Lancé en grandes pompes lors de l’E3 2010, le scénario de Twisted Metal se divise en 3 parties distinctes focalisées sur 3 personnages différents, tous animés par un objectif bien précis : réaliser son souhait personnel.

Le scénario

En effet, il représente le précieux sésame de ce tournoi de cars-combat (comprenez, combat de voitures) du nom de Twisted Metal, organisé périodiquement.

D’ailleurs, il ne sera pas question de courses mais d’arènes où le but est d’être le dernier en lisse pour l’emporter et ainsi passer à l’étape suivante.

Ce tournoi de barjos est organisé par un dénommé Calypso, légèrement névrosé sur les bords, qui propose donc au gagnant de réaliser un “vœu”. Historiquement, la particularité de cette récompense est le fait que Calypso fasse en sorte que celui-ci se retourne envers la personne l’ayant formulée.

Historiquement, car Twisted Metal est dorénavant la plus vielle licence de Sony avec cet épisode sorti il y a maintenant presque 2 ans, le premier étant sorti en 1995 !

1418953329487872594 (2015_06_20 13_24_03 UTC)

Si le scénario ne brille pas par son synopsis, il est à noter que les cinématiques sont un véritable régal. Jouées par de véritables acteurs dans un univers complètement dérangé, celles-ci sont parfaitement orchestrées et donne le ton de l’intrigue. Vengeance, soif de pouvoir, anarchie, … Tout y est parfaitement retranscrit avec son lot de scènes gores et de répliques chaotiques.

À noter que les cinématiques se divisent en plusieurs chapitres (prologue, dénouement, épilogue) pour les 3 fractions disponibles (+ une hors scénario) : Clowns, Grimms et Dollfaces.

Les graphismes

Il est évident que Twisted Metal ne sera jamais reconnu par sa physique. Le dilemme est toujours aussi cruel et laisse très souvent le choix entre l’impact graphique et la performance. TM, lui, se lance à pieds joints dans la seconde option et propose une fluidité à toute épreuve en plus d’innombrables éléments destructibles… Bien sûr, en contre partie troquée par une faiblesse technique qui nous ramène quelques années en arrière.

14189533292107548477 (2015_06_20 13_24_03 UTC)

Sans forcément être laids, les graphismes pourront tout de même représenter le point faible du jeu malgré la diversité des cartes proposées. Effets basiques, reflets amoindris et tôles froissées pas suffisamment détaillées feront partie des prix à payer.

Le gameplay

Nous avons à faire ici à un gameplay nerveux, un brin bourrin (voir très) mais qui se voit accessible quand on se donne la peine de s’y familiariser. Oui, derrière ce dernier point qui peut s’avérer être paradoxal se cache en fait une vérité absolue, fidèle à Twisted Metal. En effet, votre véhicule se voit être une véritable savonnette lors des premières phases de conduite (ou de combat). Exemple, vous avez la possibilité de pivoter sur vous-même quand vous êtes au point mort, ou encore de “jumper”, voir de mettre une dose de nitro en marche arrière. Peu commun n’est-ce pas ? Pas tant que ça, tant les développeurs ont souhaité faire en sorte que le joueur puisse avoir la main mise sur son véhicule, les maps regorgeant d’une multitude d’endroits accessible seulement avec une certaine aisance technique. Autant vous dire qu’une fois tout ceci assimilé, vous aurez plus l’impression de diriger un personnage que de piloter une voiture.

14189533291493653596 (2015_06_20 13_24_03 UTC)

Mais le cœur de TM réside dans ses powers-ups équipant votre char d’assaut de divers armements. Missiles tête-chercheuse, mines, sniper (oui, oui…), lances-flammes, les éléments pour “dératiser” vos adversaires ne manquent pas. Tous éparpillés sur les différentes cartes à des endroits donnés et dotés d’un temps de réapparition précis très “Quake-esque”, la connaissance de la carte jouera un rôle essentiel surtout si vous l’ajoutez à des combos mixant plusieurs types d’armes. Ce sera à vous de trouver la bonne formule et de faire preuve d’un certain doigté.

Le contenu

Twisted Metal propose plus d’une quinzaine d’auto disponibles, divers modes de jeux en passant par du classique Deathmatch au Roi de la Coline (où le but est de rester le plus longtemps possible sur un endroit indiqué sur la carte) répartis sur 8 terrains de jeu différents en ajoutant la possibilité de jouer en réseau mais également jusqu’à 4 en écran splitté. Cela est donc plus que correct d’autant plus que les maps ont la particularité d’être très ouvertes, variées et plutôt bien détaillées.

14189533291936891334 (2015_06_20 13_24_03 UTC)

Il dispose ainsi d’une grande rejouabilité, aussi bien entre amis, où le fun est assuré, qu’en réseau qui fait guise de grand défouloir sans pour autant prendre le pas sur une certaine dextérité requise pour mettre à mal ses rivaux. Niveau bande son, les bruits des moteurs sont presque anodins, laissant place à des bruits d’explosions et de missiles. Pour ce qui est de la musique, les morceaux retranscrivent bien l’ambiance générale et nous placent dans un ton très punch qui ne fait à ce propos pas que dans le metal.

Test Twisted Metal, un bon reboot ?
Twisted Metal est un jeu comme on n'en fait plus. Un gameplay explosif, un univers cataclysmique ultra violent et très bourrin, il est évident qu'il ne plaira pas à tout le monde. Avec un succès concentré loin de nos terres, les cars-combat sont encore peu connus en Europe. Pour ceux aimant ou souhaitant découvrir le genre, ils ont là à faire à un des pionniers du genre.
Le scénario7
Les graphismes6
Le gameplay8
Le contenu7
7Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire