[TEST] Vampyr, le RPG sanglant de Dontnod

Dontnod Entertainment revient avec un jeu différent de leurs précédentes réalisations. Cette fois, nous ne somme ni dans une Paris futuriste, ni dans un lycée, cette fois, nous sommes aux commandes d’un vampire dans une Londres ravagée par la guerre et la maladie. Cette nouvelle production est un action RPG dont l’univers change en fonction de nos actes. Chaque citoyen a une identité propre, une vie et une histoire dans Vampyr mais en tant que créature de la nuit, notre personnage, Jonathan Reid, doit se nourrir pour devenir plus puissant et nous savons que la nourriture principale du vampire est le sang humain. C’est pourquoi le joueur devra choisir les morts qu’il va provoqué, changeant le cours de l’histoire par ses actes et influençant le destin de Londres. Alors serons-nous le vampire qui sauvera Londres ou provoquerons-nous sa chute? 

Un docteur immortel :

Revenu de la guerre en France, en 1918, le docteur Jonathan Reid rentre à Londres pour rejoindre sa famille. Malheureusement, il se fait mordre par un vampire sur le chemin du retour et ,considéré comme mort par les gens qui le trouvent, il se fait jeter dans une fosse commune. Cependant, il revient rapidement à la vie sous la forme d’un puissant vampire mais confus et assoiffé de sang, il se nourrit sur le premier humain qu’il trouve et le tue. Celui-ci se révèle être sa sœur, qui tentait de le retrouver, étant inquiète de ne pas le voir rentrer.

Rongé par la culpabilité, il cherche alors son créateur, qu’il juge coupable de la mort de cet être cher. Durant cet traque dans les rues de Londres, il se rend vite compte qu’une maladie grave est en train de détruire la ville, transformant ses habitants en monstres. En essayant de comprendre ce qui se passe, il rencontre rapidement le docteur Swansea, un spécialiste des vampires et directeur du Pembroke Hospital, qui va lui proposer de l’aider dans sa traque s’il l’aide à neutraliser l’épidémie. Jonathan Reid accepte l’accord et va donc consacrer ses nouveaux talents et son expérience médicale à la guérison de cette maladie, mais il va vite se rendre compte que cette dernière est loin d’être naturelle et que sa récente transformation est en lien avec.

Le scénario de Vampyr est très sympathique, il a une histoire originale et bien travaillée avec de nombreux rebondissements et un respect de l’univers des vampires. Tous les personnages, que l’on rencontre, sont développés et très charismatiques car ils ont tous leurs propres histoires. Chaque personnage a une identité et on apprécie de les découvrir car elles reflètent les différentes classes sociales de Londres de l’époque et nous permettent de voir les nombreuses intrigues secondaires qu’ont mis en place les développeurs. On se retrouve alors avec une écriture riche, combinant la qualité et la quantité, extrêmement agréable à suivre.

Cette qualité nous montre donc le gros travail qu’ont fait les développeurs mais le plus impressionnant reste les nombreux embranchements qu’ils ont créés en fonction de nos choix. En effet, notre vampire doit se nourrir pour s’améliorer et il peut le faire sur des citoyens de Londres, provoquant leur mort. Cependant, ces mortels sont liés à d’autres personnes, ce qui veut dire que la mort d’une personne provoquera des réactions dans son entourage. Ainsi, certains peuvent disparaître du quartier, suite à la mort d’un proche de notre main, parce qu’ils sont devenus des chasseurs de vampires pour nous traquer. D’autres choisissent de traquer des criminels, les pensant responsables de la mort de la personne qu’on a tué. Ces évolutions des citoyens de Londres donnent un véritable intérêt à nos choix car ils changent l’intrigue principale, notre personnage mais aussi l’univers dans lequel on évolue. L’écriture de Vampyr a donc bénéficié d’un travail remarquable car il propose un scénario très intéressant sur lequel le joueur a un véritable impact. Cette réelle influence sur l’univers à travers nos choix, permet aussi de donner une véritable rejouabilité à Vampyr car on peut faire une première partie où on ne tue personne puis en faire une seconde où on joue un vampire surpuissant et sanguinaire, changeant le déroulement de l’histoire et permettant de renouveler l’expérience à chaque nouvelle partie.

test vampyr ps4

Un personnage ambigu dont nous devons choisir le destin.

Un action RPG où les choix influencent notre puissance :

Vampyr est un action RPG, ce qui veut dire que les combats sont en temps réel et qu’on a la possibilité de faire progresser notre personnage en gagnant de l’expérience. En soit, le gameplay de Vampyr est facile à prendre en main. Lors des tous premiers affrontements, on a une touche d’attaque, une touche pour étourdir l’ennemi afin de pouvoir le mordre et une dernière touche qui sert à esquiver. C’est donc assez limité au début mais cela permet de se familiariser avec le gameplay. Cela nous habitue notamment à esquiver car le jeu demande énormément de réflexes. L’esquive étant primordiale car les attaques ennemis sont très puissantes et nous conduisent donc rapidement à une défaite. Au départ, les combats se résument souvent à esquiver l’ennemi pour pouvoir l’attaquer le temps qu’il régénère son attaque. Cela rend les combats dynamiques car le joueur doit être constamment en alerte pour ne pas perdre. Par la suite, on débloque des compétences, en faisant progresser le personnage, et à ce moment-là, les combats deviennent plus stratégique et plus intéressants. En effet, les compétences sont diverses, elles peuvent nous permettre de bloquer, nous rendre invisible ou faire énormément de dégâts à un ennemi. Celles-ci doivent être débloquées en dépensant des points d’expérience, c’est donc à nous de choisir notre façon de jouer. On pourra choisir d’être furtif ou brutal par exemple.

Une fois débloquées, ces compétences pourront être utilisées en combat en consommant les jauges d’endurance et de sang de notre vampire. La jauge d’endurance se remplit toute seule au fur et à mesure du temps, elle est principalement utilisée pour des actions physiques “basiques” comme l’esquive ou une attaque normale. La jauge de sang est consommée lorsqu’on utilise le pouvoir vampirique de Jonathan, notamment sa lance de sang permettant d’embrocher plusieurs ennemis. Pour pouvoir la recharger, il sera nécessaire de mordre un ennemi ou un animal. Il est donc essentiel de surveiller ces jauges pour ne pas se faire surprendre car une jauge d’endurance vide, nous empêche d’esquiver un coup. On pourra les améliorer en gagnant de l’expérience pour optimiser leur utilisation et utiliser de grosses compétences qui consomment énormément de ressources à notre vampire. La progression de notre personnage doit donc être stratégique car des compétences puissantes sans possibilité de les utiliser, restent inutiles. À ces mécaniques s’ajoute une compétence ultime qu’on débloque une fois qu’on a atteint un certain niveau, parmi un choix de trois compétences. Cette attaque ultime fait beaucoup de dégâts mais elle ne se distingue malheureusement pas énormément des autres compétences pour symboliser sa puissance. c’est dommage car en tant que joueur, on apprécie particulièrement d’avoir une représentation visuelle de la puissance de notre attaque ultime. En tout cas, vous avez compris qu’on dispose d’un arsenal tout à fait correct pour gérer les combats à mesure que l’on avance dans le jeu et qu’on accumule de l’expérience.

Pour gagner de l’expérience et progresser, le joueur a d’ailleurs plusieurs possibilités. Comme dans tout bon RPG, on peut acquérir de l’expérience en tuant des ennemis et en accomplissant des quêtes. Ces deux manières de procéder sont les plus classiques et procurent un gain d’expérience correct. Mais si on veut en gagner énormément rapidement, il y a une dernière manière de faire dont j’ai déjà parlé, se nourrir sur les habitants de Londres. Mais prendre une vie demande de bien réfléchir car cet acte influencera toute l’intrigue. Bien sûr, si on gagne plus d’expérience très rapidement, le jeu devient plus simple, notre vampire devenant surpuissant, mais le prix à payer est très lourd. Est-ce qu’on préfère avoir un vampire presque invincible et cruel ou un vampire faible, qui aide sa ville et qui détruit ses ennemis grâce à ses réflexes, son anticipation et la parfaite utilisation de ses compétences? C’est au joueur de choisir ce qu’il voudra incarner mais il faut bien noter qu’en fonction des choix, la fin et l’expérience de jeu seront bien différentes. C’est un point très positif car ça permet à Vampyr d’avoir une rejouabilité dans son gameplay, celui-ci changeant en fonction de notre façon de jouer et nos décisions. Les développeurs ont donc réussi à mettre en place un gameplay qui change en fonction de notre façon de jouer tout en restant complet, facile à prendre en main et très agréable, ce dont je les félicite grandement.

test vampyr ps4

Une seule baffe de sa part fait des dégâts considérables !

Une ambiance digne des grandes œuvres sur les vampires :

Visuellement, Vampyr est joli sans être une révolution graphique. Les développeurs ont particulièrement soigné l’ambiance pour que le jeu soit en concordance avec l’univers des vampires. Tout d’abord, l’ambiance de Vampyr joue parfaitement avec le noir et rouge pour créer une ambiance sombre et sanglante. Dans la même veine, on retrouve aussi une touche gothique dans les costumes des personnages et dans certains décors, ce qui est un trait typique des plus grandes œuvres vampiriques. Et bien sûr, il ne faut pas oublier d’inclure une petite dose de mysticisme pour que l’univers des suceurs de sang soit parfaitement représenté. On distingue cet élément dans les pouvoirs qu’utilisent les créatures que l’on croise mais aussi dans la transformation physique de Jonathan Reid. En effet, notre personnage ne semble pas changer énormément mais de petits détails comme sa pâleur ou ses yeux de chat montrent qu’il est devenu une créature surnaturelle. On voit donc que le travail des développeurs a été focalisé sur le fait de rester fidèle à l’univers des vampires et c’est réussi.

Certains détails peuvent se révéler déplaisants notamment le peu d’expression faciale du visage des personnages ou le statisme de Jonathan Reid durant les combats mais le rendu global reste extrêmement agréable. Sachant que le jeu comporte un très grand nombre de dialogues, c’est difficile de prendre les personnages au sérieux quand ils sont inexpressifs et cela, malgré la grande implication des acteurs sonores. On se retrouve donc en face d’une bonne ambiance au global avec quelques défauts mais le tout reste très intéressant, très immersif grâce à un rendu graphique correcte, accompagné de thèmes sonores changeant en fonction de nos choix, pour encore une plus grande immersion.

test vampyr ps4

Ce rendu est capable de faire référence à un certain nombre d’œuvres sur les vampires.

Une expérience différente à chaque nouvelle partie :

Grâce aux nombreux choix à faire, Vampyr nous permet d’avoir une expérience différente à chaque nouvelle partie, élargissant la durée de vie de manière conséquente. Une partie se finit en 20 heures environs à condition de ne pas tout fouiller dans le jeu. Mais son contenu est immense car Vampyr dispose d’un grand nombre de missions secondaires, de personnages dont le destin change en fonction de nos choix et d’une excellente jouabilité.

test vampyr ps4

Sa mort va provoquer une culpabilité chez certains médecins, changeant leur façon de voir la vie.

[TEST] Vampyr, le RPG sanglant de Dontnod
Vampyr est un très bon RPG où les choix ont de vrais conséquences. Il parvient à créer une toile entre les différents habitants de Londres pour engendrer une situation particulière en fonction des actes qu'on commet. Son gameplay est facile à prendre en main et complet bien que le côté statique du personnage et sa trop forte puissance, lorsqu'on se nourrit sur les habitants, ne plaira pas à tout le monde. On pourra aussi regretter le rendu graphique qui se révèle assez moyen même si l'ambiance dans sa globalité est digne des grandes œuvres vampiriques. En somme, c'est un jeu qui ne fera pas l'unanimité mais qui m'a, personnellement, vraiment séduit.
Scénario10
Gameplay8
Ambiance8
Contenu10
Les plus :
  • Un scénario où nos choix ont un réel impact !
  • Un gameplay facile à prendre en main et qui s'adapte au joueur...
  • Une bonne ambiance au global...
Les moins :
  • Pas beaucoup de challenge quand on décide d'acquérir de l'expérience en mordant des citoyens.
  • ...mais qui se révèle assez limité au départ.
  • ...mais avec quelques défauts trop visibles.
9Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Laisser un commentaire