Après une bêta ouverte rondement menée, Titanfall 2 est arrivé cet hivers sur PS4, PC et Xbox One. Alors comment se place t’il dans la guerre des FPS de fin d’année et que vaut-il vraiment? Voici notre réponse.

Après un premier opus acclamé pour son originalité mais handicapé par une sortie réservée à Microsoft et un manque de campagne solo, voici que Titanfall revient pour un second volet. Original, le premier opus l’était assurément puisqu’il intégrait une notion de verticalité dans le gameplay plan-plan des FPS. Une feature qui fut depuis largement reprise et encore reprise jusqu’à l’écœurement par les Call of Duty récents. C’est certainement ce point que retiendra l’Histoire mais pour l’heure revenons sur ce qu’est Titanfall 2.

Vous incarnez un Pilote, un combattant spécialisé dans le contrôle de gros méchas surpuissants judicieusement nommés Titans. Après la mort d’un de vos camarades vous serez amené à récupérer son Titan pour poursuivre la mission qui est la votre. Comme d’habitude nous ne nous attarderons pas sur le scénario histoire de garder la surprise intacte toutefois sachez qu’il fait l’affaire et saura vous garder en haleine tout du long. Au passage on s’étonne de retrouver Joey Starr au casting vocal dans le rôle d’un antagoniste, sa voix cassée donne une profondeur à son personnage et il est très convaincant. Les missions sont nombreuses et les environnements traversés sont vraiment diversifiés. A cela s’ajoute un Level Design optimisé pour la course murale et les glissade. En mélangeant le tout on obtient un jeu vraiment intéressant à traverser et où l’on prend beaucoup de plaisir à enchaîner les frags en alternant la course murale, les sauts et l’utilisation du Titan. De cela résulte une impression d’être face à une vraie campagne solo et non une simple initiation pour vous préparer au multijoueur.

titanfall 2

Que ce soit en solo ou en multi on passe beaucoup de temps dans les airs

Visuellement c’est impeccable, que ce soit les environnements d’intérieurs futuristes ou bien les extérieurs primitifs le charme opère toujours. Certaines scènes en particulier tirent leur épingle du jeu en décrochant vraiment la mâchoire. La qualité des textures, les effets de lumière volumétriques ou encore la fluidité déconcertante des animations sont autant d’éléments qui renforcent la cohérence de ce monde. De surcroît les animations fonctionnent vraiment bien. Par exemple lorsque vous courez sur les mur, dézinguer des ennemis et appuyer sur la touche d’action, votre Titan vous attrape et vous fait monter à son bord. Aucune transition et aucune atteinte au rythme de la scène on passe d’un gameplay à l’autre en un instant. Terrible. Le gameplay des Titans est différent de celui des pilotes en cela qu’il est moins aérien mais bien plus puissant. Vous avez de nombreuses attaques et chaque frag remplis une jauge qui, une fois complète, vous donne accès à une arme encore plus dévastatrice. Bien souvent cette arme ultime servira de Deus Ex Machina pour terrasser un ou plusieurs opposants en un claquement de gâchette. Tous le monde meurt dans un déluge de feu et des tas d’effets pyrotechniques qui viendront faire briller vos yeux. De plus, l’ATH à bord des Titans est vraiment très esthétique et l’action reste lisible mal grès la surenchère d’informations présentes à l’écran.

Titanfall 2

La vue in l’intérieur du Titan est vraiment très réussie

Attardons nous maintenant sur l’originalité de ce Titanfall 2 par rapport aux autres FPS, ces Titans. Ce qu’il faut comprendre c’est que votre Titan a une conscience qui lui est propre, comme une sorte d’intelligence artificielle si évoluée que vous pouvez discuter avec lui et même engager une relation d’amitié. Ce n’est pas une simple armure assistée mais bien un allié qui se battra à vos côtés quand vous ne le piloterez pas et qui engagera régulièrement la conversation avec vous pour vous donner son avis sur la situation. D’ailleurs en parlant du système de conversation, vous pouvez parfois choisir quelle réponse donné parmi une sélection (en général deux réponses possibles). C’est le même système que celui que nous retrouvons dans Uncharted 4 et c’est tout aussi inutile ici. A quoi bon laisser le choix ou plutôt l’illusion du choix au joueur s’il n’y a aucune répercussion sur le long terme? Quoiqu’il en soit on s’attache vite à ce gros bonhomme d’acier et le scénario met bien en valeur la complémentarité des deux compères.

Titanfall 2

Le Titan fraîchement largué attend son pilote avant le combat

Du côté du multijoueur l’on retrouve quelque chose de très énergique. Nerveux comme un Call of Duty l’on remarque cependant une inclinaison pour des combats à plusieurs vitesses. Tout d’abord il y a l’ajout de la verticalité qui rythme encore plus les affrontement mais surtout le largage de Titan que chacun peut déclencher en guise de killstreak (enchaînement de score cumulé sur toute la partie). De là les pilotes sans Titan doivent ruser pour infliger des dégâts au colosse sans se faire occire. On note aussi l’apparition de mode de jeux vraiment sympas accès sur les affrontements de Titan ainsi que la possibilité pour les pilotes d’utiliser un grappin. Et oui ça semble être l’objet à la mode après les Batman Arkham, Uncharted 4 ou encore Tomb Raider, voici que les grappins débarquent dans TitanFall 2. En réalité l’accessoire est loin d’être gadget puisqu’il permet de se déplacer encore plus vite voire même de s’en servir comme catapulte pour se projeter dans les airs. Là encore on gagne en adrénaline et en plaisir de jeu. Pour conclure on sent vraiment la patte des anciens de chez Infinity Ward qui ont quitté la saga Call of Duty ( à la sortie de Modern Warfare 2) après avoir posé les bases de ce qui est le FPS moderne. aujourd’hui, chez Respawn ils essayent d’insuffler de nouvelles façons de jouer et ils ont bien raison.

Titanfall 2

Chaque matche multijoueur commence par une intro vidéo et se terminer un épilogue sous forme d’attraction des perdants. Un ajout vraiment intéressant.

[TEST] Titanfall 2, le FPS acrobatique de l'année.
Titanfall 2 est un très bon FPS qui saura vous divertir aussi bien en solo qu'en ligne avec vos amis. L'univers proche de celui d'Avatar est dépaysant sans être hermétique. Si le jeu a du mal à ce vendre ce n'est pas à cause de quelconques défauts mais certainement à cause d'une fenêtre de lancement mal choisie et de la concurrence virulente de Battlefield 1. C'est dommage car le jeu, la licence et le studio méritent un bel avenir.
Graphismes9
Gameplay 10
Campagne 7
Multijoueur 8
8.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire