[TEST] The Walking Dead : Saison 1

The Walking Dead et Telltale Games, l’association d’une des séries de comics les plus connues et du studio spécialisé dans les jeux axés principalement sur le scénario, autant dire qu’on savait que ça allait donner un très bon résultat. Pour les non-initiés, il faut savoir que The Walking Dead est un comics dans lequel un virus a transformé la majeure partie de la population en zombie et où les rares rescapés cherchent à survivre à tout prix. C’est un univers sombre, cruel, qui montre l’instinct de survie le plus sauvage de l’humain. Cet univers est donc parfait pour un jeu se reposant sur le scénario tant la psychologie des personnages est explorée et que leurs choix sont difficiles avec des conséquences lourdes. Telltale Games avait donc une lourde charge sur ses épaules en acceptant de travailler sur cet univers mais il faut dire qu’ils ont bien répondu aux attentes.

Survivre à tout prix :

Nous incarnons Lee, un homme qui vient d’être arrêté pour meurtre et qui est en route vers le poste de police. Malheureusement, le Shérif, qui conduit le véhicule, fait un accident en heurtant un homme qui déambulait sur la voie rapide. Lee s’évanouit et en se réveillant, il se rend vite compte qu’il y a un problème et que l’homme qui a été écrasé n’est plus humain. Notre héros comprend qu’il est au milieu d’une apocalypse zombie et qu’il va devoir trouver un abri pour survivre. C’est dans cette perspective qu’il va rencontrer Clémentine, une petite fille qui attend le retour de ses parents. Celle-ci sauvera la vie de Lee et il décidera alors de prendre soin d’elle en l’emmenant avec lui afin qu’ils survivent ensemble.

Le scénario est très bien ficelé et digne du comics. On se retrouve en face de personnages qui cherchent à survivre tout en essayant de rester moraux. Ils font tout pour garder leur humanité même s’ils doivent faire des choix tragiques. Au milieu de tout cela, on a la relation entre Lee et Clementine, où Lee doit faire des choix difficiles pour protéger la fillette tout en donnant le bon exemple. Cette relation est très bien développée avec une confiance qui se développe de plus en plus entre les deux personnages et cela de manière réaliste. Lee essaye de rester humain et de prendre le rôle de père pour Clementine et qu’elle garde son innocence. Clementine fera énormément confiance à Lee et se servira de lui comme d’une ancre pour ne pas sombrer dans la tristesse. L’essentiel du scénario repose sur cette relation et c’est très bien mené. Cela est dû à une très bonne qualité d’écriture que ce soit sur le déroulement de l’intrigue ou sur les personnages qui se veulent attachants et humains.

Le seul vrai point négatif de The Walking Dead concerne les choix scénaristiques que l’on peut faire. Le jeu se présente comme un jeu où les choix influencent constamment notre aventure, c’est à demi-vrai. En effet, les choix permettent d’influencer le déroulement mais pas la fin. Si on choisit de sauver un personnage plutôt qu’un autre, il mourra juste à un autre moment, si on épargne quelqu’un, il mourra ou s’enfuira par la suite. On change donc le scénario entre le début et la fin, mais par contre, on n’a aucune vraie influence sur le dénouement, ce qui fausse la présentation du jeu et nous met presque en face d’un film interactif.

mais sombre…

Un gameplay minimaliste mais efficace :

Le gameplay de The Walking Dead reprend les mécaniques des jeux du studio. Elles reposent sur trois phases : le Point & Click, les QTE et les choix de dialogue. La première est donc l’inspection d’une zone dans laquelle on doit trouver des éléments et parler à des PNJs pour résoudre une énigme, une enquête ou débloquer la zone suivante. Dans cette partie, le personnage est assez rigide, ses mouvements ne sont pas réalistes, ce qui contraste avec les scènes de dialogue. La façon de finir les phases de Point & Click est, par contre, maîtrisée. On est dans quelque chose de logique pour réunir les différents éléments permettant de résoudre la phase, bien que ce soit souvent très simple.

Cette phase est souvent en combinaison avec les phases de dialogue qui reposent sur des choix de réponse qui influencent le déroulement de l’aventure. Néanmoins, j’ai déjà indiqué que c’est assez limité car les choix n’ont pas d’influence sur la fin de l’intrigue.

Pour la dernière phase, les QTE, elle fait partie des moments de scénario et de dialogue. Elle consiste à appuyer rapidement sur une touche pour effectuer une action précipitée, une manœuvre d’esquive, d’attaque, de saut… Ces QTE donnent une dynamique au scénario, en gardant le joueur attentif, car certains échecs de QTE peuvent entraîner la mort du personnage. C’est une phase de gameplay qui soutient le scénario autant que les choix de dialogue.

Les mécaniques sont simples à prendre en main et efficaces car elles concordent avec l’accent mis sur le scénario.

J’entre tout de suite ou je vérifie ce qu’il y a derrière?

Une ambiance digne des comics :

The Walking Dead utilise du Cell Shading pour son rendu graphique, un choix fréquent chez Telltale et qui donne un côté comics au jeu. Cela permet d’être en accord avec le rendu visuel des comics et rend le tout très agréable visuellement pour tous fans de comics book. Ce choix graphique permet d’exagérer certains traits physiques, permettant de mieux comprendre les émotions d’un personnage, à travers un charisme visuel très important. Celui-ci est d’ailleurs renforcé par le jeu sonore des acteurs qui rendent le tout plus vrai, ces derniers étaient convaincants dans leur rôle. D’ailleurs, la bande-son dans son ensemble fait parfaitement le travail car elle accompagne les différentes scènes avec des thèmes en accord avec l’instant, des thèmes mélancoliques pour les scènes de mort, épique pour les combats etc…

Le seul point négatif qui casse l’ambiance, c’est qu’on retrouve des doublons de zombie fréquemment, ce qui enlève l’immersion dans le jeu.

Un instant vraiment tragique.

Un jeu épisodique :

Les jeux Telltale sont découpés en épisode qu’on peut acheter individuellement ou ensemble pour avoir le jeu complet. Chaque épisode représente une partie de l’histoire et au lancement du premier épisode de chaque jeu, il faut toujours attendre quelques semaines pour faire l’épisode suivant, ce qui permet de suivre l’intrigue comme un feuilleton et d’élargir la durée de vie. C’est une stratégie efficace de l’éditeur pour garder le joueur en haleine mais personnellement, j’ai toujours attendu la sortie de tous les épisodes pour faire directement le jeu en entier. L’avantage d’acquérir les épisodes un à un, c’est que si on n’est pas satisfait du jeu dès le premier épisode, on ne se sent pas lésé car on n’achètera pas les suivants. The Walking Dead suit le même modèle économique, chaque épisode fait environs 2h30 et il y en a 5 en tout. C’est assez léger comme durée de vie car le jeu ne dispose pas de vraie rejouabilité, la fin ne changeant pas vraiment en fonction des choix.

L’introduction est légèrement mensongère.

[TEST] The Walking Dead : Saison 1
The Walking Dead saison 1 n'est pas un jeu parfait car il est assez court et les choix n'ont pas une grande influence sur la fin de l'intrigue. Cependant, il est très agréable grâce à son scénario prenant, son gameplay simple mais efficace et surtout son ambiance, digne des comics. C'est un jeu pour les fans de la licence, pour tout amateur d'univers post-apocalyptique avec des zombies et pour les passionnés de bon scénarios.
Scénario7.5
Gameplay8.5
Ambiance8.5
Contenu5
Les plus :
  • Un scénario digne des comics avec des choix moraux...
  • Un gameplay en accord avec le genre...
  • J'adorer le cell-shading.
Les moins :
  • ...mais sans réels conséquences.
  • ...mais minimaliste.
  • Une durée de vie trop courte.
7.4Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire