totalement différente. Dans un premier temps, vous n’aurez d’autres choix que d’observer ses techniques, autant vous prévenir, si vous foncez tête baissée, c’est la mort assurée. Observez, trouvez le bon timing, esquivez, restez en mouvement permanent, éveillez-vous au 7ème sens et déclenchez vos plus puissantes attaques.

14097

Ne sous-estimez pas vos adversaires, croyez-moi, vous allez en baver ( surtout au niveau de difficulté le plus élevé ).

Le contenu

Le contenu est le point noir du jeu, l’histoire est malheureusement survolée, cet épisode ne couvre que la traversée des 12 maisons du zodiaque et occulte totalement le reste ( aux chiottes l’apprentissage de Seiya, le tournoi galactique, les très discutables chevaliers noirs, les chevaliers d’argent, etc … ).

14101

Votre progression ne se fera pas en ligne droite, la difficulté du titre vous obligera à refaire certaines missions pour obtenir des points d’expérience ( nécessaire à votre évolution ). Accessoirement, vous aurez la possibilité de jouer en co-op sur certaines missions mais la caméra ne vous aidera pas nécessairement. Pouvoir s’essayer aux différents chevaliers, y compris les gold, ça reste quand même bien sympathique.

Conclusion

En conclusion, ce jeu est loin d’être parfait.
Graphiquement très moyen, seul les maisons zodiacales sortent du lot. Les personnages sont relativement fidèles, même si un côté cell-shading aurait été appréciable. Les effets de lumières restent tout de même bien réalisés.
Si l’obligation de faire et de refaire certaines missions ne vous pose pas de soucis, vous devrez pouvoir en voir le bout, même si, finalement, ce jeu reste avant tout destiné aux fans en manquent d’adaptation.

Test Saint Seiya : Les Chevaliers du Zodiaque : La Bataille du Sanctuaire
En ce qui me concerne, et c'est mon côté fan qui va parler, si vous parvenez à trouver ce jeu d'occasion et que vous êtes fan de l'anime / du manga, foncez ... Malgré les nombreux défauts qui caractérisent ce jeu, ça reste un trip / kif MONUMENTALE de charger son cosmos et de déclencher une attaque. Lorsque, pour la première fois, Seiya trace sa constellation avant de lancer un PEGASUS RYUUU SEIKEEENNNNNNNN ..... RAHHHHHHhhhh ça reste vraiment sympathique, croyez-moi. Les combats contre les chevaliers d'or sont réellement bons, ils vous donneront du fil à retordre. Jusqu'à présent, ce jeu reste, selon moi, le meilleur jeu Saint Seiya disponible ( le niveau n'est cependant pas très élevé ).
Le scénario5
Les graphismes5
Le gameplay7
Le contenu5
5.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire